Le 16 Octobre ? 12 raisons d’y être

Plusieurs organismes engagés dans la lutte contre la GPA/PMA, pour l’abrogation de la loi Taubira et la défense de la famille ont publié diverses raisons “d’y aller”.

En voici douze autres à destination des jeunes, mais pas seulement, publiées par Le Rouge et le Noir

J’ai récemment publié sur un réseau social à l’effigie d’un oiseau bleu douze raisons qui font que je serai, le 16 octobre 2016, à Paris dans le cortège de la Manif pour Tous. Mais douze gazouillis limités à 140 caractères, ce n’est pas toujours assez explicite, alors voici quelques menus développements.

1) Prouvons le 16 octobre que nous ne lâchons rien

On Ne Lâche Rien, Jamais, Jamais, Jamais ! La constance dans la lutte est nécessaire. Ce n’est pas une exaltation de vertus supposées héroïques, c’est juste le constat que trop de terrain a déjà été perdu face aux tenants du libéralisme libertaire pour envisager d’en perdre davantage. Soyons donc cohérents avec nos discours.

2) L’Abrogation est possible

Le travail de l’Institut Famille et République a été publié et ses conclusions sont limpides. Une abrogation (non rétroactive pour les personnes de même sexe ayant convolé) est possible et souhaitable. Pour les raisons anthropologiques qui ont fait se lever la France du bon sens en 2012-2013, mais aussi parce que cette loi mal conçue, mal écrite, incomplète, induit des situations juridiques incohérentes et ineptes.

3) Les offensives visant la famille et l’enfant reprennent

En vrac, voici ce que concocte le gouvernement : légalisation de la PMA « sans père » puis de la GPA, statut du beau-parent, ouverture de l’adoption au concubin ou conjoint pacsé, divorce sans juge, PACS en mairie, changement de sexe ou de prénom sur simple déclaration, individualisation de l’impôt sur le revenu par le prélèvement à la source, statut d’ayant droit supprimé. Des attaques tous azimuts dont les victimes sont encore et toujours les familles.

4) Certains qui briguent des suffrages pensent à tort que la famille n’est qu’un sujet annexe

Soignons la cécité volontaire de certains candidats qui refusent de voir ce que veut le peuple qui peut les élire ou les évincer. Ce ne sont pas des taux de croissance, de déficit public, de chômage ou d’intérêt qui votent, ce sont des personnes avec des préoccupations de personnes.

5) La PMA sans Père et la GPA restent des pratiques odieuses

La GPA ou la PMA sans père, c’est priver un enfant de l’un de ses parents, et c’est nier qu’un père et une mère ont chacun un rôle unique que l’autre n’a pas vocation à tenir. De plus, la GPA implique un sordide esclavage incompatible avec la dignité humaine : achat d’ovocytes, mère porteuse, enfant qui devient l’objet d’un contrat. L’adoption s’en retrouve pervertie, elle n’est plus la solution apportée à des orphelins qui sont désormais fabriqués à dessein dans une logique consumériste, pour être adoptés par le conjoint de même sexe. Des intermédiaires organisent ces juteux trafics et s’y rétribuent grassement. Si cela vous dégoûte, pensez que cela en fait rêver certains qui ne voient pas la différence entre « louer son ventre » et « louer ses bras ».

Lire la suite

 

Comments are closed.