Le Saint-Siège alerte sur la vulnérabilité des personnes âgées

Alors que le Saint-Père rappelle l’importance des grands-parents, nous reproposons cette alerte du Saint-Siège sur la vulnérabilité des personnes âgées

Il faut promouvoir le respect pour la dignité des personnes âgées : elles sont une source de richesse pour la société. Cet appel a été lancé par Mgr Bernadito Auza, nonce apostolique et observateur permanent du Saint-Siège aux Nations unies. Le diplomate intervenait lors d’une séance de travail centrée sur la question du vieillissement de la population mondiale.

Evoquant le thème de la contribution des personnes âgées au développement social, Mgr Auza a souligné que l’attention envers les aînés avait atteint un seuil critique, puisque leur nombre ne cesse d’augmenter. Répondre à leurs exigences et développer des mesures concrètes pour assurer la protection de leurs droits constituent des priorités urgentes, a insisté le nonce.

Mgr Auza est également revenu sur les déclarations du Pape François, lors de l’audience générale, le 4 mars 2015, « grâce aux progrès de la médecine, avait affirmé le Souverain Pontife, l’espérance de vie s’est allongée , mais la société ne s’est pas ‘élargie’ à la vie ! Le nombre des personnes âgées s’est multiplié, mais nos sociétés ne se sont pas suffisamment organisées pour leur faire de la place, avec le respect et la considération dus à leurs fragilités et leur dignité ». Les personnes âgées, a expliqué Mgr Auza, sont plus vulnérables pour des raisons liées à la pauvreté, à l’isolement et à la santé. Les catastrophes naturelles, les conflits armés et les crises financières génèrent des effets encore plus critiques, parce que l’accès aux services d’urgence, pour les personnes âgées, rencontrent des limites majeures, dues à l’âge et à une mobilité réduite

Les personnes âgées, a encore assuré le diplomate du Saint-Siège, sont trop souvent exclues de la participation active à la société. Les politiques et les comportements peuvent mettre de côté les personnes qui, autrefois, étaient au centre de la communauté. En réalité, a rappelé Mgr Auza, reprenant les paroles du Saint-Père, elles sont « la réserve de sagesse de notre peuple ».

Il est donc urgent et primordial de promouvoir des politiques et des pratiques qui renforcent l’implication des aînés dans la politique et le processus décisionnels. Il est aussi nécessaire d’assurer une retraite adéquate et l’accès à une formation permanente. Les personnes âgées frappées par la maladie, le handicap ou des déficiences cognitives, ainsi que celles qui vivent seules, ne peuvent contribuer au développement de la société. Elles se trouvent en phase de grand besoin. En ces circonstances, affirme enfin Mgr Auza, nous devons leur montrer notre amour et notre respect.

 

Source Radio Vatican

Comments are closed.