Le pape invite à recentrer les entreprises sur la dignité de la personne humaine

Le pape a reçu le 3 décembre de grands entrepreneurs participant au Forum “Fortume-Time global” dont le thème était “Le défi du 21e siècle : créer un nouveau pacte social”.

A cette occasion le Saint-Père a rappelé la nécessité de recentrer l’attention des institutions et du monde économique sur la dignité de la personne humaine.

Devant eux, le pape a souligné le « besoin urgent de modèles économiques plus inclusifs et plus justes ». Il les a encouragés à « promouvoir la centralité et la dignité de la personne humaine au sein des institutions et des modèles économiques » et à « attirer l’attention sur le fléau des pauvres et des réfugiés, qui sont si souvent oubliés par la société ».

« Quand nous ignorons le cri de tant de nos frères et sœurs dans tous les coins du monde, a-t-il mis en garde, (…) nous refusons leur sagesse et nous leur empêchons d’offrir au monde leurs talents, leurs traditions et leurs cultures. (…) Et nous-mêmes devenons plus pauvres, non seulement matériellement, mais moralement et spirituellement ».

S’inscrivant en cela dans la droite ligne de la doctrine sociale de l’Eglise, rappelée souvent de manière toujours aussi limpide par son prédécesseur. (voir l’homme centre de l’économie)

Le Saint-Père est également revenu sur les conséquences d’une économie d’exclusion qui oublie les pauvres et les migrants. Le pape François a appelé à « transformer les institutions et les structures économiques de façon qu’elles sachent répondre aux besoins de chacun et qu’elles soient au service de la personne humaine, spécialement de ceux qui sont marginalisés et exclus ».

Il a ensuite rappelé la destination universelle des biens, autre pilier de la doctrine sociale de l’Eglise.

« le bien commun de l’humanité, le droit de toute personne à bénéficier des ressources de ce monde et à avoir les mêmes opportunités de réaliser ses potentialités ».

Pour conclure par un appel :

« Le renouvellement, la purification et le renforcement de modèles économiques solides dépend de notre conversion personnelle et de notre générosité envers les plus nécessiteux »

Source

Comments are closed.