Mgr Daly (USA) : les scandales ne sont pas dus au cléricalisme

Dans une déclaration vidéo – dont la date est difficile à établir : elle se situe après celle de la publication du rapport du Grand Jury de Pennsylvanie (15 août) et avant celle de la publication du témoignage de l’archevêque Vigano (25) août –, Mgr Thomas Daly, évêque du diocèse de Spokane (État de Washington) – dont le précédent évêque fut l’actuel cardinal Blase Cupich… –, a de manière très ferme stigmatisé le comportement de ceux qui, dans l’Église, ont toléré ou dissimulé les abus sexuels commis par des membres du clergé :

« Nous avons tous entendu parler ou lu les détails écœurants contenus dans le rapport du grand jury de Pennsylvanie, les détails sur les abus de l’archevêque McCarrick et sa double vie, et les comportements scandaleux et immoraux dans certains séminaires diocésains et religieux. Il est difficile d’imaginer que des hommes qui étaient supposés vivre saintement et guider leurs peuples dans de telles dépravations. La réalité, c’est qu’ils l’ont fait. Nous devons mettre à jour les péchés cachés et purifier l’Église de ces abus et de cette dégénérescence cléricaux. Il y a vraiment une nature diabolique dans cette crise. Cela ne relève pas du “cléricalisme”. C’est une crise. Une crise immorale ».

L’évêque affirme donc que l’origine de la crise présente ne relève pas du « cléricalisme ». Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu’il prend ainsi le contrepied de son prédécesseur à Spokane. Quelques jours auparavant, le 7 août exactement, le cardinal Cupich commentant les révélations sur les turpitudes de McCarrick, déclarait au très progressiste magazine jésuite America :

« Je pense vraiment que le problème dont il est question relève surtout du cléricalisme dans lequel, ceux qui ont été ordonnés, se sentent privilégiés et donc protégés, de telle sorte qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent ».

Difficile de trouver deux positions aussi diamétralement opposées.

Comments are closed.