Les enfants premières victimes de la théorie du genre

Le magazine « National Geographic » a mis en scène un garçon de neuf ans, pour porter, de manière assez agressive, l’idéologie du genre aux enfants, comme nouvelle norme sociale. Vous savez, cette idéologie du genre qui, selon Najat Belkacem n’existe pas !

Citizen Go lance une pétition pour demander aux éditeurs de ce magazine de se rétracter et d’arrêter de mettre en avant le délire idéologique du groupe extrémiste LGBT.

A cette occasion, le site rappelle quelques points clefs du combat idéologque.

L’idéologie du genre n’est pas seulement une erreur scientifique ; elle vise à saper les bases même de notre civilisation. Sans parler des effets dévastateurs sur les enfants. Car, au fond, il s’agit clairement d’une violence faite aux enfants.

Sans doute, les personnes gays, lesbiennes, transsexuelles, bisexuelles portent-elles en elle-même une souffrance toute particulière. Nous pouvons le comprendre et les aider. Mais de là à transformer cette souffrance en une mode, en un exemple à suivre « pour tous » (à commencer par les plus malléables que sont nos enfants), il y a un pas qu’aucune personne sensée, qu’aucun scientifique ne franchirait.

L’idéologie du genre tente à faire croire que homme et femme ne sont que des constructions sociales et culturelles, et qu’il n’existe aucun rapport entre le genre et le sexe biologique d’une personne. Un homme biologique pourrait donc devenir femme « genrée » pour peu qu’il accepte d’être « progressiste » et de mettre de côté ses vieilles constructions judéo-chrétiennes…

Comme s’il n’y avait dans le monde, que les juifs et les chrétiens pour s’aperçevoir que les hommes et les femmes sont différents !

National Geographic est une revue qui ne fait pas l’objet de relecture par des scientifiques avant publication. Les articles qui y paraissent ne font, par conséquent, l’objet d’aucun contrôle académique. Mais en revanche, ils font des dégâts…

Susan Goldberg, sa rédactrice en chef a déclaré ceci :

« Les marqueurs génétiques masculins et féminins « XY » ou « XX » ne disent pas la vérité complète et appelle à une révolution de genre ».  Ce qui signifie, quand on sait lire entre les lignes : « La science, la biologie et le bon sens de 7 milliards de personnes dans le monde (sans compter les milliards d’autres, depuis la création de l’Homme) ne disent pas la vérité. Mais nous, National Geographic, nous la disons ! »

Qu’en pensent les scientifiques ?

Le 17 août 2016, l’American College of Pediatricians a publié un communiqué déclarant que « l’idéologie du genre nuisait aux enfants ». Et il « invite les éducateurs et les législateurs à rejeter toutes les politiques [confinant à la propagande] dont l’objet est clairement de conditionner les enfants à accepter comme normal, voire banal, une opération chirurgicale pour changer de sexe. »

Ce prestigieux groupe de pédiatres et autres scientifiques mondialement reconnus ajoutent que « ceux sont les faits – et non l’idéologie – qui reflètent la réalité ». Dans leur déclaration, ils déclarent également ceci : « Croire qu’une personne est quelque chose qu’elle n’est pas, est, au mieux, le signe d’une pensée confuse ».

Ces déclarations sont appuyées par trois médecins de premier plan dans le domaine, y compris Paul McHugh, M.D., professeur à la Faculté de médecine de Johns Hopkins et ancien psychiatre en chef à l’hôpital de Johns Hopkins.

Demandez au National Geographic d’arrêter le délire idéologique

 

Comments are closed.