Le cardinal Sarah rappelle l’importance de la participation réelle à la liturgie

Le cardinal Sarah rappelle l’importance de la participation réelle à la liturgie

Dans une lettre approuvée par le pape François le 3 septembre 2020, le cardinal Robert Sarah, actuel préfet de la Congrégation pour le Culte Divin, a rappelé la nécessité d’une participation réelle à l’Eucharistie, et non sous une forme virtuelle comme on a pu le voir récemment, lors du confinement. Le cardinal-préfet souligne la dimension communautaire de la vie chrétienne. C’est dans cet esprit qu’a été rédigée la lettre Revenons avec joie à l’Eucharistie !, qui a été envoyée aux présidents des conférences épiscopales du monde entier.

Importance de la dimension communautaire de la vie liturgique

Signé le 15 août dernier, ce texte met l’accent sur certaines vérités de la vie chrétienne liturgique. Il constate d’abord certains “bouleversements”, dont les conséquences doivent être pesées. « La pandémie due au nouveau coronavirus a provoqué des bouleversements non seulement dans les dynamiques sociales, familiales (…) mais aussi dans la vie de la communauté chrétienne, y compris dans la dimension liturgique ». Pour le cardinal Sarah, « la dimension communautaire a une signification théologique : Dieu est la relation des Personnes dans la Très Sainte Trinité » et « il se met en relation avec l’homme et la femme et les appelle à son tour à une relation avec Lui ». Divers aspects sont ainsi abordés dans ce texte romain.

La défense de la communion dans la main

On notera que le texte défend clairement les usages dans lesquels la communion est administrée. En effet, il reconnaît « aux fidèles le droit de recevoir le Corps du Christ et d’adorer le Seigneur présent dans l’Eucharistie de la manière prévue, sans limitations allant même au-delà de ce qui est prévu par les règles d’hygiène édictées par les autorités publiques ou par les évêques  ».Très clairement, il récuse une réception de l’Eucharistie qui devrait être exclusivement assurée dans la main des fidèles.

Les autorités civiles ne sont pas compétentes en matière liturgique

Enfin, ce texte rappelle que la réglementation de la liturgie n’appartient pas aux autorités civiles. Pour cela, il sollicite « l’action prudente mais ferme des évêques pour que la participation des fidèles à la célébration de l’Eucharistie ne soit pas déclassifiée par les autorités civiles comme un “rassemblement”, et ne soit pas considérée comme comparable ou même subordonnée à des formes d’agrégation récréative. Les normes liturgiques ne sont pas une matière sur laquelle les autorités civiles peuvent légiférer, seules peuvent le faire les autorités ecclésiastiques compétentes (cf. Sacrosanctum Concilium, 22) ». La traduction officielle du texte en français n’a pas encore été publiée. Cependant, on peut constater que des points importants de la vie liturgique sont traités dans ce texte qui mériterait d’être connu et étudié.

(Source : Vatican News)

 

 

Articles liés

Partages