Mgr Cattenoz ne reconnaît plus le CCFD

Dès le début de son pontificat, le pape François s’est fixé comme priorité la lutte contre les pauvretés matérielles et spirituelles. Plusieurs paroisses, ainsi que l’archevêché, ont répondu à ses appels chacun à sa mesure, en offrant hébergement, aide financière et accompagnement. Simultanément, des chrétiens se sont investis sans bruit dans la création des antennes locales du programme JRS Welcome d’aide aux migrants et de l’association Habitat et Humanisme.

Depuis plusieurs années, la paroisse Saint-Symphorien d’Avignon accueille toutes les deux semaines une quarantaine de SDF pour une table ouverte et un temps de partage dans un presbytère en partie vétuste. Le départ de l’UDAF d’un bâtiment de la paroisse a laissé entrevoir à la paroisse la possibilité de faire des travaux grâce à la vente de cet ensemble immobilier désormais libre. Mais récemment, le collectif de citoyens Rosmerta s’est mis en avant, en le réquisitionnant brusquement et au nom d’une « réquisition citoyenne », pour y installer une trentaine de migrants. Suite à une réunion avec le Préfet, son administration, les associations mandatées par l’État, la mairie et le collectif Rosmerta, il a été clairement établi que les services de l’État, les associations mandatées et la mairie qui s’occupent actuellement de plus de 65 000 démunis sont totalement en capacité de prendre en charge la trentaine de personnes actuellement hébergées dans le bâtiment « réquisitionné ».

Le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD-Terre Solidaire) a rejoint le collectif de citoyens Rosmerta sans concertation préalable avec l’Église. Malgré mon courrier à l’antenne locale, cette dernière s’est maintenue solidaire de cette action sans concertation, réalisée dans l’ombre et hors de l’Église locale. Alors que le bureau national est resté sans réponse à mon courrier, l’évêque accompagnateur Mgr Blaquart m’a fait part de son indignation devant ces agissements.

Lire la suite

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.