Lima – La lutte de l’Eglise contre las ravages de la drogue chez les jeunes

Le trafic de drogue ne constitue pas une menace supplémentaire pour la société mais la menace principale. Au Pérou, cette plaie représente plus de 3 milliards d’USD par an et « le problème s’accroît chaque jour » déclare à l’Agence Fides Marilú de Cossio, fondatrice et présidente de Monde Libre, la seule communauté thérapeutique formelle pour les enfants des rues au Pérou. Dans cette situation, le point le plus faible est constitué par la famille, attendu qu’un tiers d’entre elles ne dispose pas d’une figure paternelle. Les délinquants profitent des carences affectives présentées par les familles problématiques pour impliquer les plus jeunes dans la vente de drogue, au travers de stratégies précises, visant à pénétrer dans les écoles et les quartiers pauvres de manière à acquérir de nouveaux consommateurs.


Face à ce scénario, l’Archidiocèse de Lima s’est activé dans le domaine de la promotion de la famille, fondement de toute société. Le XX° Synode archidiocésain de Lima, célébré en 2015, a proposé la création de Centres de promotion et d’orientation de la famille et de défense de la vie dans chaque Paroisse et, aujourd’hui, il s’agit d’une réalité dans nombre d’entre elles. Des conclusions de ce dernier Synode, S.Em. le Cardinal Juan Luis Cipriani, Archevêque de Lima, a souligné dans sa dernière Lettre pastorale : « Il est nécessaire de disposer d’une pastorale familiale organisée dans chaque Paroisse afin d’accompagner les membres de la famille au cours de toutes les phases de la vie » en reprenant ainsi l’appel du Pape François dans le texte de l’Exhortation apostolique Amoris Laetitia en faveur d’une pastorale centrée sur l’Evangile de la famille.


Marilú de Cossio, qui depuis plus de 30 ans œuvre à la réhabilitation et à la réinsertion des enfants des rues, en leur offrant un vaste espace confortable, comprenant aussi la présence de professionnels, et des traitements holistiques, indique à Fides : « Pour nous, il est important de les récupérer au niveau spirituel, psychiatrique et psychologique. L’Evêque de Lurin, S.Exc. Mgr Carlos García, nous envoie chaque samedi des séminaristes et des catéchistes pour préparer les enfants aux sacrements de l’initiation ». Affirmant par ailleurs que 89 % des jeunes qui suivent le programme complet de réhabilitation surmontent ce problème, elle explique : « Aujourd’hui, ils sont administrateurs d’entreprises, avocats, mécaniciens, techniciens, entre autres. Il est vrai que tous ne parviennent pas à se sauver mais cela vaut la peine de faire tous les efforts possibles ». Elle commente ensuite avec satisfaction le fait que, au cours de ces dernières années, 2.500 mineurs en situation d’abandon ont ainsi pu être réinsérés.
Selon la Commission nationale pour le développement et la vie sans drogue, quelques 70.000 personnes par an commencent à faire usage de marijuana au Pérou. De même, selon le rapport 2017 du Ministère de la Santé local, l’usage de drogues parmi les jeunes de 19 à 24 ans aurait augmenté de manière notable entre 2010 et 2015, ce qui est source de préoccupation.

 

Source Agence Fides

Comments are closed.