Italie : pour les évêques « l’exercice de la liberté de culte est compromis »

Italie : pour les évêques « l’exercice de la liberté de culte est compromis »

Ils n’ont pas apprécié la décision de l’exécutif italien qui refuse d’autoriser la célébration publique des messes lors de la deuxième phase de déconfinement : les évêques italiens ont demandé, par le biais de la Conférence épiscopale italienne (CEI), le droit de reprendre leur action pastorale. Pour l’épiscopat italien, « l’exercice de la liberté de culte (est) compromis »Un ton inhabituel qui traduit une exaspération de la part des pasteurs de l’Église italienne et qui semble rompre avec certaines déférences.

Pour les évêques, il est nécessaire d’agir. Mais encore cela ne peut-il être appuyé que par une authentique vie sacramentelle. En effet, l’action vis-à-vis de ceux qui ont été touchés ou affectés par la pandémie du Covid-19 « découle d’une foi qui doit pouvoir être nourrie à sa source, en particulier la vie sacramentelle ». Les évêques sont remontés contre la décision adoptée en Conseil des ministres. « Le décret de la Présidence du Conseil des ministres adopté ce soir exclut arbitrairement la possibilité de célébrer la messe avec le peuple ». Les évêques parlent même « d’atteinte à la liberté de culte ».

Pour leur part, les évêques italiens avaient suggéré au gouvernement des pistes pour la reprise des funérailles, des mariages et des baptêmes, avec restriction de la participation à ces derniers aux seuls membres de la famille proche. Les évêques avaient également émis des recommandations pour les messes en semaine  et les messes dominicales (limitation à « une vingtaine de fidèles »). Visiblement, les propositions n’ont pas été retenues. D’où une certaine déception épiscopale.

Le Saint-Siège dit pour sa part suivre attentivement la situation. La présidence du Conseil italien a déclaré avoir pris note de la publication du message de la CEI et affirme que « dans les prochains jours, un protocole sera étudié qui permettra la participation des fidèles aux célébrations liturgiques dans des conditions de sécurité maximale ».

Source : Cath-Info, 27.04.2020

Articles liés

Partages