L’abbaye de Campénéac : chocolat, biscuits et compagnie

Un article proposé par Divine Box.

Au cœur de la campagne bretonne, dans le Morbihan, une communauté de sœurs trappistines partage sa vie entre la prière, les biscuits, et le chocolat ! Ça donne envie, n’est-ce pas ? Divine Box vous met l’eau à la bouche en vous emmenant faire un petit tour à l’abbaye de Campénéac pour découvrir toutes ces pépites. Suivez le guide !

Les débuts d’une aventure gourmande

 

L’abbaye de la Joie Notre-Dame a été fondée en 1921, à l’origine à Sainte-Anne d’Auray. Elle a déménagé en 1953 à Campénéac, pas très loin de la forêt de Brocéliande. Les vingt-huit sœurs de l’abbaye y suivent depuis la règle de saint Benoît, prière et travail. Eh oui, même avec sept offices par jour à partir du 4h15 du matin, les sœurs trouvent le temps et l’énergie pour entretenir un troupeau de vaches, mais surtout pour travailler de leurs mains en faisant des gâteaux ! Depuis 1980, les sœurs ont leur propre biscuiterie. Et comme le succès a vite été au rendez-vous, elles l’ont fait agrandir quelques temps plus tard. Elles en ont d’ailleurs profité pour y intégrer tout le matériel nécessaire pour se lancer dans le chocolat…Et hop, d’une pierre deux coups !

Depuis 1980, les sœurs de l’abbaye de Campénéac ont leur propre biscuiterie ! – Abbaye de Campénéac

Dans les coulisses de la biscuiterie

 

À la biscuiterie de l’abbaye, cinq sœurs travaillent deux jours par semaine pour fabriquer les biscuits. Des galettes jusqu’aux pain d’épices en passant par les gâteaux bretons : leur livre de recettes est varié ! Mais la spécialité des sœurs de l’abbaye de la Joie Notre-Dame, ce sont les croque-thés : orange, framboise, amandes etc… Comme leur nom l’indique, ces gâteaux accompagnent à merveille… le thé !

 

L’organisation à la biscuiterie est minutieuse et chaque sœur a son rôle pour que tout s’enchaîne. Deux soeurs trient ainsi les biscuits pour enlever ceux qui ne conviennent pas, une enfourne les plaques dans le four, les “anciennes” mettent en sachet etc… C’est un véritable travail communautaire !

Cinq soeurs travaillent à la biscuiterie pour assurer la fabrication et le conditionnement des gâteaux. – Abbaye de Campénéac

Une ribambelle de chocolats

 

En parallèle de la fabrication des biscuits, deux sœurs s’occupent en plus des chocolats. En particulier, elles le fondent et lui donne la forme qu’elles souhaitent : des tablettes, des fleurs, et même des lapins ! Le chocolat au lait étant plus récent à Campénéac, c’est surtout les partisans du chocolat noir qui trouveront leur bonheur grâce au travail des soeurs…

 

Et en plus du chocolat sous différentes formes, les sœurs agrémentent aussi parfois leurs productions avec des noix, des dattes etc… Ce sont leurs fameux “mendiants” !

 

Pour les soeurs, l’avantage principal à la production de chocolat est que cela limite le gâchis. En effet :

  • si le moulage est râté, on peut toujours le refondre et réessayer
  • s’il y a un petit surplus de production ou des copeaux en trop, il y aura toujours quelqu’un pour les terminer !

 

 

Et vous savez quoi ? La qualité de leur chocolat est reconnue par la Confédération des chocolatiers et confiseurs de France. C’est pas beau, ça ?

 

Sur leurs mendiants, les sœurs disposent des dattes, des noix, des noisettes etc… Un délice ! –  Divine Box

Un revenu modeste, mais essentiel

 

Tout ce travail manuel et cette production de biscuits permet à l’abbaye de subvenir à ses besoins et de mener ses projets. Par exemple, l’hôtellerie a pu ainsi être rénovée en 2013 pour que les soeurs puissent accueillir leurs hôtes dans de meilleures conditions ! Les bénéfices de la biscuiterie ont également aidé les soeurs de Campénéac à fonder le prieuré de Masina Maria Ampibanjinana à Madagascar.

Alors finalement, se régaler avec les biscuits de l’abbaye, c’est aussi faire une bonne action !

 

 

Découvrir les produits de l’abbaye de Campénéac

 

Pour découvrir les produits de l’abbaye de Campénéac, vous pouvez leur rendre une petite visite (La ville Aubert, 56800 Campénéac). Elles ont une boutique sur place depuis 1989 où vous trouverez de quoi vous régaler ! Mais si la Bretagne est un peu loin de chez vous, vous pouvez aussi aller sur la boutique monastique en ligne Divine Box pour trouver votre bonheur !

 

 

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.