Les vœux “laudato si” des évêques du Congo pour la forêt

“Les forêts disparaissent progressivement à cause de l’exploitation excessive du bois et d’une politique de reboisement au rabais sur l’ensemble du territoire national” dénoncent les évêques de République du Congo (Congo Brazzaville) dans leur Message de Noël et de Nouvel An.

« Notre pays est béni par Dieu » affirment les évêques en rappelant les importantes ressources forestières, agricoles, minérales et maritimes dont il dispose. « Mais que faisons-nous de ces bienfaits de Dieu ? ».

Outre l’exploitation sauvage de la forêt pour en tirer du bois, le message dénonce les incendies sauvages allumés « par des personnes parfois mal intentionnées » qui « détruisent des forêts entières » dans les villages et l’inexistence dans les villes d’un système de collecte des déchets et des eaux sales, faisant des rues et des cours d’eau de véritables décharges. Lacs et fleuves, qui fournissaient de l’eau pour boire et se laver « ont été transformés en toilette et en poubelles, là où sont jetées, sans gêne, jeter les ordures, avec des conséquences néfastes sur la santé publique ».

« Le paludisme, qui est la cause principale de la mort dans notre pays, est aussi la conséquence du manque d’entretien de nos rivières et de nos espaces publiques, d’où les moustiques, les moucherons et le développement de certains microbes liés à cet état d’insalubrité qui causent d’autres maladies comme la fièvre typhoïde » dénonce encore le message.

 

Après avoir rappelé l’exhortation au respect de l’environnement contenue dans l’Encyclique du Pape François, les évêques lancent un appel à une « conversion écologique » qui passe par le respect de la nature et par l’éducation. Est également proposée la réintroduction de l’éducation civique dans les écoles et la mise en place de programmes spécifiques à transmettre au moyen de la radio et de la télévision. Cependant tout commence, soulignent les évêques, par le fait de ne pas jeter de déchets dans la rue mais dans les poubelles prévues à cet effet.

Source Fides

Comments are closed.