L’édito – Vindicatif, revendicatif ou prophétique ? Le service rendu par les catholiques à l’humanité.

 

L’article publié par Jean-Marie Vaas sur « un tweet qui interpelle » au suscité l’une ou l’autre réaction qui ont le mérite de nous interpeler à notre tour. Comment réagir dans un monde déchristianisé, mais pourtant chrétien qui s’ignore ? Le Christ nous avait prévenu. Le monde ne nous aimerait guère. Les réactions que nous pouvons avoir face à cette inimitié sont multiples et peut-être sont-elles aussi nombreuses que nous sommes de catholiques. Certains se cachent, d’autres se cabrent et beaucoup se situent quelque part sur la palette de nuances qui va de l’un à l’autre de ces excès. Au fond, l’attitude de chacun ressemble souvent à un mélange de saint Pierre au jardin des oliviers, de lumière sur le boisseau, de levain dans la pâte et de saint Pierre dans la maison du Grand Prêtre. Nous pouvons être en fuite ou sur la défensive, dans le dialogue ou dans le compromis, vindicatif ou accommodant, dans la revendication ou le témoignage et parfois un peu tout ça. L’enfouissement, nous l’avons expérimenté, n’a rien donné de bon. Au contraire, il a facilité le rouleau compresseur anti chrétien des dernières décennies. Dans un monde qui sans cesse pousse les catholiques hors de l’aire de jeu de la vie publique, devons-nous revendiquer le droit d’exister, ou nous fondre dans la masse ? Il me semble que si nous voulons être la lumière du monde et le sel de la terre, nous ne devons pas cesser de revendiquer notre place au cœur de ce monde et même regagner le terrain que nous avons perdu. Pourquoi ? Si nous sommes convaincus de la vérité de notre foi et que le bonheur de l’Homme est en Dieu, ne sommes-nous pas égoïstement coupables de laisser nos frères en humanité submergés par la vague anti-Dieu qui se déverse sur le monde dont nous ne sommes peut-être plus les digues solides ? Faut-il pour autant être vindicatifs ? Assurément non ! Ce n’est pas ainsi que le Christ aurait agi. Mais pour autant, Il sait nous envoyer comme des agneaux parmi les loups et Il nous envoie quand même. Revendiquer notre droit à être chrétien et plus encore à évangéliser le monde ne peut se faire à reculons, pour protéger notre pré carré, mais comme une prophétie qui sans cesse rappelle au monde sa destinée. Affirmer notre foi et la vivre au grand jour, au risque du martyre, il est vrai, est, ce me semble, un des plus grands services que nous sommes appelés à rendre à l’humanité.

 

Comments are closed.