Mgr Léonard, “Le rôle d’un intellectuel n’est pas de suivre les modes”

A l’occasion de la parution de son dernier ouvrage “Un évêque dans le siècle”, le philosophe Drieu Gofdefridi a interrogé Monseigneur Leonard. L’ex-archevêque de Malines y livre notamment ses réflexions sur la question fort à la mode du transhumanisme, autrement dit la quête de l’immortalité. Ce faisant, “vous serez comme des dieux, vous allez vous faire vous-mêmes, vous allez être les maîtres de la connaissance du bien et du mal”, explique-t-il à Drieu Godefridi qui rappelle au passage que Leonard est d’abord un philosophe, hégélien de première importance.  … “Comme je lui demandais si d’être privé de la “pourpre cardinalice” ne l’avait pas blessé, il m’a répondu ceci : “Blessé, c’est beaucoup dire. Mais cela m’a surpris, parce que c’était une tradition de deux siècles. Il y a eu beaucoup d’archevêques de Malines qui n’ont pas été cardinaux, par le passé, mais, depuis deux siècles, c’était devenu une espèce de tradition. … C’est délicat de le dire moi-même, mais beaucoup l’ont dit à ma place : sur le plan pastoral, sur le plan intellectuel, j’ai fait un travail qu’assez peu d’archevêques ont accompli. Sur le plan intellectuel, il y a eu Dechamps à Malines qui était un très bon philosophe, un apologète également. Pour ma part, j’ai accompli la tâche d’une manière plutôt originale. Un de mes évêques auxiliaires a d’ailleurs osé écrire que j’étais le premier archevêque de Malines à avoir visité entièrement le diocèse. Il salue aussi mon travail sur le plan intellectuel. Bref, cela m’a surpris, cela m’a déçu un peu, mais j’ai rebondi facilement.” Je crois que cette réponse est sincère, d’autant que, tout au long de l’entretien, Monseigneur Léonard m’est apparu comme un homme heureux et apaisé, certes pressé de prendre sa retraite, mais aiguisé comme jamais sur le plan intellectuel. Large est le champ de ses lectures, et je serais surpris que le philosophe et théologien Léonard ait dit son dernier mot.” /Article (pdf))

 

Source

 

(Dans le cadre de nos reprises estivales, nous republions cet article paru en octobre 2016)

Comments are closed.