Le planning familial institutionnalisé aux Philippines

Après des décennies de résistance de l’Eglise et du gouvernement – moins ferme ces derniers temps – c’est sous la houlette de leur nouveau président populiste Rodrigo Duterte que les Philippines vont céder à la culture de mort. Ernesto Pernia, secrétaire d’État à la planification socio-économique et en même temps directeur général de l’Autorité nationale pour l’économie et le développement, vient de déclarer lors d’une conférence de presse que le chef de l’État entend signer un ordre exécutif (décret) ordonnant la mise en œuvre complète de la loi de santé reproductive. Loi qui institutionnalise l’accès au planning familial sous toutes ses formes, y compris la contraception artificielle.


 
« Nous allons bientôt avoir un ordre exécutif. C’est à la base une déclaration du président pour dire quelle est sa position et comment il ressent les choses. Il fera preuve de son fort engagement à propos de l’importance de la mise en œuvre de la loi de santé reproductive », a-t-il indiqué à la presse. Pernia a ajouté que le texte est en cours de rédaction.

Source

 

L’arrivée au pouvoir du président Duterte à notablement changé la position de l’Eglise jusque là dominante aux Philippines. La campagne présidentielle avait été un véritable bras de fer entre le candidat Duterte et l’Eglise catholique, stigmatisée, insultée et menacée.

Pas même le pape  ne fut épargné par la véhémence du fougueux leader de l’opposition d’alors.

Depuis son élection, la hiérarchie catholique était en attente… pour voir.

Très vite l’opposition s’est cristallisée sur les exécutions sommaires liées à la lutte contre la drogue. Une lute que l’Eglise ne cesse de soutenir, mais dont elle condamne les méthodes.

A présent, il va falloir à ce pays ultra catholique, mais dont la population a préféré le tribun Duterte anti catholique au vieux pouvoir usé, apprendre à vivre avec l’intrusion officielle des méthodes pour le moins peu catholiques du planning familial.

 

Comments are closed.