L’édito – Un nouveau Notre Père ?

L’édito – Un nouveau Notre Père ?

Dans un raccourci commode, nous entendons parler du nouveau Notre Père, pour évoquer la nouvelle traduction, non du Notre Père, mais de cette petite phrase qui fit couler beaucoup d’encre, « Ne nos inducas in tentationem ». InfoCatho a publié depuis l’annonce de cette « mise à jour », une série d’articles pour expliquer tout autant la polémique, la réforme que le sens profond de cette petite phrase qui suscita dès les premiers temps de l’Eglise diverses explicitations. Au fil du mois de décembre, nous poursuivrons notre excursion, riche d’enseignements et de médiations. La rapide confusion d’un chroniqueur radio pour qui cette nouveauté hurlait aux oreilles, l’anti-islamisme a eu le mérite de pousser les fidèles à se renseigner sur les tenants et aboutissants de ce nouveau changement de traduction. Car le chemin ne va pas de soi du « ne nous laisse pas succomber », à « ne nous laisse pas entrer » en passant par « ne nous soumets pas » à la tentation.

Tout d’abord, tout traducteur, tout linguiste sait que traduire c’est forcément interpréter, c’est-à-dire trouver la formulation la plus proche du sens du mot, sachant que les transferts mots pour mots sont rares, du fait de la polysémie propre à chaque langue. Mais, si traditor traditus, le traducteur est un traitre, interpréter n’est pas forcer le sens. C’est ici que l’idéologie peut subrepticement se glisser. Dans le cas d’une traduction francophone, il convient également de prendre en compte les référents culturels de chaque pays de langue française. Au Canada par exemple, certains mots sacré sont devenus des insultes ou jurons qu’il devient difficile de glisser dans la liturgie, comme calice ou tabernacle.

Chaque mot traduit du latin, du grec ou de l’araméen porte en lui une riche exégèse que les Pères de l’Eglise et les plus grands mystiques n’ont cessé de déployer. Une occasion donc pour nous de ruminer ce notre Père, mot après mot, pour se l’approprier. C’est ce que nous vous proposerons de faire sur InfoCatho, au fil de l’eau. Mais pour qui veut une belle lecture spirituelle pour se préparer à Noël, la médiation du Notre Père par saint Cyprien de Carthage est un bijou que le pape Benoît XVI ne s’est pas privé de présenter au cours de ses catéchèses.

 

Cyril Brun, rédacteur en chef

Articles liés

Partages