La morale n’est pas un ensemble de permis et d’interdits ! Les formations d’InfoCatho

La morale c’est quoi ? La morale c’est ça….

 

 

Voilà un mot honni, comme l’épouvantail de toutes les libertés, comme le vil prétexte à opprimer les peuples et le plein épanouissement de soi. Vade retro s’il en est, la morale est l’ennemi public numéro Un. On lui préfère depuis peu, la noblesse de l’éthique, véritable sésame du nouvel ordre. Pourtant, à très peu de choses près l’éthique et la morale désignent la même chose, l’une en grec et l’autre en latin. Mais il semble plus doux à l’oreille de parler d’éthique, tant il est vrai que morale est désormais assimilée à catholique, là où éthique peut s’appliquer à toute… Mais à toute quoi ?

Subitement les choses se compliquent et l’on s’entend d’une façon plus vague qu’assumée que l’éthique comprend une connotation positive là où morale pâtit d’une réputation très noire et négative. Unanimement l’éthique est considérée comme quelque chose de bon parce l’éthique vise des pratiques meilleures, pour un monde meilleur. Eh bien nous y voilà. L’éthique n’est pas une fin en soi, elle a un but, une finalité : parvenir à un bien ou à défaut un mieux. L’éthique est donc un moyen pour parvenir à un but considéré comme bon. A l’inverse, un comportement non éthique est réputé ne pas conduire à un but bon. Il y a donc dans l’éthique, comme dans la vieille morale, une notion du bien et du moins bien, voire du mal, l’éthique conduisant au bien, le non éthique éloignant de ce même bien.

Toute éthique se réfère donc à une finalité, laquelle définit l’éthique. Est éthique ce qui va dans la direction de la finalité visée, ne l’est pas ce qui l’en éloigne. Dans le cas des normes éthiques environnementales, ce qui est premier n’est pas le comportement dit éthique, mais l’environnement à protéger. En vue de cette protection, on définit un comportement (des actes) qui ont pour but la protection de l’environnement. Seront éthiques les actions, actes et comportements respectueux de l’environnement. Seront non éthiques ceux qui, au contraire, détruisent ou abiment l’environnement.

En d’autres termes, il faut d’abord définir ce qui est bien (et donc mal) pour définir une éthique. Sera éthique ce qui est conforme au bien visé, sera non éthique ce qui ne lui est pas conforme et ne permet pas d’atteindre l’objectif bon visé. Traduisons du grec au latin. Sera moral ce qui conduit au bien, sera immoral ce qui en détourne. La morale est comme la piste balisée d’un aéroport. Les luminions indiquent la voie du bien. La liberté de l’homme réside dans sa responsabilité à choisir cette voie ou à faire du hors-piste, quelles que soient les raisons de son choix. Et donc à en récolter les fruits, bons ou mauvais.

Toute la question réside dans la définition du bien (et donc du mal). Aussi, toute éthique, toute morale, suppose une philosophie, une idéologie ou une théologie sous-jacente. L’éthique du monde actuel répond à une finalité définie comme bonne par une idéologie très différente de la théologie judéo-chrétienne. Connaître cette idéologie sous-jacente permet de mieux lire les « normes éthiques », c’est-à-dire « l’ordre moral » actuel. Vers où ce monde tend-il ? remarquez au passage, que cet ordre moral prévoit, comme l’ancien des sanctions pour les contrevenants.

Au fond la véritable question n’est pas celle du vocabulaire, mais de l’ordre auquel il répond. En d’autres termes, la finalité de la morale contemporaine (ou des juxtapositions d’éthiques) définie comme bien de l’humanité, est-elle effectivement bonne ? C’est-à-dire, conduit-elle l’Homme vers son bonheur ?

Mais pour répondre à cette question, encore faut-il accepter une autre question que le relativisme refuse comme illégitime, le bonheur de l’Homme c’est quoi ?

La morale n’est pas un ensemble de permis et d’interdits qui mécaniquement ouvrent ou ferment le paradis ou l’enfer. La morale est la piste balisée vers le bonheur de l’Homme. Et cette définition est, en pratique, valable pour tous les systèmes moraux. C’est pourquoi avant de poser un ordre moral (même enfoui sous des normes éthiques), il convient de vérifier son adéquation à la dignité humaine réaliste et non fantasmée. Il y a une adéquation intime et intrinsèque entre morale, bonheur et vérité anthropologique. Avoir dissocié ces trois termes sont la cause, ainsi que la conséquence, ultimes de l’état du monde actuel.

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Xavier Ravier

Website:

Comments are closed.