Mgr Éric de Moulins Beaufort : “en puisant dans sa richesse chrétienne la France saura s’enrichir paisiblement de la vie de la vaste humanité”

Mgr Éric de Moulins Beaufort : “en puisant dans sa richesse chrétienne la France saura s’enrichir paisiblement de la vie de la vaste humanité”

À l’occasion de la publication du document des évêques de France sur la prochaine présidentielle, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, le président de la Conférence des évêques de France (CEF) a été interrogé dans La Croix. Voici quelques extraits de cet entretien :

La défense des « valeurs chrétiennes » sera, semble-t-il, au cœur de la campagne. Comment réagissez-vous ?

 

Les valeurs chrétiennes sont moins à défendre qu’à choisir. Comme le disait le cardinal Ratzinger (devenu le pape Benoît XVI, NDLR) lors d’une conférence à Hong Kong en 1993, la marque d’une grande civilisation, c’est sa capacité à accueillir des apports extérieurs. Une civilisation qui ne va pas bien se durcit, se ferme, dans la nostalgie d’un passé disparu. La richesse du christianisme permet à la France d’accueillir et d’intégrer ce que d’autres civilisations peuvent vivre d’humain. Quand on est solide dans ce qu’on croit et l’affirmation de ce qu’on est, on a d’autant moins peur de s’ouvrir et d’accueillir. La « France chrétienne » n’est pas figée à un moment de son histoire car une civilisation vivante est faite du tri opéré entre des idées et des valeurs et des enrichissements consentis, des échanges réciproques… C’est en puisant dans sa richesse chrétienne que la France saura s’enrichir paisiblement de la vie de la vaste humanité. Un certain nombre de chrétiens voient douloureusement notre pays devenir multireligieux. Je comprends leur trouble. Mais j’observe surtout que notre pays apparaît peu religieux (…).

Pas de consigne de vote pour l’entre-deux-tours

En revanche, il n’y aura pas d’appels dans le cadre de l’entre-deux-tours. Comme en 2017, les évêques de France veulent éviter un débat sensible.

Vous dites que vous ne donnerez pas de consigne de vote, mais pourriez-vous intervenir ? Notamment entre les deux tours ?

 

La question s’était posée en 2017. Mes prédécesseurs avaient décidé de ne pas le faire et cela leur avait été reproché. Mais notre rôle, dans une société démocratique, est de faire confiance à la maturité des citoyens, non de les traiter comme des enfants qui auraient besoin de tuteurs. En revanche, nous pouvons les aider à approfondir leurs choix politiques.

Un document qui sera envoyé aux grands acteurs de la vie politique française

Enfin, Mgr de Moulins Beaufort répond à la question de l’objectif de ce document ambitieux en période électorale. Il sera envoyé à tous les parlementaires et candidats à la prochaine présidentielle.

Quel est l’objectif de cette prise de parole ?

 

En 2016, le texte de l’épiscopat avait suscité des groupes de réflexion. Nous serions heureux d’y aider encore. L’idée est de permettre à des citoyens, catholiques ou non, d’échanger : il nous paraît important que chacun puisse exprimer devant d’autres les raisons qui motivent son vote, quel qu’il soit, et écoute celle des autres. Si chacun pouvait en rendre compte, la démocratie et l’amitié sociale y gagneraient beaucoup. Par ailleurs, nous allons envoyer ce texte aux députés, sénateurs et à tous les candidats à l’élection présidentielle pour entamer un dialogue sur les points qui nécessitent la vigilance de tous.

Articles liés

Partages