L’abbaye trappiste de Sept-Fons : la plus grande communauté monastique actuellement en France ! (Divine Box)

L’abbaye trappiste de Sept-Fons : la plus grande communauté monastique actuellement en France ! (Divine Box)

En Auvergne, au cœur du Bourbonnais, se trouve la célèbre abbaye de Sept-Fons. Depuis sa fondation en 1132, à travers les siècles et les réformes monastiques, l’abbaye n’a cessé de rayonner autour d’elle et dans le monde entier ! C’est aujourd’hui la communauté qui compte le plus de membres en France ! Vous voulez tout savoir sur cette abbaye ? En route alors, suivez Divine Box et attachez vos ceintures car ça va dépoter !

L’abbaye de Sept-Fons vue du ciel, entre travail aux champs et vie en communauté © Abbaye de Sept-Fons

Il y a bien longtemps…

L’abbaye de Sept-Fons trouve ses origines dès la fin du XIè siècle, en 1098, avec la fondation de l’abbaye de Cîteaux. Petit rappel : à cette époque, trois moines bénédictins initient la réforme « cistercienne ». Leur objectif ? Revenir à la règle de saint Benoît (écrite au VIe siècle) en se distinguant des bénédictins par le réajustement de l’équilibre entre prière et travail. Hélas, le projet n’aboutit pas au premier essai et il faut attendre 1112, soit une petite quinzaine d’années plus tard pour qu’une trentaine de jeunes seigneurs arrivent enfin à Cîteaux, pour suivre la vie cistercienne ! A partir de cet instant, dès 1118, tout s’enchaîne ! En effet, cette année-là, l’abbé de Cîteaux envoie Bernard (le futur « saint Bernard de Clairvaux » !) fonder l’abbaye de Fontenay. Cette abbaye grandit si bien et si vite que dès 1132, une nouvelle abbaye est créée : l’abbaye de Saint-Lieu qui se trouve à… Sept-Fons ! On y est ! Pendant plusieurs siècles, la communauté y vit dans la rigueur et le calme cistercien…

Toujours debout malgré les aléas du temps !

Un petit saut dans le temps s’impose : après plusieurs siècles de prospérité et de croissance,  la ferveur s’estompe peu à peu au XVIIè siècle. L’abbaye de Sept-Fons tombe en ruine, et la communauté se vide de plus en plus de ses effectifs… Les moines ne s’avouent pas vaincus pour autant et en 1661, Dom Eustache de Beaufort est nommé à la tête de l’abbaye de Sept-Fons pour relancer tout ça.

Grâce à l’énergie et au rayonnement de ce moine, la communauté reprend petit à petit du poil de la bête ! A la fin du XVIIe, on compte ainsi 150 moines sur place. Hourra ! Hélas, des années plus tard, la Révolution fait rage et l’abbaye de Sept-Fons n’est pas la plus épargnée. En 1791, les moines sont expulsés, et les bâtiments sont vendus comme « biens nationaux ». Beaucoup de moines de l’abbaye de Sept-Fons sont maltraités, et certains en meurent même. La communauté en prend un coup !

Après un long exode, en 1816, les derniers moines survivants s’installent temporairement en Picardie à l’abbaye du Gard : ils reviennent heureusement bien vite, dès 1845, chez eux, à l’abbaye de Sept-Fons ! Pendant ce temps-là, la réforme des cisterciens, déjà à l’œuvre depuis presque deux siècles, se répand, plus rigoureuse et ascétique. C’est ainsi qu’en 1892, le Pape Léon XII charge l’abbé de Sept-Fons de réunir en un seul ordre les communautés qui avaient commencé cette réforme, dont la figure majeure est l’abbaye de la Trappe à Soligny. C’est ainsi que naissent officiellement les “trappistes” (du nom de la Trappe de Soligny !).

L’abbaye de la Trappe à Soligny, à l’origine de la création des trappistes © Abbaye de Soligny

Et aujourd’hui ?  

Depuis 1899 donc, grâce à l’énergie donnée par les différents abbés de Sept-Fons, l’abbaye cartonne ! Aujourd’hui, 85 moines peuplent l’abbaye Notre-Dame de Sept-Fons, ce qui en fait la plus grande communauté en France. Ils sont jeunes, dynamiques et ils viennent du monde entier !

La communauté est trappiste (vous savez désormais ce que cela veut dire), et les moines suivent donc, comme aux origines de l’abbaye, la règle de saint Benoît, “ora et labora”. Côté prière, ils ont huit offices par jour, le premier à 3h30. Côté travail, ça ne chôme pas ! En plus des travaux domestiques que les moines assurent eux-mêmes (cuisine, nettoyage, hôtellerie), ils cultivent plus de 100 hectares de terre (blé, orge, maïs, etc.), élèvent un troupeau de vaches laitières, et cultivent un grand jardin potager, un rucher et un fruitier (poires, pommes, cerises).

Les moines suivent la règle de Saint Benoît, “ora et labora” : ici, l’entretien du verger.  © Abbaye de Sept-Fons

L’artisanat des moines de Sept-Fons

Vous vous en doutez, qui dit travail de la terre dit souvent artisanat monastique, et à Sept-Fons, ça ne manque pas !

Leur spécialité ? Les compléments alimentaires, à base de germe de blé, et notamment la « Germalyne  » riche en vitamines, que vous connaissez peut-être car elle existe depuis presque 100 ans en 1930 ! C’est une poudre très fine de germe de blé, qui est donc une immense source de vitamines et de protéines. Pour la produire, les moines de l’abbaye de Sept-Fons achètent le blé frais et le passent dans leur propre moulin ! Le goût est plutôt neutre (même si les passionnés apprécient son petit gout de noisette), mais l’intérêt est surtout nutritif.

Mais en plus de ce produit “phare” de Sept-Fons, les moines fabriquent également toutes sortes de confitures, crèmes, fromages et biscuits ! Les activités de transformation ont lieu au “Moulin de la Trappe”, le nom de leur atelier artisanal, entièrement dirigé par les moines et doté d’une usine agro-alimentaire, d’un moulin, d’un atelier de fabrication de confitures, d’un bâtiment de stockage et d’expéditions. Cela permet d’assurer la subsistance de la communauté, et de rendre le monastère autonome et indépendant, comme prescrit par la règle de saint Benoît ! Pas mal, non ?

L’entrée de l’abbaye de Sept-Fons, du côté des frères – ©Abbaye de Sept-Fons

Pour en savoir plus

Sur place, il est possible d’assister à certains offices de la journée et à la messe, d’acheter leurs produits dans le magasin et également de séjourner à l’hôtellerie pendant quelques jours pour se reposer (adultes uniquement). Voici l’adresse : Abbaye de Sept-Fons, 03290 DIOU !

Sinon, vous pouvez aussi acheter les produits de l’abbaye de Sept-Fons en ligne sur le site de Divine Box !

Articles liés

Partages