Laurent Dandrieu – Père Venard versus Mathieu Bock-Coté

Nous avons publié hier la réaction du Père Venard au Livre de Laurent Dandrieu, dans lequel il voit un faux procès intenté au pape. Un lecteur, pour équilibrer, la réflexion nous propose la lecture de  Mathieu Bock-Côté, qui lui perçoit, au contraire,  “une méditation subtile et éclairante sur le destin de notre civilisation” (FigaroVox du 23 janvier 2017)

Mathieu Bock-Côté : « Un certain catholicisme se mue en utopie multiculturaliste »

FIGAROVOX/LECTURE – Mathieu Bock-Côté a lu l’essai Eglise et immigration : le grand malaise. Loin des polémiques, Laurent Dandrieu « ajoute sa voix au renouveau intellectuel du conservatisme français », estime le sociologue québécois.

Journaliste à Valeurs actuelles et auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’histoire de la peinture ou du cinéma, Laurent Dandrieu a incontestablement marqué le début de l’année 2017 avec un livre inattendu, qui a fait éclater un malaise profond chez les catholiques français. Avec Église et immigration : le grand malaise, il se penche sur la doctrine catholique concernant l’immigration. Dans quelle mesure le catholicisme est-il capable de penser les grandes migrations au-delà d’un discours moralisateur et désincarné sur l’ouverture, qui nous est généralement administré et dont le pape François semble s’être fait une spécialité médiatique ? Mais si ce livre frappe fort, il n’a rien d’un brûlot. On n’y trouve aucune facilité polémique, aucune formule gratuite lancée pour le simple plaisir de choquer. Il est non seulement bien mené, mais remarquablement documenté et c’est une pensée forte et articulée qui s’y exprime. On sent que l’auteur méditait son ouvrage depuis très longtemps, comme il le dit clairement dès ses premières pages. Ce livre, à sa manière, est une méditation subtile et éclairante sur le destin de notre civilisation.

Le problème de base peut être aisément posé : il existe une telle chose qu’un devoir d’hospitalité et d’aide aux personnes en détresse. L’Église le pense à travers la parabole du Bon Samaritain. Mais c’est une chose d’accueillir une personne, c’en est une autre d’en accueillir des millions, comme c’est le cas, aujourd’hui, avec l’immigration massive qui se jette en nombreuses vagues sur le continent européen, au point que certains parlent même d’une immigration de peuplement. D’autant qu’on ne saurait assimiler systématiquement la figure de l’immigré à celle du réfugié en détresse, fuyant la guerre et la faim. Est-ce qu’une nation est en droit de défendre ses frontières ? Depuis un bon moment déjà, l’Église semble penser que non. Mais Laurent Dandrieu lui rappelle qu’elle a déjà pensé le contraire et qu’elle a déjà reconnu le droit des nations : la transformation du catholicisme en utopie multiculturaliste n’était pas inscrite dans son ADN. L’histoire des idées, quand on la maîtrise, éclaire la vie de la cité. D’ailleurs, certains papes comme récents comme Jean-Paul II et Benoit XVI conjuguaient paradoxalement une défense résolue du droit des peuples à leur personnalité collective et un immigrationnisme sans nuances, comme s’ils ne voyaient pas la contradiction entre les deux.

Il y a dans la religion chrétienne un souffle messianique. En lisant Dandrieu, on comprend que l’Église catholique, et plus encore le pape François, voient dans les grandes migrations un puissant élan qui brasse les peuples et pourrait les pousser à former une humanité nouvelle, enfin unifiée, comme si la division du monde en peuples et en civilisations était une fracture historique qu’il était enfin possible de réparer. L’humanité pourrait de nouveau faire l’expérience de son unité : la cité cosmopolitique serait une rédemption. Naturellement, ceux qui ne s’enthousiasment pas pour cette dissolution programmée des nations ont le mauvais rôle : on les accuse, selon la formule rituelle, de repli identitaire. Ils ne sauraient pas célébrer le métissage mondial. Comme le note Dandrieu, l’Église est assez étrangère à la question des « grands équilibres » culturels des pays occidentaux, même si elle peut se montrer très zélée lorsque vient le temps de défendre l’identité culturelle de ceux qu’on appelle peuples premiers. Un peuple n’est pas qu’une construction juridique : c’est aussi une réalité historique et culturelle, avec une personnalité propre. Mais le patriotisme devient vite un péché lorsqu’il est revendiqué par les Européens. Ils auraient fait tant de mal dans l’histoire qu’ils devraient faire pénitence en s’effaçant des siècles à venir. Mais l’Église n’est pas seule coupable : c’est la pente naturelle de la modernité de se condamner à ne pas comprendre les particularismes historiques, dans lesquels elle ne voit que des résidus folkloriques empêchant l’unification de l’humanité.

Dandrieu explore les rapports entre le catholicisme et l’islam. Cela va de soi, pourrait-on dire, dans la mesure où l’immigration massive correspond à l’implantation de populations musulmanes en Europe, qui généralement, ne s’y intègrent, parce qu’elles n’y parviennent pas, peut-être, parce qu’elles ne le désirent pas, peut-être aussi. Dandrieu amène toutefois la discussion sur le plan théologique, loin des poncifs répétés par des chroniqueurs incultes qui parlent souvent de religion en faisant la promotion d’un exaspérant irénisme diversitaire. Les deux religions n’en font elles presque une seule, comme semblent le suggérer aujourd’hui de nombreuses autorités catholiques ? Ces dernières ne poussent-elles pas le dialogue inter-religieux jusqu’à perdre de vue la singularité de leur propre religion ? L’étrange discours sur les religions qui domine l’esprit public nous pousserait à croire qu’elles sont toutes interchangeables, ce que Dandrieu ne croit pas, en donnant l’exemple du rapport à la violence. Le terrorisme d’aujourd’hui n’est pas sans étendard. Dandrieu, ici, écrit à la manière d’un catholique dubitatif qui se sent abandonné par les autorités de son Église, comme si ces dernières ne savaient plus quoi faire de la religion dont ils ont la responsabilité. Il faut dire qu’ils sont nombreux, depuis quelques décennies, à entretenir un tel rapport avec Rome. La crise de conscience de la civilisation occidentale a aussi frappé son cœur spirituel qui semble s’être fissuré.

 

Lire la suite sur Figarovox

Comments are closed.