“Libérez ma pilule” ne convainc pas les professionnels

La Fédération nationale des collèges de gynécologie médicale (FNCGM) a fait connaitre vendredi son opposition à la demande du collectif « Libérez ma pilule », qui réclame la mise sur le marché d’une pilule contraceptive progestative sans ordonnance (cf. La pilule contraceptive sans ordonnance, un « droit » ou un risque ?). Le FNCGM, instance nationale de représentation des collèges régionaux de gynécologie qui compte environ 2 000 membres, estime qu’en tant que « médicament », aucune pilule contraceptive ne peut se « choisir » en quelques minutes, « derrière le comptoir d’une pharmacie ».

D’autres professionnels de santé ont fait connaitre leur opposition à l’idée d’une « pilule sans ordonnance ». Le docteur Gilles Lazimi, médecin généraliste au centre municipal de santé de Romainville, s’interroge : « C’est possible, mais à qui est-ce que cela profite ? (…) Sans prescription, cela signifie aussi sans remboursement et liberté de fixation des prix par les pharmaciens ».

Enfin, l’Association des Victimes d’Embolie Pulmonaire et AVC liés à la contraception hormonale (AVEP), en contact avec de « jeunes femmes et adolescentes déboussolées face au choix » d’une contraception, s’est dite « interloquée » de la proposition. L’association s’indigne du titre « racoleur »de la pétition, et de « l’absence de sources permettant de se renseigner ». Elle rappelle que « concernant les pilules progestatives, l’ANSM n’a diffusé aucune source et étude épidémiologique permettant d’affirmer l’absence de risque thromboembolique ».

Note Gènéthique : En France, la pilule du lendemain, plus fortement dosée que toutes les pilules contraceptives, est disponible sans ordonnance en pharmacie (gratuitement et anonymement pour les mineures).

 

Source Généthique.org

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.