L’édito – Un mois d’actualité catholique dans le monde, quand l’Eglise devient le seul rempart face aux pouvoirs temporels.

 

En parcourant les articles publiés au cours du mois de février 2018 par InfoCatho, une impression domine. L’Eglise locale est en opposition constante avec les pouvoirs en place, mais chacune pour des raisons très différentes. A bien des endroits, elle apparait comme le seul rempart entre les populations et le pouvoir.

En Europe, les préoccupations sont un peu différentes. L’Eglise est moins engagée, tandis que les laïcs subissent des vexations croissantes. La fracture entre deux mondes, l’un issu des années soixante et l’autre plus jeune est de plus en plus visible dans les préoccupations des uns et des autres. Les questions morales apparaissent au premier plan de l’engagement des catholiques dans la société, avec la lutte contre la pauvreté.

 

Ainsi, alors que les évêques européens aimeraient faire de 2018 l’année du patrimoine religieux, à Gand, c’est un bras de fer sur la fermeture des églises au culte qui s’est engagé entre l’évêque et les paroissiens. La véritable question, au fond, porte sur la vision de l’Eglise de demain, l’une repliée, l’autre se voulant plus ouverte.  Pendant ce temps, au Luxembourg on se mobilise contre la suppression des fabriques d’églises

Au Royaume-Uni, face aux migrations islamiques incontrôlées, les fidèles préparent un Rosaire sur les côtes, tandis que d’autres se mobilisent pour contrer la tendance visant à faire taire les chrétiens. Un des exemples surprenants concerne  une chrétienne qui se retrouve devant la brigade antiterroriste pour son avis sur l’homosexualité.   Royaume-Uni toujours, le Synode général de l’Eglise d’Angleterre considèrent que le taux des avortements de trisomie 21 au Royaume-Uni et en Europe s’apparente à l’eugénisme nazi. Mgr Mark Davies, pour sa part, a lancé un pavé dans la marre britannique estimant que soutenir le mariage et la famille est plus urgent que le Brexit. En Hongrie, cependant, ViKtor Orbán affirme « Nous nous battrons contre ceux qui veulent changer l’identité chrétienne de la Hongrie et de l’Europe. » L’Allemagne est secouée par différentes affaires. Le meurtre de l’aumônier de la communauté catholique francophone de Berlin n’est pas passé inaperçu, alors que Monseigneur Schick dénonce les attaques anti-chrétiennes. Mais c’est encore le cardinal Marx qui crée la polémique avec ses propos ambigus sur les unions homosexuelles et l’avortement. Des propos condamnés par ses confrères. A Bruxelles, on se lance dans l’opération « des Bibles derrière les barreaux », alors qu’en Belgique, des tags  satiriques invitent les jeunes pour la vie au suicide. Symboles des préoccupations de l’Eglise belge, une statue de Jésus SDF est érigée à Anvers. Enfin, les évêques catalans ont signé une Déclaration commune rappelant que la légitimité morale des différentes options doit être réelle

En Russie, les évêques se félicitent d’une plus grande collaboration entre catholiques et orthodoxes. Fruit de cette collaboration, une initiative œcuménique vient au secours des femmes enceintes en détresse. Une Russie endeuillée avec 5 femmes tuées par daesh à la sortie d’une église.

En Amérique latine les préoccupations sont d’un tout autre ordre. A Lima, l’Eglise se lance contre les ravages de la drogue chez les jeunes. Au Venezuela, les évêques dénoncent les pénuries qui ont fait entrer le peuple dans un cercle vicieux, l’empêchant de penser et de se réaliser. Des évêques tellement engagés contre le gouvernement qu’ils sont accusés de délit de haine. Au Brésil, les évêques voudraient un carême pour dépasser la violence, tandis qu’au Honduras, Notre Dame demeure l’élément d’unité d’une nation divisée. Une fois encore au Mexique deux prêtres ont été tués dans l’État de Guerrero. Plus préoccupant encore, la Cour interaméricaine des droits de l’homme impose le gender

 

Aux États-Unis, sur la question très tendue de l’Immigration, les évêques se sont dits satisfaits mais préoccupés. Au Canada, l’archevêque d’Ottawa remet en place le premier ministre sur ces ambiguïtés. On ne peut être catholique et pro avortement.

L’Orient chrétien connait toujours les mêmes tensions, vexations persécutions. Mgr Warda a tenu à rappeler que les musulmans persécutent les chrétiens depuis 1 400 ans… et n’ont donc pas attendu daesh pour cela. Au Liban, des musulmans ayant profané une statue de la Vierge ont été condamnés à apprendre les sourates du Coran sur Marie. A Jérusalem, le ministre palestinien des affaires étrangères demande au Vatican d’organiser une conférence, tandis que la loi sur la taxation des propriétés religieuses passe mal et a entraîné la  fermeture du Saint-Sépulcre en signe de protestation

A Damas, un quotidien qui ne change pas… 3 enfants de l’école franciscaine ont été tués par un tir de mortier

Les catholiques d’Afrique sont confrontés pour leur part aux nombreuses et diverses crises nationales.

Au Kenya, face à l’inconstitutionnalité, au mépris des droits humains et des libertés, les évêques montent au créneau. Ils ont également  proposé de faire du carême un temps de réconciliation nationale autour du Christ. Pour sa part, L’Eglise sud-africaine s’excuse pour son rôle dans l’apartheid et les évêques se disent  satisfaits du nouveau président

Une Eglise d’Afrique qui se prépare  au Synode des jeunes et pose le défi de l’Eglise en Afrique : accueillir cette jeunesse et l’éduquer au discernement. Pour leur part, les médecins africains rejettent euthanasie et suicide assisté. Alors qu’une église en Égypte est érigée à la mémoire des martyrs coptes. L’université d’Al-Azhar (contre laquelle nous ne cessons de mettre en garde) ouvre ses portes aux Coptes qui acceptent …. de mémoriser le Coran….

Mais la situation est bien plus tendue en Asie où, cependant, on note quelques avancées.  En Inde, en un an, les attaques contre les chrétiens ont doublé. Ainsi, l’Assemblée des évêques s’est-elle ouverte sur fond de peur et de lynchages. Au Pakistan, face à la protestation, six lieux de culte chrétiens sont de nouveau autorisés. Un Pakistan mis sous pression économique par l’UE qui conditionne son aide au cas d’Asia Bibi. L’Azerbaïdjan a vécu l’ordination du premier évêque catholique, tandis qu’en Chine, 100 chrétiens ouïghours ont été envoyés en camps de “rééducation”. Au Timor-Oriental, les jésuites mettent fin à des décennies de pénurie d’eau. Aux, Philippines, c’est l’éruption volcanique du Mont Mayon qui met le diocèse de Legazpi sous-pression, alors que les mineurs perpétuent une belle tradition et offrent de l’or en action de grâce à la chandeleur.

Plus globalement dans le monde, on note  que près de 10 millions de musulmans se sont convertis au christianisme aujourd’hui, laissant entrevoir le début d’un mouvement massif. A Dublin, l’attention de fidèles a permis que pour la rencontre mondiale des familles, le matériel pro-LGBT soit retiré du livret. Rappel clair des règles, un prêtre australien qui a rompu le secret de confession a été excommunié. Enfin… Une loi ça s’abroge ! Les Bermudes mettent fin au mariage pour tous.

Telle fut l’intense activités des catholiques dans le monde en ce mois de février 2018.

Gaspar Folk.

 

Comments are closed.