Ces KTO qui s’engagent : les Maisons de Marthe et Marie, un foyer pour les femmes enceintes en difficulté

Les colocations solidaires Marthe et Marie proposent d’accueillir des femmes enceintes en difficulté dans des appartements partagés avec des volontaires pour permettre à ces futures mamans d’accueillir leur enfant dans les meilleures conditions possibles et préparer ensemble leur avenir. Les mères et futures mères peuvent enfin sortir d’une période de grande détresse liée à la quête d’un lieu de vie décent pour accueillir leur enfant et se recentrer sur leur grossesse et l’enfant à naître. 31 bébés sont déjà nés dans ces maisons.

Les volontaires sont des jeunes femmes qui s’engagent à vivre sur place pour une ou deux années tout en exerçant leur activité professionnelle à l’extérieur de la colocation (institutrice, infirmière, commissaire aux comptes, responsable marketing…). Ces volontaires ne sont pas enceintes.

Clémence, jeune volontaire, a accepté de répondre à nos questions.

Clémence, pouvez-vous nous présenter l’association ?

L’association La Maison de Marthe et Marie a été créée en 2010 à l’initiative d’une sage-femme, Aline, préoccupée par la détresse et l’isolement de certaines femmes enceintes, et aussi émerveillée par leur courage et leur volonté de donner naissance à leur enfant malgré les difficultés et les incertitudes.

La première colocation solidaire pour femmes enceintes en difficulté ouvre d’abord à Lyon en 2011, puis Paris, Nantes, plus récemment Strasbourg en 2017 et très bientôt près de Lille en septembre prochain.

Cette solution de logement permet aux femmes enceintes dans une situation difficile (précarité, isolement, problème de logement, solitude, grossesse imprévue…) de mener à bien leur grossesse dans un environnement chaleureux et sécurisant : des grands appartements de 6 à 8 chambres. Trois ou quatre femmes enceintes y partagent le quotidien avec trois ou quatre volontaires : jeunes femmes de 25-35 ans en mission pour une année qui peuvent travailler en parallèle. C’est l’expérience que j’ai vécue l’année dernière. Depuis sa création, 31 bébés sont nés dans les colocations de La Maison de Marthe et Marie.

Comment s’est fait votre choix de rejoindre l’aventure et devenant volontaire ?

Ce choix de devenir volontaire au service des femmes enceintes en difficulté a été le fruit d’un discernement de plusieurs mois. J’avais entendu parler de l’association plusieurs fois, et au fur et à mesure de ma réflexion, plusieurs signes sont venus me confirmer ce choix que j’étais en train de poser.

Trois raisons principales m’ont poussée à frapper à la porte de la Maison de Marthe et Marie :

– Le choix d’avoir une mission dans mon pays. Lorsque j’étais un peu plus jeune, j’ai longtemps espéré pouvoir partir un jour en humanitaire à l’étranger pendant plusieurs mois, ou un an. Les impératifs de recherche de stage puis de travail ont mis ce projet en suspend. J’ai ensuite découvert d’autres associations qui œuvraient au plus proche de nos lieux de vie. J’ai alors profondément su que c’était cette forme de volontariat que je voulais vivre, car je réalisais que le plus pauvre, la personne la plus seule n’était pas forcément la personne qui habite à l’autre bout du monde, c’est parfois son voisin.

– Le choix de m’engager pour l’accueil de la vie qui me touche profondément depuis toujours. Lors de mes années d’étudiante, j’ai eu plusieurs amies qui sont tombées enceintes de manière imprévue, et j’ai pu me rendre compte à ce moment-là de l’importance du soutien de leur compagnon et de leur famille.

– Le choix de pouvoir donner ce que j’avais reçu. J’ai réalisé que j’avais eu la chance de grandir dans une famille où j’ai beaucoup reçu. De nombreuses années de scoutisme m’ont forgée, et m’ont fait comprendre la joie de s’engager et de donner, de se donner.  Mais le milieu peut-être privilégié d’où je venais me faisait oublier que d’autres n’avaient pas eu les mêmes chances que moi au départ. Cette vie en “vase-clos” ne me suffisait plus, je ressentais le besoin d’élargir mon horizon.

En quoi consiste le rôle de volontaire ?

Mon engagement de volontaire consistait à avoir à la fois le rôle de Marthe et le rôle de Marie, les deux sœurs de Lazare.

Le rôle de Marthe, c’est le côté très concret de l’engagement : c’est apporter une aide aux mamans accueillies à la colocation, faire les courses, préparer les repas, proposer des activités régulières, être à l’affût des bons plans pour les mamans, récupérer les dons de matériel pour la colocation, prendre le relais si l’enfant pleure.

Il me fallait aussi tenir le rôle de Marie. Etre Marie, c’est porter ses colocataires et sa mission dans la prière, c’est avoir une posture d’écoute et de compassion, c’est se rendre disponible, c’est du temps de présence gratuit. C’est accepter de prendre le temps d’écouter une des mamans, qui souhaite se livrer et raconter ce qu’elle a vécu, alors qu’on a envie de se coucher tôt ce soir-là. C’est toquer à la porte de sa colocataire, qui semble ne pas aller très bien depuis quelques jours, et prendre des nouvelles. Etre Marie, c’est être présente toute en délicatesse, ne pas s’immiscer dans le lien mère-enfant en donnant trop de conseils, c’est faire confiance à la maman. C’est aussi savoir décrypter les non-dits, les demandes d’aides tacites quand la maman n’ose pas dire qu’elle n’en peut plus.

La Maison de Marthe et Marie, c’est l’engagement de cette présence, le soir, le week-end, pendant les vacances, à tour de rôle, pour ne pas laisser les mamans seules. C’est partager au quotidien ses joies et ses peines avec toutes ses colocataires.

La Maison de Marthe et Marie, c’est s’émerveiller devant l’échographie du petit bébé à naître. C’est attendre avec impatience la joie d’une naissance, et le retour de la maman et de son enfant à la colocation. C’est partager toutes les premières fois : premiers biberons, premiers sourires, premiers babillements, premiers petits pots, etc.

C’est aussi partager avec la future maman ses inquiétudes, ses doutes face à l’avenir, et tenter de la rassurer. C’est enfin se rendre compte de la “joie intérieure” que procure la maternité, comme le dit le pape François.

Que vous a apporté cette expérience ?

J’ai appris beaucoup de choses pendant cette année à la Maison de Marthe et Marie. Moi qui pensais venir pour donner, j’ai au final beaucoup reçu.

La Maison de Marthe et Marie m’a aidé à développer cette attitude d’écoute et de compassion, à me mettre au rythme de l’autre, à accepter que la temporalité de l’autre ne soit pas forcément la mienne. Marthe et Marie, c’est l’école de la patience. Quelle joie de voir au fur et à mesure de l’année une colocataire s’ouvrir de plus en plus, et s’investir dans l’appartement au lieu de rester dans sa chambre, comme elle le faisait au début.

La Maison de Marthe et Marie m’a poussée à me rendre compte qu’au final, l’autre m’apporte bien plus que ce que je lui apporte. J’ai ainsi pu admirer de nombreuses fois chez les mamans de Marthe et Marie leur force intérieure, leur esprit combattif, leur foi indéfectible en l’avenir, alors même que leur vie ne semblait pas partie sur les meilleurs rails. Quelle richesse ! C’est admirer aussi chez l’autre tous ses dons : ses talents culinaires, son enthousiasme, ses idées d’activité et de sorties, sa personnalité, etc.

La Maison de Marthe et Marie, c’est l’apprentissage de la vie en communauté, avec des colocataires que l’on n’a pas choisies. C’est savoir faire des compromis, c’est laisser tomber parfois ses envies personnelles pour se mettre au diapason de la communauté. C’est, pour reprendre Jean Vanier, c’est le lieu du pardon et de la fête (c’est le titre d’un livre magnifique sur la vie communautaire que j’ai lu avant d’intégrer la colocation). Le lieu du pardon, car la communauté ne peut pas se construire et progresser si des rancœurs persistent après des conflits. C’est parfois dur, il faut parfois mettre son orgueil dans sa poche, bien au fond, et aller demander pardon à celle qu’on a blessée. C’est le lieu de la fête, surtout pour des mamans qui sont seules, et qui n’ont peut-être que cette communauté pour se réjouir avec elles de leurs joies.

La Maison de Marthe et Marie, c’est une association marquée par un profond esprit de bienveillance. La Maison de Marthe et Marie, c’est aussi sentir que l’on fait partie d’une grande famille. C’est suivre la vie des autres colocations, prendre des nouvelles, et se partager leurs joies, annoncer les naissances !

Pour finir, je reprendrai ces mots d’une amie :

La mission ne se résume pas en quelques phrases, elle se vit dans les sourires donnés et reçus ; dans les moments vécus ensemble ; dans le travail fait en commun ; dans les difficultés de la vie quotidienne ; dans la joie et la persévérance ; dans les incompréhensions et les moments d’impatience ; dans les progrès réalisés… Rien ne vaut le sourire d’une personne qui reprend confiance en elle, ou l’expérience de l’engagement qui ouvre de nouvelles amitiés ! Rien ne remplace la joie du don gratuit ! 

Merci Clémence, pour votre engagement et votre témoignage.

Si vous aussi l’aventure vous tente, n’hésitez pas à rejoindre l’une des colocations déjà ouvertes ou à proposer de nouvelles colocations !

Comments are closed.