Le Pape appelle au respect de la vie et de l’environnement et à la coresponsabilité européenne pour la Méditerranée

Le Pape appelle au respect de la vie et de l’environnement et à la coresponsabilité européenne pour la Méditerranée

Dans son discours prononcé auprès des autorités civiles maltaises, le Pape a abordé plusieurs sujets. Concernant  les problèmes immobiliers qui caractérisent l’île avec beaucoup de constructions, le Pape a appelé à se détacher « de l’avidité insatiable, de l’appétit d’argent et de spéculation immobilière qui compromettent non seulement les paysages, mais aussi l’avenir ». Pour cela, c’est « la protection de l’environnement et la justice sociale » qui « préparent l’avenir ». Le Pape a aussi mis en garde contre « la soif de progrès (afin qu’elle) ne conduise pas à un détachement des racines ». Il faut donc « préserver la mémoire », mais aussi « tisser respectueusement l’harmonie entre les générations, sans se laisser prendre par les approbations artificielles et les colonisations idéologiques ».

Refus des colonisations idéologiques

Enfin, le souverain pontife est revenu sur les « colonisations idéologiques”. À cet effet, il a exhorté au respect de la vie : les Maltais doivent « défendre la vie de son début jusqu’à sa fin naturelle, mais aussi à la protéger à tout moment contre le rejet et le mépris ». Le Pape a ainsi défendu la dignité travailleurs des travailleurs et des malades. Le Pape a aussi parlé des jeunes qui « risquent de gâcher l’immense bien qu’ils sont en poursuivant des mirages qui laissent un si grand vide en eux. C’est ce que provoque le consumérisme exacerbé, la fermeture aux besoins des autres et le fléau de la drogue qui étouffe la liberté en créant la dépendance ».

Un appel à la coresponsabilité pour la Méditerranée

Concernant l’Ukraine, il a appelé au soutien de tous les pays : il faut des « réponses larges et partagées ». Le Pape a aussi traité de l’espace méditerranéen : « La Méditerranée a besoin d’une coresponsabilité européenne afin qu’elle redevienne le théâtre de la solidarité et non l’avant-poste d’un tragique naufrage de la civilisation. La Mare nostrum ne peut pas devenir le cimetière plus grand d’Europe ». « L’humanité passa avant tout, est première sur tout » : le Pape faisait ainsi référence aux péripéties de l’apôtre Paul, qui fut accueilli sur l’île. « L’autre n’est pas un virus dont il faut se défendre, mais une personne à accueillir ».

L’intervention du Pape François peut être vue dans le lien suivant :

Articles liés

Partages