Le diocèse de Créteil et le bienheureux Jerzy Popieluszko

Une messe présidée par Mgr Santier sera célébrée le mercredi 19 octobre à 19h en la cathédrale de Créteil pour fêter le 32ème anniversaire de la mort du Bienheureux Jerzy Popieluszko. Une procédure de canonisation, suite à la guérison miraculeuse ayant eu lieu dans ce diocèse, est en cours à Rome.
Mgr Santier, lors d’un voyage en Pologne en 2011, avait confié son diocèse au Bienheureux Jerzy Popieluszko.

Qui était le père Popieluszko ?

Le Père P. Jerzy Popieluszko est né le 14 septembre 1947 à Okopy, un petit village du nord-est polonais, non loin de la frontière lituanienne, au sein d’une famille de paysans profondément chrétiens. Entré au grand séminaire de Varsovie en 1965, il est appelé un an plus tard sous les drapeaux, pour faire trois années de service militaire dans une unité spéciale. Les autorités militaires procèdent alors à un endoctrinement anticlérical et antireligieux dans le dessein de détourner les séminaristes de leur vocation. Jerzy Popieluszko est l’objet de vexations et de persécutions qui portent atteinte à sa santé.

Il est cependant ordonné prêtre le 28 mai 1972. Il est nommé par le cardinal primat aumônier des aciéries de Huta Warszawa.

Après la proclamation de la loi martiale, en 1981, le P. Popieluszko commence à célébrer des « Messes pour la patrie ». Les homélies de l’aumônier charismatique du syndicat Solidarnosc affrontent des thèmes religieux et spirituels comme des questions de société, de politique et de morale : il enseigne la doctrine sociale de l’Église, fait connaître celui de Jean-Paul II et les positions du cardinal primat Stefan Wyszynski. Il n’en fallait pas plus pour attirer sur lui la vindicte des autorités communistes.

Une liste de 69 « prêtres extrémistes » est établie par le gouvernement du général Jaruzelski et remise au cardinal Josef Glemp, qui a succédé au cardinal Wyszynski, avec pour consigne de les faire taire ! Le Père Popielszko y figure, en compagnie de deux évêques, Mgr Tokarczuk et Mgr Kraszewski, auxiliaire de Varsovie, et du confesseur de Lech Walesa, le P. Jankowski.

Le martyre d’un résistant

En décembre 1983, l’abbé Popieluszko est placé en garde à vue pendant deux jours. La police prétend avoir découvert chez lui des armes et des explosifs, ainsi que des tracts de Solidarnosc. La nuit suivante, un inconnu sonne chez lui et lance une grenade, mais il échappe de justesse à cet attentat.

Accusé d’« abus de sacerdoce », il est convoqué treize fois par la milice, au cours des seuls quatre premiers mois de l’année 1984. Le porte-parole du gouvernement communiste, Jerzy Urban, le qualifie de « fanatique politique ».

Ainsi, le vendredi 19 octobre 1984, à 22 heures, sur la route de Torun, la voiture du Père Jerzy est arrêtée par des fonctionnaires en uniformes de la milice. En réalité, c’était des agents de la SB (services de sécurité de l’Etat). Le chauffeur de la voiture est obligé de remettre les clefs de l’auto aux deux hommes et de monter dans leur véhicule. On lui met les menottes. Les deux fonctionnaires l’assomment violemment et le déposent dans le coffre de leur voiture et se sauvent. Le chauffeur du Père Jerzy réussit à sauter du véhicule, se sauve, et se met à la recherche de secours. Au bout de quelques kilomètres, le véhicule s’arrête. Le prêtre est à nouveau frappé. « Ensuite, on lui a attaché les pieds avec un sac de pierres, on lui a passé un nœud coulant autour du cou. Une des extrémités de la corde entravait les jambes repliées de la victime et à chaque mouvement, le nœud coulant étouffait le père Popieluszko » (citation du procès). A ce moment le père est encore en vie. Les assassins décident de le noyer. Le 20 octobre, on annonce au journal télévisé du soir, l’enlèvement du Père Jerzy. Une foule s’est rassemblée à l’église Saint Stanislas Kostka pour prier. Le soir même une messe est célébrée à son intention. Jour et nuit les fidèles prient dans l’église, jusqu’au moment dramatique où la vérité éclate. Le 30 octobre : on annonce que le corps du père Popieluszko est retrouvé dans la Vistule. Les Polonais reçoivent la nouvelle sans céder à la colère, comme le demandait le père Jerzy : « Nous devons vaincre le mal par le bien ». Sa dépouille mortelle est transportée à l’église saint Stanislas Kotska, le soir du 2 novembre. Le lendemain a lieu son enterrement, auquel participent quelques centaines de milliers de Varsoviens et des délégations venant de toute la Pologne.”

La commémoration liturgique du bienheureux Jerzy Popieluszko est fixée au 19 octobre, date anniversaire de son martyre. Son ultime parole ? « Prions pour que nous soyons libres de toute peur, de l’effroi et surtout du désir de vengeance et de violence. »

Sources : Zenit 17/01/14 et site du diocèse de Paris

Jerzy Popiełuszko n’a rien publié de son vivant, mais ses Sermons pour la Patrie ainsi que ses carnets intimes (rédigés entre 1980 et 1984) ont été publiés en polonais et, plus tard, traduits en français par l’entremise de Jean Offredo.
- Jerzy Popieluszko : le chemin de ma croix. Messes à Varsovie Traduit par Michel de Wieyzka. Préface : Jean Offredo, publ. par Cana, Paris 1984.
- Jerzy Popieluszko : carnets intimes (1980-1984). Traduction et introduction : Jean Offredo, publ. par Cana, Paris 1988. (2e édition 1997)

Comments are closed.