L’enseignement catholique belge ouvert au multiconfessionalisme des enseignants pour favoriser leur propre identité

La haute école anversoise Karel de Grote (Charlemagne) selon laquelle les écoles catholiques devraient recourir plus souvent à des enseignants non-baptisés trouve un soutien clair auprès de l’Enseignement catholique flamand. En théorie, les professeurs non baptisés peuvent enseigner dans une école catholique de l’enseignement primaire. Dans la pratique, cela ne se produit que très exceptionnellement, précisément parce qu’ils ne peuvent pas enseigner la religion, et l’enseignant ou le maître doivent généralement enseigner tous les sujets, en dépit de toutes sortes de solutions de rechange. Un humaniste, un bouddhiste ou un enseignant musulman pourraient donc être remplacés pour l’enseignement de la religion. Un pas que beaucoup trop peu d’écoles franchiraient, affirme le Haute Ecole anversoise catholique Karel de Grote dans une lettre ouverte que de Morgen a pu consulter. … Comme d’autres hautes écoles catholiques, Karel de Grote a mis en place un programme spécial dans la formation des enseignants pour des étudiants non-croyants ou des croyants d’autres confessions. Lieven Boeve, PDG de l’Enseignement catholique flamand, a déjà souligné qu’il aimerait voir plus d’enseignants musulmans, mais les établissements scolaires décident de façon autonome. Il dit maintenant se réjouir de l’appel de l’établissement anversois qui correspond d’après lui à l’esprit de dialogue au sein de l’école catholique. L’identité chrétienne reste centrale, mais chrétiens, musulmans, libéraux et autres croyants sont appelés à œuvrer ensemble pour façonner leur propre identité à travers le dialogue.

La question qui se pose dès lors est celle de l’identité propre de l’enseignement catholique.

Source

Comments are closed.