L’édito – Un mois de bioéthique sous haute tension

base target=”_blank”

 

Etats Généraux de la bioéthique, nous sommes déjà à mi-parcours. Le temps passe et ce mois fut d’une très grande richesse en ce qui concerne la bioéthique et les principes non négociables dans leur ensemble. Nombre de personnalités se sont exprimées pour mettre en garde contre les dérives pressenties des révisions des lois de Bioéthique. Ainsi, pour Sylviane Agacinski, « Les lois bioéthiques ne relèvent pas des sondages ». Abondant en ce sens, Jacques Testart estime que le grand problème de l’éthique c’est de mettre des limites, avant, précise-t-il  d’en arriver à greffer un utérus chez un homme. Au fond, Jean-Marie Le Méné le rappelle “le débat n’est pas entre plus ou moins de morale mais entre l’être et le néant. ” D’autres avertissent que céder à la mode ambiante, c’est obérer définitivement l’avenir. Et c’est ainsi que La bioéthique se retourne contre l’éthique, estime Vivien Hoch.

De leur côté, psychologues, gynécologues, pédiatres, ont expliqué pourquoi ils s’opposent fermement à la légalisation de la GPA qui pour Sylviane Agacinski, est une marchandisation de l’humain. Pour sa part, Gérard Leclerc pose l’effrayant constat que de toute l’histoire de l’humanité, seuls les progressistes refusent le “tu ne tueras pas”.  Sur ce point, en ce qui concerne la fin de vie, et précisément, l’euthanasie, le ministre de la Santé a affirmé ne pas  être favorable à une nouvelle loi. Notons au passage le tweet courageux d’un évêque américain pour la défense de la vie. Dans l’embrouillamini général, Jacques Testart propose de comprendre des enjeux de la recherche sur l’embryon, de l’eugénisme, du transhumanisme et de la société à venir.

A jouer les apprentis sorciers, on apprend d’une étude américaine que deux mères ou une mère et un père, les effets concrets sur les enfants ne sont pas vraiment les mêmes. De son côté, toujours celui de l’apprenti sorcier, une nouvelle étude montre que pour les femmes l’avortement n’est pas une libération.

Mais si la France est en ébullition, le danger vient en droite ligne de l’ONU. Raison pour laquelle, nous avons publié pour vous une petite liste des actions dangereuses que l’ONU mène sous notre nez. ONU où la France déplore que ses alliés remettent en cause l’avortement. Larmes de crocodiles de Marlène Schiappa qui nous vaut la magistrale réponse d’un trisomique.

ONU toujours, dans le cadre de la GPA, un rapport du Conseil des droits de l’homme propose de payer tout le monde, sauf la mère porteuse. Finalement ce que souhaite l’ONU, c’est rendre compatible la GPA avec l’interdiction de la vente d’enfants. Sans surprise, Médecins du monde affirme son soutien à la généralisation de l’avortement, alors que nous apprenons que l’administration Obama a donné pas moins  de 1,6 milliards de dollars d’argent public pour l’industrie de l’avortement.

En France, l’épiscopat c’est notablement mobilisé. Les évêques insistent pour que les fidèles participent aux Etats Généraux de la bioéthique et l’Eglise rappelle qu’elle condamne bien toute PMA. En ce qui concerne la fin de vie, les 118 évêques ont signé à Lourdes une déclaration commune. Monseigneur Aupetit est lui-même abondamment monté au créneau, rappelant que le progressisme n’est qu’une adaptation aux désirs individuels qu’il faudrait servir. Il a par ailleurs regretté qu’« une partie de nos concitoyens, y compris des catholiques, ne prenne pas la mesure des changements de société qui peuvent nous impacter »,  rappelant qu’il n’y a pas de sens inéluctable de l’histoire.

 

C’est que le débat est chaud ! On se souvient que 156 député LREM avaient déposé un projet de loi en faveur d’une loi immédiate pour l’euthanasie. Contre les “156”, une initiative parlementaire hostile à l’euthanasie a vu le jour. Mais surtout, ce mois de mars aura révélé l’envers du décors des Etats Généraux de la bioéthique. Ainsi, sur le site des états généraux de la bioéthique, tout est fait et dit pour promouvoir la GPA. Grâce à la vigilance de certains, une fraude massive dans les votes a pu être dénoncée. Et, surprenant… Quand on enlève les fraudeurs les résultats sont… très différents. De leur côté, les sondages posent la question d’une manipulation, sur la question de la PMA. Quant à la Gestation pour autrui, une petite étude révèle la fabrique de l’opinion. De sorte que Jean-Frédéric Poisson dénonce la mascarade organisée par le Gouvernement.  A quoi nous pouvons ajouter d’autres manipulations. Ainsi, à Nice, Mediapart tente de faire croire que LMPT pollue les débats bioéthiques. En toute impunité on assiste à la promotion de la PMA, pourtant illégale en France Et c’est la Une de Charlie qui résume bien la question de fond entre hédonisme pour les uns, esclavage pour les autres. Enfin, tandis que pour Marlène Schiappa, avorter est un droit comme celui de passer le permis de conduire, signalons X,Y et moi, un spectacle pro-genre, présenté dans les collèges à l’insu des parents. Le tout au nom d’une tolérance et d’une ouverture que tous n’ont pas ressenti… Ainsi, au Semi-marathon de Paris, pendant que certains suaient pour la vie, d’autres transpirent l’intolérance

 

Poursuivons par de belles notes d’espérances tous azimuts…

Pour Vincent Lambert, rien n’est perdu. Ses parents ont reçu l’appui d’éminents spécialistes. L’initiative, 40 Days for life, enregistre déjà 400 bébés sauvés et 110 messes célébrées en France. Tandis que pour participer aux combats de la bioéthique, le diocèse de Versailles lance une plateforme, une pétition est ouverte pour défendre l’humanité contre le marché de la procréation. Petit clein d’œil touchant avec Florette Coquinette, une petite héroïne porteuse de trisomie 21 qui change votre regard sur la différence. Et enfin, dernière proposition du mois, la fertilité, une aventure de couple.

Une véritable effervescence donc avec cependant un gros nuage sombre, Humanae vitae serait-elle en danger ?  Les attaque et contre attaque dans les coulisses de la Curie vont bon train.

Voici donc un mois d’actualité bioéthique, riche et chaude, alors que nous sommes arrivés à la mi-carême des Etats Généraux.

 

 

 

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.