Marianne Durano – Défendre un féminisme intégral

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN- Le féminisme doit être repensé en profondeur : tel est le point de vue de Marianne Durano, professeur et journaliste à la revue Limite*. Une vision iconoclaste qui trace les contours d’une véritable anthropologie.

Ancienne élève de l’Ecole Normale supérieure, agrégée de philosophie, Marianne Durano est professeur en lycée. Elle est rédactrice à la revue Limite et publie prochainement un essai sur le corps féminin aux éditions Albin Michel.

Vous défendez dans la revue Limite l’idée d’un féminisme intégral. Que signifie cette expression ? Féminisme n’est-il pas un mot qui se suffit à lui-même ?

Limite se veut une revue d’écologie “intégrale”. Tout comme l’expression “écologie intégrale”, “féminisme intégral” est en effet un pléonasme. Néanmoins, si nous parlons d’écologie intégrale, c’est pour dénoncer une forme de schizophrénie entre, d’une part, les tenants de l’écologie environnementale, et d’autre part les tenants de l’écologie “humaine”. De la même manière, le féminisme médiatique est pris dans des contradictions qui rendent nécessaire l’adjectif “intégral” : on ne peut pas défendre les femmes tout en niant la différence des sexes, lutter pour l’égalité salariale sans prendre en compte la spécificité de la grossesse, proclamer “mon corps m’appartient” sans dénoncer le trafic d’ovules et d’utérus qu’implique l’extension des PMA, etc.

Le féminisme intégral que nous défendons intègre tous ces combats et veut défendre les femmes intégralement, sans nier leurs spécificités et leurs vulnérabilités particulières. En effet, “intègre” signifie aussi bien “honnête” qu’”entier”. Il s’agit tout d’abord de faire preuve d’honnêteté et de cohérence intellectuelle, en dénonçant toutes les aliénations dont les femmes sont victimes : lutter contre la culture de viol et par conséquent dénoncer l’omniprésence de la pornographie ; lutter contre la prostitution et contre les mères-porteuses, qui sont les deux faces d’un même marché des corps ; défendre la santé et l’autonomie des femmes également quand elles choisissent d’arrêter leur contraception chimique ; être intégralement “pro-choix” et donner à celles qui le veulent les moyens de garder l’enfant qu’elles portent ; défendre la dignité des salariées et des mères au foyer, etc. Le féminisme intégral considère la femme dans son entier : il n’évacue pas ses hormones et son utérus du champ politique, sous prétexte qu’ils seraient un facteur d’aliénation, ou en alléguant une égalité abstraite et désincarnée entre les sexes.

Enfin, notre féminisme est intégral, parce que nous pensons qu’il faut transformer intégralement et radicalement les valeurs de notre société capitaliste, technocrate et concurrentielle, pour que les femmes puissent y trouver leur place sans avoir à se renier pour devenir des self-made men comme les autres.

Vous considérez que la société de consommation et la technique empêchent la femme de s’accomplir. Pourquoi ?

 

Lire la suite sur FigaroVox

 

Comments are closed.