La mémoire de Marie Mère de l’Église sera obligatoire le lundi après la Pentecôte

La mémoire de Marie Mère de l’Église était célébrée dans certains pays comme la Pologne ou l’Argentine. Désormais, la mémoire sera obligatoire pour toute l’Église. En effet, la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements a publié, le samedi 3 mars 2018, un décret signé le 11 février 2018, qui étend la mémoire de Marie Mère de l’Église à toute l’Église de rite romain.

C’est à l’issue de la troisième session du concile Vatican II, le 21 novembre 1964, que le Pape Paul VI reconnut solennellement à Marie le titre de Mère de l’Église. Cette reconnaissance reprend un vœu formulé par la minorité conciliaire. La majorité des pères du concile était, en effet, opposée à ce nouveau titre, redoutant une inflation inutile des titres donnés à la Sainte Vierge et un éloignement à l’égard des autres communautés chretiennnes. Elle émettait également une objection d’ordre doctrinal, estimant que Marie était dans l’Église et non au-dessus. Ce fut l’une rares victoires significatives de la minorité conciliaire et aussi la preuve que le concile Vatican II prenait en compte, par le travail de Paul VI, les remarques de tous les pères présents. Désormais, avec le pape François, Marie Mère de l’Église devient une fête obligatoire dans le calendrier liturgique de l’Église catholique de rite latin.

Le cardinal Sarah a, dans le commentaire du décret,  donné quelques explications concernant la décision du pape. Pour le cardinal, cette décision du pape s’explique par le fait que « la promotion de cette dévotion peut favoriser, chez les pasteurs, les religieux et les fidèles, la croissance du sens maternel de l’Église et de la vraie piété mariale ».

 

Comments are closed.