Journée des migrants, le pape invite à prendre le mal à la racine et dénonce l’exploitation des enfants

Dans un message en vue de la 103e Journée mondiale du migrant et du réfugié, célébrée par l’Eglise catholique le 15 janvier 2017, le Saint-Père appelle la communauté internationale à affronter la question des migrations « à la racine ».

Dans ce message rendu public le 13 octobre 2016, le pape dénonce « l’exploitation perpétrée par des gens sans scrupules aux dépens de nombreux enfants contraints à la prostitution ou pris dans le circuit de la pornographie, asservis dans le travail des mineurs ou enrôlés comme soldats, impliqués dans des trafics de drogue et dans d’autres formes de délinquance ».

Il demande « à chacun de prendre soin des enfants qui sont trois fois sans défense, parce que mineurs, parce qu’étrangers et parce que sans défense » : « ils sont invisibles et sans voix, insiste-t-il : la précarité les prive de documents, en les cachant aux yeux du monde ; l’absence d’adultes pour les accompagner empêche que leur voix s’élève et se fasse entendre ».

Pour le pape François, « ce sont les mineurs qui paient en premier lieu le prix élevé de l’immigration ». Ils « échouent facilement aux plus bas niveaux de la dégradation humaine ». Pour enrayer les multiples formes d’esclavage dont sont victimes les mineurs, il exhorte à « intervenir avec plus de rigueur et d’efficacité à l’encontre de ceux qui en tirent profit ».

Il recommande aussi de viser « l’intégration des enfants et des adolescents migrants » et « d’adopter toutes les mesures possibles pour garantir aux migrants mineurs protection et défense ». Le pape appelle également la communauté internationale à adopter des solutions durables. Il s’agit notamment d’enrayer les conflits et les violences qui contraignent les personnes à la fuite et d’affronter dans les pays d’origine les causes qui provoquent les migrations.

Lire l’intégralité du message ici

Le commentaire du cardinal Veglio après la publication du message.

Comments are closed.