La désaffectation des églises, “un signe des temps” pour le Pape François

Que faire des lieux de culte catholiques qui ne sont plus utilisés pour la célébration des sacrements ? La question est au cœur d’un congrès qui se tient jusqu’au 30 novembre à Rome, et dont les participants ont reçu ce matin un message de la part du Pape François.

« Dieu n’habite plus ici ? Désaffectation des lieux de culte et gestion intégrée des biens culturels religieux », tel est le thème du congrès organisé à l’Université Pontificale Grégorienne de Rome, ces 29 et 30 novembre. À cette occasion,  le Pape François a écrit un message lu ce jeudi matin par le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la Culture.

Le Pape François explique que les biens culturels de l’Église peuvent presque faire l’objet d’un « discours théologique », tant le Magistère les évoque du point de vue de la liturgie, de l’évangélisation et de la pratique de la charité. Le Saint-Père développe brièvement ces trois aspects.

Servir, évangéliser, protéger

Ces biens culturels font d’abord partie des « instruments de culte », des « signes saints » selon l’expression du théologien Romano Guardini, dont la dimension liturgique prédomine de manière indélébile. Les fidèles peuvent eux-mêmes l’éprouver : ils perçoivent « la permanence d’une sorte d’empreinte qui ne s’épuise pas », même après que les lieux de culte « ont perdu leur destination ».

Les biens culturels religieux sont aussi « instruments d’évangélisation ». D’après le Pape, ils peuvent conserver « leur éloquence originaire » même s’ils ne sont plus utilisés « dans la vie ordinaire du peuple de Dieu » : pour une « exposition muséale adaptée » par exemple, qui « leur redonne presque une nouvelle vie, de manière à ce qu’ils puissent continuer à remplir une mission ecclésiale ».

Enfin ces lieux peuvent être destinés à des « activités caritatives menées par la communauté ecclésiale ». Les biens culturels doivent bien sûr être protégés et conservés, mais ils « n’ont pas une valeur absolue » et doivent servir si nécessaire « au plus grand bien de l’être humain et spécialement au service des pauvres », affirme le Pape.

Des choix réfléchis

Le Saint-Père élargit ensuite son discours aux enjeux actuels. La désaffectation d’un nombre croissant d’églises, dans les villes comme dans les campagnes, ne doit pas être perçue « avec anxiété, mais comme un signe des temps qui nous invite à une réflexion et nous impose une adaptation ». Cette réalité doit être dès maintenant accueillie par les épiscopats concernés. « Les choix concrets et ultimes reviendront aux évêques » prévient le Pape, pour qui ce congrès offrira de simples « suggestions » et des « lignes d’action ».

« Le démantèlement ne doit pas être la première et unique solution à laquelle penser », précise le Saint-Père, et ne doit jamais scandaliser les fidèles.

La Bible elle-même donne une indication. Dans le Premier livre des Maccabées (ou des Martyrs d’Israël), les libérateurs du sanctuaire profané  démolirent l’autel et « transportèrent les pierres sur la montagne de la Demeure, dans un endroit approprié, en attendant la venue d’un prophète qui se prononcerait à leur sujet » (4,46). Ce passage enseigne qu’une église ne peut être considérée seulement sous un angle « technique ou économique », mais aussi selon « l’esprit de la prophétie ». Dans ses pierres « passe le témoignage de la foi de l’Église, qui accueille et valorise la présence du Seigneur dans l’histoire ».

Source : Vatican News

Cher lecteur
Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.
Il faudrait que je trouve 10 000 € d’ici la fin de l’année. Il suffirait que 200 personnes donnent 50 € pour financer Infocatho.
Pourriez-vous être une de ces personnes aujourd’hui ?
L’équipe de Infocatho

Faire un don

Website:

Comments are closed.