Inde – Les violences antichrétiennes de 2008 en Orissa encore impunies

Pour la neuvième année consécutive, un « Kandhamal Day » était organisé ce vendredi 25 août, date anniversaire du premier jour des terribles violences antichrétiennes de 2008 menées par des hindouistes nationalistes dans l’État de l’Orissa (nord-est de l’Inde).

Cette année-là, en quelques jours, 415 villages avaient été attaqués, 395 églises avaient été détruites, ainsi que 6 500 maisons appartenant à des chrétiens adivasi (indigènes) et dalits (hors castes) ; 91 chrétiens avaient été tués, une quarantaine de femmes chrétiennes avaient été victimes de viol ou d’agression et plusieurs établissements d’enseignement, de services sociaux et de santé avaient été pillés. Enfin, les violences avaient contraint à la fuite 56 000 chrétiens.

Pour le Père Ajaya Kumar Singh, coordinateur du Forum national de solidarité, réseau de plus de 70 organisations venant en aide aux victimes de 2008, cette attaque en Orissa est « la plus grande dans l’histoire de la communauté chrétienne en Inde au cours des trois derniers siècles ». Or le gouvernement rechigne à indemniser les victimes du Kandhamal. « Il y a eu plus de 3 300 plaintes déposées, mais seulement 820 ont été enregistrées », rappelle le Père Kumar Singh.

« En observant cette journée anniversaire du 25 août, nous voulons aider à la paix et à l’harmonie entre les communautés, et lutter pour la justice dans le pays »,considère le Père Ajaya Kumar Singh.

« Ma prière est que le Kandhamal Day soit un rappel de la lutte et de la solidarité de notre peuple qui a tant souffert à cause de sa foi », a expliqué le 24 août à l’agence AsiaNews Mgr John Barwa, archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, l’un des diocèses de l’Orissa.

Source

Comments are closed.