L’acteur de « La Passion du Christ » : Nous devons être des « combattants » prêts à risquer nos vies pour L’Évangile

Les catholiques doivent être prêts à risquer leurs vies et leurs réputations pour vaincre le mal dans le monde, affirma l’étoile du film, La Passion du Christ, Jim Caviezel à une rencontre d’étudiants de collèges catholiques cette semaine.
C’est seulement par la foi et la sagesse du Christ que nous pouvons être sauvés, expliqua Caviezel, mais cela prendra aussi des gens qui sont préparés à se battre, à se sacrifier et à souffrir.
Citant Saint Maximilien Kolbe, Caviezel soutint que l’indifférence était le plus grand péché du 20e siècle, et l’est encore au 21e siècle.
« Nous devons rejeter cette indifférence, cette destructive tolérance du mal. Mais seulement notre foi et la sagesse du Christ peuvent nous sauver, » dit-il. « Mais cela prend des combattants, prêts à risquer leurs réputations, leurs noms, même leurs propres vies, pour proclamer la vérité. »
« Tenez-vous à part de cette génération corrompue, » défia-t-il les personnes présentes. « Soyez des saints. Vous n’avez pas été créés pour vous adapter, mais plutôt pour sortir du lot. »
L’étoile de La Passion du Christ, vétéran de plusieurs autres films et productions de télévision, fit une visite surprise mercredi soir à la conférence du SLS18 (Student Leadership Summit 2018), organisée par le Fellowship of Catholic University Students (FOCUS).
L’évènement avait lieu du 2 au 6 janvier à Chicago, et a été conçu pour la formation des étudiants de collèges catholiques à devenir des missionnaires dans leurs vies, en particulier sur le campus.
Le message de Caviezel, pris en vidéo et posté sur Facebook par le père Brian Buettner, directeur des vocations de l’archidiocèse de la ville d’Oklahoma, a été reçu avec enthousiasme.
Il préfaça son allocution en mentionnant la prochaine parution du film Paul, Apôtre du Christ, racontant comment l’expérience de participer à un film lui avait montré que pour être grand aux yeux de Dieu, nous devons être petits et l’accepter entièrement, Lui permettant de nous guider.
Caviezel parla aussi de la signification de la souffrance, et décria le malentendu fréquent selon lequel le Christianisme n’est simplement qu’un « beau discours. »
Lire la suite sur Campagne Québec Vie

Comments are closed.