Mais qu’est-ce que les apparitions de Fatima ont de si exceptionnel ?

Il n’est malheureusement pas rare d’entendre dire : « Mais pourquoi fêter Fatima ? Le Vatican n’a-t-il pas dit que Fatima, c’était désormais du passé ? ».

La première réponse à cette objection est que le 150e anniversaire des apparitions de Lourdes a bien été fêté. Alors pourquoi ne le ferait-on pas pour le 100e anniversaire de celles de Fatima ? De plus, l’anniversaire des apparitions de Lourdes a fêté de façon très solennelle. Une solennité équivalente serait donc tout aussi légitime pour Fatima.

Mais la principale raison n’est pas là. Ce qui justifie avant tout de fêter le centenaire des apparitions de Fatima, c’est qu’elles ont un caractère exceptionnel qu’aucune autre apparition mariale n’a. Il ne s’agit pas d’établir une hiérarchie entre les apparitions. Du moment, que Notre-Dame apparaît sur terre, c’est en soi un événement exceptionnel. Il n’en reste pas moins qu’en ce qui concerne Fatima, Dieu a marqué ces apparitions par des signes absolument uniques dans l’histoire des apparitions.

En premier lieu, ces apparitions ont été authentifiées par un miracle cosmique comme il n’y en eut que très peu dans l’histoire des hommes. Par miracle cosmique, nous entendons un miracle agissant sur des éléments à l’échelle de la planète et observables sur plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde par plusieurs milliers de personne à la fois. Avant les apparitions de Fatima, il n’y eut que trois événements à présenter ces caractéristiques : le déluge, l’arrêt du soleil pendant la bataille de Josué contre les Amorrhéens à Gabaon (Josué 10, 12-13) et les ténèbres du Vendredi Saint. Le miracle du soleil dans l’histoire des hommes est le quatrième événement de cette nature.

On peut même ajouter que les apparitions de Fatima ont été authentifiées par un autre miracle cosmique : l’embrasement du ciel dans la nuit du 25 au 26 janvier 1938, événement certes postérieur aux apparitions mais qui fut prédit par Notre-Dame dans le secret confié le 13 juillet 1917 (voir lettre de liaison n°20).

Ces deux miracles cosmiques ne sont pas les seuls éléments authentifiant les apparitions. La deuxième caractéristique rarissime dans l’histoire des apparitions est le nombre de prophéties faites à Fatima dont plusieurs se sont réalisées depuis. On en dénombre au moins neuf : les jours où Notre-Dame apparaîtra, la mort prochaine de François et Jacinthe, une vie longue pour Lucie, l’élection du pape Pie XI, l’annonce du miracle du soleil et celle du signe dans le ciel du 25 janvier, l’annonce d’une nouvelle guerre peu après ce signe, l’annonce que la Russie répandrait ses erreurs dans le monde entier, … (Voir lettre de liaison n°23)

Mais, outre les prophéties et les miracles, il y a encore d’autres éléments uniques pour placer les apparitions de Fatima à part de toutes les autres apparitions. Car Dieu semble avoir pris un soin particulier pour y  accumuler les signes exceptionnels. Ainsi, le nombre de témoins lors des dernières apparitions est inégalé. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, il n’y avait pas les moyens de communications actuels pour transmettre la nouvelle des apparitions, ni les moyens de transport que nous avons de nos jours pour se rendre sur le lieu des apparitions. Pourtant des dizaines de milliers de témoins furent présents aux apparitions d’août, septembre et octobre 1917.

Les signes, visibles ou audibles par les témoins, ayant accompagnés les apparitions ont également été particulièrement importants. Citons l’éclair et les deux coups de tonnerre précédant les apparitions, le petit nuage se posant sur le chêne vert, le changement de température, la coloration des objets, etc. (voir lettres de liaison n°8 sur l’apparition du 13 aoûtn°9 sur celle du 19 aoûtn°10 sur celle du 13 septembre ou n°12 sur celle du 13 octobre).

Dernier point qui distingue les apparitions de Fatima de la plupart des apparitions mariales : la richesse de l’enseignement délivré. Plus d’une quinzaine de points de doctrine ont été rappelés soit par l’Ange, soit par Notre-Dame : l’existence des anges, la nécessité de prier pour les pécheurs, l’utilité des sacrifices, les mérites de la souffrance, le caractère propitiatoire de la messe, les fins dernières : le Ciel, le Purgatoire et l’enfer, la communion des saints, la puissance du chapelet, etc.  (Voir lettre de liaison n° 24)

Une aussi grande richesse, si elle n’est pas unique, est tout de même assez rare. Elle n’a été dépassée qu’en quelques occasions, par exemple lors des révélations faites à sainte Catherine de Sienne ou sœur Josepha Ménendez.

Or, la Providence divine n’aurait pas accumulé un aussi grand nombre de signes exceptionnels pour ne délivrer qu’un message banal. Le message de Fatima est donc particulièrement important, en particulier parce qu’il annonce clairement une volonté de Dieu Lui-même : « Dieu veut établir dans le monde la dévotion au Cœur Immaculé de Marie » a dit Notre-Dame les 13 juin et 13 juillet 1917 (voir lettres de liaison n°4 et n°29). De plus, il nous donne ou plutôt nous rappelle plusieurs moyens sûrs pour obtenir le salut éternel, ceci non seulement pour nous, mais également pour notre prochain (voir lettre de liaison n°5).

Aussi, le 13 mai prochain, est-il plus que légitime de fêter l’anniversaire d’apparitions aussi extraordinaires et de remercier Notre-Dame de tous les dons qu’elle nous fait par la dévotion à son Cœur Immaculé.

Alors, préparons-nous bien à cette journée. Réservons-la pour Notre-Dame. Renouvelons notre consécration ; faisons-nous imposer le scapulaire. Récitons le rosaire (pour un possible programme pour cette journée, voir précédente lettre de liaison).

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Yves de Lassus

 

 Association Cap Fatima

Comments are closed.