Inde – La communauté catholique et la lutte contre la diffusion de la tuberculose

L’Association catholique sanitaire d’Inde (CHAI) mène une campagne pour affronter les cas de tuberculose en collaboration avec des agences gouvernementales et des organisations de la société civile. C’est ce qu’explique le père Mathew Abraham, rédemptoriste, médecin et Directeur général de la CHAI. Plus de 50 personnes meurent toutes les heures de tuberculose en Inde, la maladie faisant ainsi plus de 1.200 morts chaque jour.
L’Association catholique sanitaire d’Inde est constituée de médecins et d’opérateurs sanitaires opérant dans des hôpitaux catholiques, des centres sanitaires et des instituts sis dans différents diocèses de l’ensemble du pays. Elle fait partie d’un plus vaste réseau lié à la Conférence épiscopale indienne qui comprend 500 hôpitaux, plus de 2.000 structures de soins primaires et plus de 200 organisations actives dans le secteur des services sociaux.
Au cours de ces quatre dernières années, l’association s’est concentrée sur le renforcement du programme national de contrôle de la tuberculose au travers d’un travail de soutien, de communication et de mobilisation sociale, explique le Père Abraham. La CHAI est partenaire de la coalition existant entre l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies pulmonaires (Union), le ministère de la Santé et de la Famille du gouvernement indien (Direction centrale de lutte contre la TBC). Le programme œuvre en vue de l’amélioration de la portée, de la visibilité et de l’efficacité de la lutte contre la tuberculose. Le programme de contrôle, promu par le gouvernement indien, fournit gratuitement le diagnostique à plus de 1,5 millions de patients chaque année.
Les activités liées au projet de la CHAI prévoient une assistance au niveau du district couvrant 96 districts de 10 Etats indiens – Maharastra, Kerala, Karnataka, Tamil Nadu, Jharkhand, Madhya Pradesh, Chhattisgarh, Uttar Pradesh, Pendjab et Nagaland. Ceci a lieu en large part au travers de la création de réseaux dont font partie 380 ONG et 2.880 bénévoles qui surveillent et conduisent des campagnes de sensibilisation dans de petites communautés, nombre desquelles sont composées de pauvres et de personnes issues des populations tribales.
Selon une étude portant sur la situation sanitaire en Inde publiée par la revue scientifique The Lancet en mai 2017, malgré le développement social et économique du pays, l’Inde n’est pas parvenue à atteindre les objectifs sanitaires prévus et la situation générale a empiré au cours de ces 25 dernières années.
Bien que les performances de l’Inde sur l’index sanitaire soient passées d’un indice 30,7 en 1990 à un indice 44,8 en 2015, les prestations liées à la lutte contre la tuberculose, le diabète, les maladies cardiaques, rhumatoïdes et rénales chroniques ont empiré.
L’Inde a le plus grand nombre de cas de tuberculose au monde. Selon l’OMS, en 2015, le pays comptait 2,8 millions de tuberculeux contre 2,2 en 2011. Par ailleurs, si la tuberculose tuait 220.000 personnes en 2014, ce nombre atteignait les 480.000 l’année suivante, ce qui signifie que quelques 1.300 personnes peuvent mourir de cette maladie en un seul jour.
Entre temps, la coalition qui se dédie à la lutte contre le SIDA et les maladies associées, surtout dans les zones rurales, crée une plus grande prise de conscience également concernant la tuberculose.

Source : Agence Fides

Comments are closed.