Lectio divina de la Toussaint, par Mgr Le Gall

CELUI QUI ME MANGE VIVRA PAR MOI, LE SAINT !

Lectio divina pour la Toussaint

C’est une participation, certes bien modeste, à cette gloire du Ciel de l’Eglise triomphante, que l’église militante, l’église de la terre essaie de nous faire vivre par la liturgie de la Toussaint, triomphale par la musique, par la lumière, par les fleurs, par les ornements… Car la liturgie est un théâtre dont Dieu est le metteur en scène et qui ne fait que retracer tout ce mystère de la Révélation, du contact, de l’approche inouïe que Dieu a avec l’humanité.

La Toussaint est la fête de ceux qui sont arrivés dans le ciel, les Saints. C’est donc la fête de la sainteté et par suite notre fête à nous aussi qui sommes appelés par Jésus à atteindre la sainteté : « Soyez saints comme votre Père du Ciel est saint ! »

La sainteté, reproduction unique de l’image de Dieu dans mon âme

Est-ce que la sainteté nous intéresse ? Soyons francs ! Oui, pour mettre une chandelle à Saint Antoine afin de retrouver ses clés ; oui pour mettre une fleur à Sainte Rita, patronne des causes impossibles et il y en a dans notre monde y compris celle de notre sanctification ! Mais ma sainteté, l’interpellation personnelle de Dieu à mon âme, est-ce qu’elle m’intéresse ?

Est-ce que je réduis la sainteté à la statue, à l’auréole, au calendrier ou est-ce que je comprends que la sainteté c’est la reproduction unique, personnelle de l’image de Dieu dans un homme, dans une femme ?

Je dis bien unique et personnelle : tous les saints de tous les temps ont reproduit le visage du Christ chacun dans une chair, avec une intelligence, un cœur, des qualités, des charismes… Un visage du Christ aussi beau, aussi vivant que le visage de la Sainte Face de Véronique ! Un visage qui a parlé aux siècles : le visage du Christ par François, le visage du Christ par Benoît, le visage du Christ par Thérèse, sont des visages du Christ vivant avant d’être des statues sulpiciennes. Et cette reproduction à laquelle chacun est appelé (Paul nous le dit : nous sommes appelés à reproduire l’image de Son Fils), c’est le signe d’une communion si intime que même les époux ne la connaissent pas sur cette terre car l’union matrimoniale n’en est que l’esquisse lointaine. « Ils ne feront qu’une seule chair » : voilà, dans la sainteté, la consommation des épousailles de Dieu avec chacun de nous.

« Ils ne feront qu’une seule chair »

Cela nous semble impossible ? Cela nous semble hors de portée et nous prenons les saints pour des extravagants, ce qui n’est pas complètement faux d’ailleurs…

Et pourtant, c’est possible. C’est possible parce que déjà en nous Dieu est présent. Cette communion d’intimité avec mon Père et Créateur est présente en moi dès le premier souffle de la vie parce qu’Il me crée à Son image. Cette présence de Dieu est rendue perceptible et puissante par le baptême qui nous fait enfant de Dieu : « Il a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu, et nous le sommes. » Dès l’instant où l’enfant quitte les fonts baptismaux, il y a cette présence de grâce, cette Vie infiniment mouvante, ce dynamisme trinitaire dans le cœur du baptisé.

Cette présence de Dieu, Jésus nous la rappelle dans la première Béatitude qui est décrite au présent : « Heureux les pauvres car le Royaume des Cieux est à eux ! » Heureux sommes-nous d’être baptisés dans la Pauvreté du Christ, « Lui qui était riche et qui s’est fait pauvre pour nous enrichir de cette pauvreté de Dieu », de ce Dieu qui s’oublie pour se donner ! Heureux sommes-nous !

« Heureux les pauvres car le Royaume des Cieux est à eux »

« Heureux les pauvres car le Royaume des Cieux est à eux » ! Le Christ précise que le Royaume des Cieux est à nous déjà par le Baptême. Nous sommes dans ce Royaume des Cieux, c’est-à-dire dans la sainteté, dans la Vie même de Dieu.

C’est merveilleux de savoir que la sainteté, cette parcelle de sainteté que nous avons en nous, ce n’est pas nous qui l’avons comme un bien qu’il nous faudrait défendre : c’est Dieu qui est, Lui, le Saint, en nous tous, sans acception de personnes, riches et pauvres, petits et grands… « Il est tout en tous. »

Et pour bien marquer l’origine divine de cette appartenance au Royaume, Jésus ajoute la deuxième béatitude, elle aussi au présent : « Heureux les persécutés, car le Royaume des Cieux està eux ! » Saint Paul dira : « C’est dans Sa mort que nous avons été baptisés pour ressusciter à une vie nouvelle. » C’est dans Sa mort à Lui, une mort qui ne nous appartient pas et qui nous plonge dans la vraie Vie, la Vie de la Résurrection…

En même temps que baptisés dans la pauvreté du Christ, nous sommes baptisés dans la Croix, d’une manière indélébile ! Ce n’est pas pour nous établir dans la crainte : « Parce que ce n’est pas un esprit de crainte que nous recevons, mais un esprit de fils qui nous fait crier Abba ! ». C’est le sceau de la propriété de Dieu : « Vous êtes esclaves de la justice. » De même, lorsque Thérèse disait : « La croix est la vie chrétienne », ce n’était pas pour nous faire peur, c’était pour nous montrer que notre vie chrétienne c’est la vie de Dieu, c’est la propriété de Dieu. Donc cette Vie nous est donnée, elle est toute puissante, elle est bienheureuse… Et elle est indestructible, sauf par notre péché…

Que rien de ma vie ne soit en dehors du Christ !

Les choses s’éclaircissent : dès notre baptême, par cette insertion dans le Royaume de Dieu, cette plongée dans l’Océan divin dans lequel nous vivons tel un poisson, Dieu est en nous, dans cette sainteté transcendante, fulgurante, brûlante.

Dieu est là encore pour la faire grandir avec Ses propres forces : avec Sa grâce. Nous n’avons même pas à nous occuper de ce travail de sanctification : faire grandir cette conformité à Son Fils, cette semence déposée en nous par le baptême. Dieu Lui-même dans Sa fidélité va œuvrer pour la faire grandir en proportion de notre maturité.

Dieu se fait présent historiquement, Dieu se fait un parmi nous, Dieu se fait « viator », voyageur sur la terre. Et Dieu se fait nourriture, Dieu se fait Eucharistie, viatique. En assimilant Jésus dans la communion, Jésus peu à peu m’assimile à Lui comme disait Augustin. L’Eucharistie, c’est pour que Jésus soit toujours plus présent jusqu’au bout de mes mains, dans mes facultés, dans les cellules de mon sang, pour que rien de ma vie ne soit hors de cet Océan de Dieu rendu présent par l’Incarnation et rendu éternellement accessible dans le monde par le Pain de Vie.

« Bienheureux êtes-vous si, sachant cela, vous le faites… »

Pour que cette Eucharistie me nourrisse et me fasse grandir en conformité avec cette image de Dieu qui était déposée en moi et que je vais devoir présenter au Père lors du passage, lors de ma Pâque personnelle, il suffit tout simplement que j’aie conscience de la nécessité de ce développement, et que je réponde donc positivement à cet appel que Dieu me lance à me construire avec Lui. En ouvrant mon cœur à Son action.

Avoir conscience de ce développement, c’est avoir conscience de notre imperfection par rapport à l’appel que nous avons reçu, par rapport à la sainteté que nous célébrons aujourd’hui en Sainte Rita, Sainte Thérèse, dans le Curé d’Ars, en Saint Pierre, en Marie, c’est avoir conscience du chemin qu’il reste à faire. Vivons cette béatitude de ceux qui pleurent car ils ont conscience du chemin qui reste à parcourir.

Vivons aussi la béatitude de ceux qui ont faim et soif de justice ! Ne parlons pas ici de la justice sociale, mais parlons de la justice intérieure qu’est la sainteté… Ai-je faim et soif d’être un saint, de pouvoir être illuminé et illuminant en Jésus ?

Vivons la béatitude des cœurs purs, c’est-à-dire ceux qui essaient de régir leur vie en fonction de l’intention de Dieu et non pas en fonction de leurs propres désirs…

Vivons la béatitude des artisans de paix, non pas de ceux qui sont délégués dans les assemblées internationales, mais d’abord la paix intérieure : l’ordre de ma personne, l’ordre divin de ma vocation. Est-ce que je suis dans l’ordre de Dieu comme père de famille, mère de famille, prêtre, engagé, laïc, ayant une responsabilité sociale ?

Celui qui me mange vivra par Moi le Saint !……

« Heureux les artisans de paix ils seront appelés fils de Dieu », « Heureux les cœurs purs ils verront Dieu », « Heureux les doux ils posséderont la terre promise »…

Voilà toutes les béatitudes que nous devons vouloir vivre pour qu’alors l’Eucharistie de nos dimanches produise son fruit effectif : le développement par l’Esprit de l’image de Dieu en moi pour faire de moi un homme à l’image de Jésus. « Et nous tous nous reflétons la gloire du Seigneur, et nous sommes transformés en son image avec une gloire de plus en plus grande, par l’action du Seigneur qui est Esprit » comme l’écrivait Paul aux Corinthiens.

« Soyez saints comme votre Père est Saint » parce que d’abord Ma Sainteté est en vous, et vous en êtes responsables : « Ne savez-vous pas que vous êtes le Temple de Dieu et que le Saint Esprit habite en vous ? »

« Soyez saints parce que Je suis Saint », et que ce n’est pas d’être vertueux qui vous fait monter, mais c’est ma Présence, moi le trois fois Saint, c’est mon Eucharistie qui, en vous, œuvre si vous la laissez agir… « Venez à moi, vous qui avez faim, mangez même si vous n’avez pas d’argent, même si vous êtes pauvres, pauvres de vertu, pauvres de qualité, et je vous rassasierai. »

« Qui mange ma chair… qui boit mon sang… » Qui s’unit à Moi, Dieu-viatique, demeure en Moi et Moi en lui… Et Moi, Je le ressusciterai au dernier jour, c’est-à-dire, Je le glorifierai de ma propre Sainteté…

Mgr Jean-Marie Le Gall

Aumônier catholique

Hôpital d’Instruction des Armées de Percy, Clamart

 

Source

Comments are closed.