Mgr Sako souligne les signaux positifs chez les musulmans pour envisager la reconstruction

La défaite attendue des miliciens djihadistes et de leurs campagnes de terreur fournit l’occasion d’un changement effectif au sein de la politique irakienne, visant à construire un Etat démocratique fondé sur le principe de citoyenneté.

Pour atteindre cet objectif, il sera nécessaire de lancer un processus de « réconciliation nationale » sur le modèle de ce qui a été fait en Afrique du Sud lorsque le système de l’Apartheid a cessé d’exister.

Cependant, des « signaux positifs » s’enregistrent au sein de la communauté musulmane en ce qui concerne sa volonté de s’émanciper des conditionnements de l’extrémisme. C’est ainsi que le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, a tracé les grands lignes de la phase historique cruciale que traverse actuellement l’Irak dans une intervention tenue au Colloque sur la défense de la liberté religieuse organisé le 21 janvier à Bagdad par la Fondation Massarat.

Parmi les plus récents de ces signaux positifs provenant des autorités civiles musulmanes et des institutions islamiques, le Patriarche a cité une déclaration des autorités locales de Najaf invitant les musulmans à participer à la joie des chrétiens à l’occasion des fêtes de Noël ; le contrôle intensifié du Ministère pour les affaires et les dotations religieuses dans le but d’identifier et de lutter contre les prédicateurs incitant à la haine sectaire ainsi que les mesures adoptées par le ministère pour les affaires religieuses de la Région autonome du Kurdistan irakien pour interdire tout discours ou expressions offensifs vis-à-vis d’autres communautés de foi.

Source 

Comments are closed.