L’Argentine refuse l’avortement mais devra probablement revoter l’année prochaine…

Par 31 voix pour, 38 contre et 2 abstentions, le Sénat argentin a rejeté la légalisation du meurtre de l’enfant à naître. La « journaliste » de France24 Mathilde Buenos, qui n’informe pas, est sous le choc :

Le pape François a multiplié les déclarations contre l’avortement. Dans une lettre adressée aux fidèles catholiques argentins, le pape avait appelé à se mobiliser contre le projet de loi.

Une messe pour la vie a été célébrée mercredi à 20h par le cardinal Mario Poli à la cathédrale de Buenos Aires. Le successeur du Pape François a concélébré avec, entre autres, Mgr Oscar Ojea, évêque de San Isidro et président de la conférence épiscopale.

Il y avait eu 5 millions de manifestants dans toute l’Argentine contre l’avortement.

Toutefois, les partisans de l’avortement espèrent gagner l’an prochain

L’échec de la légalisation du crime de l’enfant à naître en Argentine n’est que partie remise pour les partisans de l’avortement qui constatent tout de même que leur idéologie progresse. Julia Mendez, militante féministe, annonce :

« Et s’il ne passe pas la semaine prochaine, nous le représenterons l’année d’après. C’est la septième fois que nous le présentons, jamais nous n’avions été si proches du but. »

La féministe Senorita Bimbo ajoute :

« Demain, nous serons toujours le mouvement populaire et transversal le plus fort du pays. Demain nous sècherons nos larmes et nous continuerons d’avancer. Il n’y aura pas un pas en arrière. »

C’est la version pro-mort du “On ne lâche rien”…

A l’inverse, aux Etats-Unis, le mouvement pro-vie avance pas à pas pour interdire l’avortement et faire respecter la vie humaine dès la conception. C’est la constance dans les idées qui permet d’avancer. En France, la droite, complice dès l’origine de la culture de mort, a toujours tout lâché. Ainsi, Eric Ciotti, qui passe pour un député de droite, s’est senti obligé de se joindre à la gauche sur cette affaire :

Source : lesalonbeige

Comments are closed.