Mgr Warda : les musulmans persécutent les chrétiens depuis 1 400 ans…

Si les chrétiens du Moyen-Orient veulent un dialogue « honnête » avec leurs partenaires musulmans, les musulmans devront reconnaître que la persécution des chrétiens dans la région n’a pas commencé avec l’arrivée au pouvoir de l’État Islamique en 2014, a déclaré, à Washington, Mgr Bashar Warda, archevêque d’Erbil en Irak. Une lucidité qui n’est pas si fréquente chez nous…

 

Nous avons fait l’expérience [de cette persécution], pas seulement au cours des quatre dernières années, mais depuis 1 400 ans », a déclaré l’archevêque Warda lors d’un discours prononcé le 15 février à la Georgetown University de Washington [D.C.], et parrainé par le Religious Freedom Research Project du Center for Religion, Peace & World Affairs de l’Université de Berkeley. Les chrétiens sont aussi en partie à blâmer dans ce dialogue, selon l’archevêque Warda.

« Nous n’avons pas lutté contre ces périodes récurrentes de terrorisme qui ont infligé une cruelle souffrance à nos ancêtres », a-t-il dit. Il a aussi ajouté que le christianisme doit retourner à « une vision pré-constantinienne » de l’Église, rappelant les paroles de Jésus peu avant sa crucifixion : « Mon royaume n’est pas de ce monde. »

En raison de l’ampleur de la campagne de l’État Islamique pour effacer la présence des chrétiens et de tous les non musulmans des territoires dont il avait pris le contrôle avant la contre-offensive qui a décimé ses rangs et ses possessions [territoriales], « il ne reste plus rien pour parler franchement », a-t-il déclaré. « Et quand il n’y a plus rien à prendre, c’est très libérateur. »

L’archevêque Warda a ajouté : « Nous élevons une objection au fait qu’aujourd’hui une foi pourrait en tuer une autre. Il faut que cela change et soit modifié à l’intérieur de l’islam. » Il a déclaré que la réponse typique musulmane aux atrocités de l’État Islamique – considérées comme un génocide par le département d’État [des ÉtatsUnis] – s’en tient à la ligne que « l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant] ne représente pas l’islam », et elle ne va que rarement plus loin, sans admettre en aucune manière les mauvais traitements du passé ni exprimer le moindre remords sur eux.

« Dans l’après EIIL, et bien que l’EIIL ait bouleversé les consciences dans le monde et bouleversé la conscience de la majorité des musulmans dans le monde », pour l’essentiel, l’islam « vous qualifie d’infidèles », a dé­claré l’archevêque Warda. « Au Moyen-Orient, nous sommes passé de la peur à la terreur, puis de la terreur à l’horreur. Et puis quoi après ? Des centaines de milliers de personnes innocentes sont mortes » a-t-il dit.

Il a remarqué : « Nous avons entendu des paroles courageuses de quelques responsables musulmans. Il faut encourager cela », encore que, a-t-il ajouté, « nous ne devrions pas demeurer passifs ou nous contenter de prier pour le meilleur. » […] Pour les quelque 200 000 chré­ tiens qu’on estime toujours présents en Irak – ils étaient 1,5 million en 2003 quand les États-Unis ont lancé la guerre en Irak –, « notre rôle est un rôle missionnaire qui consiste à témoigner de la vérité du Christ. Je ne parle pas de conversion, je parle de la vé­rité fondamentale […] que nous pouvons manifester dans un moment de clarté sans précédent […] Bien qu’il soit vrai que notre nombre est petit, souvenons-nous que le nombre des Apôtres était aussi petit. »

 

Assyrian International News Agency, 17 février (reprise d’un article de Catholic News Service du 16 février) – © CH pour la traduction.

Source Christianophobie Hebdo.

Abonnez-vous et recevez les 4 premiers numéros gratuitement

 

Comments are closed.