L’hôpital de « l’Enfant Jésus » de Rome disponible pour accueillir Charlie Gard

La présidente de l’hôpital pédiatrique Bambino Gesù (Enfant Jésus) qui dépend du Vatican, Mme Mariella Enoc, se déclare disponible pour accueillir Charlie Gard à Rome, si ses parents le souhaitent et si son état le permet.

Elle cite, dans un communiqué de ce lundi 3 juillet 2017, en italien, le tweet du pape François, posté sur son compte @Pontifex_it, le 30 juin : « Défendre la vie humaine, surtout quand elle est blessée par la maladie, est un engagement d’amour que Dieu confie à tout homme ».

« Les paroles du Saint-Père, en référence au petit Charlie, résument bien la mission de l’hôpital Bambino Gesù. C’est pourquoi j’ai demandé au directeur sanitaire de vérifier avec le Great Ormond Street Hospital de Londres, où le nouveau-né est hospitalisé, si les conditions sanitaires sont réunies pour un éventuel transfert de Charlie dans notre hôpital. Nous savons que le cas est désespéré et qu’il n’existe pas, apparemment, de thérapies efficaces. »

Mme Enoc exprime aux parents sa proximité en disant : « Nous sommes proches des parents par la prière et, si c’est leur désir, nous sommes disponibles pour acueillir leur enfant chez nous, pour le temps qu’il lui reste à vivre. »

Le pape François a adressé un message aux parents de Charlie Gard dimanche soir, 2 juillet, disant, par son porte-parole, Greg Burke, sa proximité : « Le Saint-Père suit avec affection et émotion l’affaire du petit Charlie Gard et il exprime sa proximité à ses parents ». Le pape François, dit-il, « prie pour eux souhaitant que l’on ne néglige pas leur désir d’accompagner et de soigner leur enfant jusqu’au bout ».

Charlie Gard est né le 4 août 2016 et il est atteint d’une maladie mitochondriale rare endommageant son cerveau : il dépend d’une assistance respiratoire. Mais il ne reçoit pas d’autres soins. Il est seulement hydraté et alimenté par une sonde.

La Cour européenne des droits de l’homme a rejeté le 27 juin leur demande d’emmener leur enfant aux Etats-Unis pour un traitement expérimental et la Cour suprême britannique s’est prononcée en faveur de l’arrêt de l’assitance respiratoire, de l’hydratation et de l’alimentation, ce qui revient, selon les experts, comme le cardinal Elio Sgreccia, à une euthanasie.

 

Source

Comments are closed.