Le monastère de la Sainte-Baume : un véritable lieu de pèlerinage (Divine Box)

Le monastère de la Sainte-Baume : un véritable lieu de pèlerinage (Divine Box)

Aujourd’hui, cap sur l’abbaye sainte Marie-Madeleine de la Sainte-Baume située dans le département du Var, au nord de Toulon, près d’Aix-en-Provence ! C’est d’ailleurs entre ces murs que sainte Marie-Madeleine a vécu ses dernières années. Fondé en 1872, le monastère se situe sur un lieu qui a très vite accueilli des moines puisque les premiers s’y installent en… 415 ! À ce jour, vingt-et-une sœurs dominicaines vivent au monastère et sept frères dominicains au sanctuaire. Ces sœurs et ces frères accueillent de nombreux pèlerins. Allez c’est parti, Divine Box vous emmène à la découverte du monastère de la Sainte-Baume !

Le monastère de la Sainte-Baume et son clocher © Monastère de la Sainte-Baume

Les débuts du monastère de la Sainte-Baume

L’histoire raconte que sainte Marie-Madeleine s’est installée à la Sainte-Baume en 47 et y est restée trente années avant de finir sa vie aux côtés de Saint Maximin ermite également venu de Terre Sainte. Alors qu’elle vivait en ermite dans une grotte, des anges viennent sept fois par jour la visiter, la conduisant vers le sommet des falaises pour y prier.

Vers l’an 415, un tout premier couvent fondé par Jean Cassien voit le jour à Marseille : c’est l’abbaye de Saint-Victor. Le moine installe un prieuré dans la grotte et vient régulièrement y prier. A partir du XIe siècle, les moines du monastère se rendent dans la grotte pour accueillir les pèlerins qui viennent pour prier. C’est à partir de ce jour, que la grotte devient un célèbre lieu de pèlerinage. En 816, le pape Étienne IV s’y rend, suivi par le pape Jean VIII en 878 !

Le monastère de la Sainte-Baume, situé au cœur des montagnes d’Aix-en-Provence. © Vie Monastique

Des bénédictins, puis des dominicains

En 1279, des fouilles dans l’église Saint-Maximin sont entreprises par Charles II d’Anjou. Bingo, les recherches sont fructueuses ! On y trouve les reliques de Marie-Madeleine. Le 21 juin 1295, Charles II d’Anjou obtient du pape Boniface VIII une bulle pontificale, confiant la responsabilité des lieux saints aux dominicains : la basilique Saint-Maximin (qu’il fait construire) et le sanctuaire (bâti autour de la grotte de la Sainte-Baume). C’est à ce moment que les bénédictins céderont leur place aux dominicains.

Malheureusement, en 1440, un incendie endommage la grotte et tous les bâtiments autour (dont l’hôtellerie et le monastère). Mais heureusement, le 21 janvier 1516, François Ier, accompagné de sa mère, Louise de Savoie, et de son épouse Claude de France, passe par la Saint-Baume à son retour de Marignan. Il décide de financer une partie de  la restauration de la grotte et crée trois chambres royales dans la grotte. Un beau geste !

Quelques mésaventures

Malheureusement, la Révolution française passe par là et détruit le site… En 1789, la grotte est entièrement pillée, les statues des rois sont décapitées… Et quelques années plus tard, l’intérieur de la grotte et la grande hôtellerie sont détruits. C’est seulement en 1822 que le préfet du Var, Armand Chevalier, restaure le culte catholique. Par la suite, c’est un groupe de trappistes qui s’installera deux ans plus tard en face de l’actuel hôtellerie mais laissera vite la place en 1833 à des capucins qui ne restèrent que deux ans. En 1859, le père Henri-Dominique Lacordaire achète le couvent de Saint-Maximin pour y installer des frères prêcheurs.

Plus de dix ans après, les frères ont de la compagnie ! Une communauté de sœurs dominicaines les rejoint. Jusqu’ici cette communauté constituait l’Œuvre Sainte Catherine à Marseille, au service des infirmes et “malades incurables”, mais personne ne s’en occupait. Les sœurs vont alors fonder le monastère Sainte-Marie-Madeleine. Elles suivront une vie monastique axée sur la prière et le travail, dans le partage fraternel et la recherche de Dieu. Pour les aider à se former à la vie religieuse dominicaine, les frères donneront des cours de théologie aux sœurs (et quelques coups de main pour aménager leur clôture !).

Une sœur se recueille devant l’autel de l’église du monastère © Vie Monastique

L’essor du monastère au XXe siècle

En 1941, le père Gabriel Piprot d’Alleaume et des sœurs dominicaines créent une « école d’hôtellerie » dans les bâtiments de l’hôtellerie. Pendant la guerre, les frères et les sœurs accueillent, hébergent et protègent un grand nombre de personnes et particulièrement des jeunes filles juives allemandes, des catholiques polonais, et des résistants français.

À la fin du XXe siècle, la vie n’est plus aussi calme qu’avant. Le bruit et l’agitation prennent trop de place pour la vie contemplative des sœurs. Un départ s’impose… Les sœurs sont très attachées à sainte Marie-Madeleine, de la part présence des reliques à la basilique. Et ça rend le départ deux fois plus difficile… Mais finalement elles déménagent à Saint-Maximin, au pied du Mont-Aurélien, face à la Sainte-Baume !

Le couvent est situé à l’entrée de la grotte : à l’endroit du lieu de culte et d’accueil du public. En 2002, quatre frères dominicains viennent également s’y installer et le nombre de frères dominicains double pendant l’été 2008. Ils seront chargés d’aider les pèlerins à la grotte et s’occuperont de la gestion de l’hôtellerie de la Sainte-Baume.

Des dominicaines du monastère de la Sainte-Baume devant l’église. © Monastère de la Sainte-Baume

Le monastère de la Sainte-Baume aujourd’hui

Vingt-et-une sœurs vivent aujourd’hui au monastère Sainte-Marie Madeleine de la Sainte-Baume ! Elles prient et travaillent de leurs mains pour fabriquer des produits issus de l’artisanat monastique. Ainsi, leur journée est rythmée, d’un côté, par la prière et les six offices quotidiens (le premier est à 5h50 du matin !) et de l’autre, par le travail manuel avec la confection de confitures, de tisanes et même la création de chapelets et de bougies !

Comment retrouver leurs produits ?

Pour cela, vous pouvez vous rendre sur place et rendre visite aux sœurs au passage ! Voici l’adresse : 1781 Chemin du Défends, 83470 Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Mais si c’est trop loin pour vous, vous pouvez retrouver les produits du monastère de la Sainte-Baume directement sur la boutique monastique en ligne de Divine Box.

Articles liés

Partages