Les coptes du Sinaï fuient par centaines les violences de l’EI

Les coptes égyptiens d’Al Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï, ont quitté la ville par centaines pour fuir la campagne de violence lancée par les islamistes de l’organisation de l’État islamique contre les chrétiens de la région. La plupart des familles ont trouvé refuge dans les locaux d’une église évangélique de la ville d’Ismailya, à 120 km à l’est du Caire ou sont hébergées par des proches dans la capitale ou à Suez.

Depuis plusieurs semaines des assassinats visant les coptes se sont multipliés : sept personnes ont ainsi été tuées par balles, décapitées ou brûlées vives. Ces homicides ont été revendiqués dans des messages vidéos par des islamistes se revendiquant de Daesh et définissant les coptes comme leur « proie préférée ».

Les autorités égyptiennes ont condamné ces crimes. Le Dar al Ifta al Misryah, l’organisme présidé par le grand mufti d’Egypte et chargé d’orienter et d’éteindre les doutes et les controverses concernant l’application des préceptes coraniques, parle d’une campagne orchestrée par les groupes djihadistes ayant pour but de détruire l’unité nationale. Selon l’agence Fides, le patriarche copte-orthodoxe Tawadros II et le Premier ministre égyptien Sherif Ismail, se sont parlés au téléphone pour évoquer le sort de ces coptes déplacés et de l’urgence de les protéger contre de nouvelles attaques.

 

 Source Radio Vatican

Comments are closed.