La liberté religieuse en danger aux États-Unis, met en garde un juge de la cour suprême

Né en 1950, et lié à Philadelphie par son père, immigrant italien qui s’y établit en 1914, Samuel Alito est juge à la Cour suprême des États-Unis. Excellent juriste et catholique conséquent, Alito a été désigné par l’archevêque de Philadelphie, Charles Chaput, pour prononcer le discours lors de la cérémonie de remise des diplômes universitaires aux lauréats du séminaire Saint-Charles-Borromée de Wynnewood (Pennsylvanie), le 17 mai dernier. Il y a énoncé quelques fortes paroles sur la liberté religieuse mise à mal aux États-Unis…

Dans une allocution […] qu’il a prononcée, après avoir reçu des mains de l’archevêque de Philadelphie Charles Chaput un doctorat honoris causa, [Samuel Alito], un des juges les plus conservateurs [de la Cour suprême] a mis en garde les quelque 75 jeunes lauréats attendant de recevoir leurs diplômes universitaires.

« Pendant presque tout le cours de ma vie, le peuple américain était uni par un profond respect pour la liberté religieuse. Mais depuis peu, les choses ont commencé à changer […] L’idée qu’une expression puisse être proscrite si elle exprime une opinion jugée offensante, s’est répandue dans tout le pays. »

Les procès sur les questions de morale sexuelle – y compris sur les contraceptifs, le mariage entre personnes de même sexe, l’avortement – ont engendré une « hostilité » envers les chrétiens qui tiennent aux valeurs morales traditionnelles, a déclaré Alito. Évoquant son opinion dissidente dans l’affaire Obergefell vs. Hodges, qui a fait jurisprudence en légalisant le mariage entre personnes de même sexe –, il a déclaré : « Je suppose que ceux qui se cramponnent à ces vieilles convictions, auront encore la possibilité de les chuchoter dans quelque recoin de leurs maisons, mais s’il leur prenait l’idée de les exprimer en public, ils risqueraient alors d’être stigmatisés comme fanatiques et traités comme tel par les institutions gouvernementales, leurs employeurs et leurs écoles. »

Parlant aussi de la persécution  et des préjugés contre les chré­tiens au cours des siècles, il a dit : « L’Histoire ne se répète jamais exactement, mais elle fournit des aperçus. » Toutefois, l’histoire de la persécution religieuse n’est pas achevée, a-t-il ajouté en signalant une étude italienne [celle du Centre pour l’étude des nouvelles religions [CESNUR]) qui a découvert que 90 000 chrétiens avaient été tués dans le monde en 2016 en raison de leur foi. « Il y a plus de martyrs aujourd’hui que jamais », a déclaré Alito. « Nous qui sommes aux Etats-Unis, nous devons accorder plus d’attention à ce qui arrive à nos sœurs et frères dans d’autres parties du monde. »

Extraits d’un article paru dans News Work, 17 mai – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo.

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement

 

Comments are closed.