Monde : l’index mondial des persécutions contre les chrétiens de 2019

Remarquons surtout que la plupart des chrétiens sont victimes de l’oppression islamique. (A lire sur Portes Ouvertes)

Chaque année, Portes Ouvertes dévoile son index mondial de persécution des  dans le monde. En 2019, la palme revient à la Corée du Nord où, pour la 3e année consécutive, la violence contre les chrétiens continue d’augmenter. Si un chrétien est découvert, il est soit tué sur place, soit envoyé en camp de travail forcé avec sa famille.

En Corée, les chrétiens vivent donc leur foi dans le plus grand secret.  L’Eglise y est totalement souterraine. S’ils sont découverts, c’est la mort certaine, soit instantanément soit dans les camps de travaux forcés. On incite les enfants à dénoncer leurs parents. Les chrétiens n’ont aucune place dans la société et le christianisme est condamné publiquement. Il est quasi impossible pour les chrétiens de se réunir pour une célébration cultuelle.

L’Église est essentiellement composée de Coréens issus de l’Église qui existait avant la guerre de Corée. La capitale, Pyongyang, compte 4 églises officielles : 1 catholique, 2 protestantes et 1 orthodoxe russe, mais ce sont des églises de façade servant la propagande du régime. Portes Ouvertes estime qu’entre 50 000 et 70 000 chrétiens sont emprisonnés en raison de leur foi chrétienne.

Un bien triste podium

Le trio de tête est complété par l’Afghanistan et la Somalie. Selon Portes Ouvertes, les chrétiens afghans, qui sont considérés comme des traîtres par leur famille et leur tribu, subissent une énorme pression pour renoncer à leur foi. Rappelons que l’Afghanistan est une République islamique depuis 2004. Le pays connait une insécurité croissante et un risque très fort d’attentats. Des élections parlementaires ont néanmoins eu lieu le 20 octobre 2018 sur fond de violence. Les chrétiens afghans – qui sont tous d’anciens musulmans – sont persécutés par les islamistes et par leur famille qui, dans certains cas, les fera même interner dans un hôpital psychiatrique afin de « sauver leur honneur ».

En Somalie, en plus d’être persécutés par leur famille pour apostasie, les chrétiens sont menacés par les terroristes shebabs qui veulent les éradiquer du pays. Dans ce pays, il n’y a quasiment aucune liberté de religion et quitter l’islam est interdit. Se convertir au christianisme, c’est trahir la famille et le clan. Par conséquent, les chrétiens sont intimidés, harcelés ou tués. Depuis 5 ans, la persécution se maintient à un niveau supérieur à 95 % selon le classement car les chrétiens ne reçoivent aucune protection ni répit, à l’échelle locale comme de la part du gouvernement. C’est pourquoi, pour des raisons de sécurité évidentes, aucun exemple de persécution ne peut être publié par Portes Ouvertes.

Quelques chiffres éloquents

La principale leçon de l’index mondial de persécution des chrétiens 2019, c’est que 70 ans après la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, 1 chrétien sur 9 ne jouit pas de ce droit. Le nombre de chrétiens tués en raison de leur foi a augmenté de 40 % et le nombre d’églises ciblées (vandalisées, fermées…) a plus que doublé entre l’index 2018 et l’index 2019. En chiffres, cela donne :

  • 245 millions de CHRETIENS PERSECUTES
  • 4 305 CHRÉTIENS TUÉS
  • 3 150 CHRÉTIENS DÉTENUS
  • 1 847 ÉGLISES CIBLÉES

Potes Ouvertes constate donc amèrement que la persécution contre les chrétiens est plus étendue, plus profonde et plus violente.

On remarquera la présence à la 41e place (sur 50) de la Fédération de Russie. La grande majorité des chrétiens est orthodoxe. Il existe cependant une petite communauté de chrétiens d’arrière-plan musulman. Certains vivent dans des régions à majorité musulmane et sont persécutés, par leur famille, par la société et par les groupes islamistes.

Source : Cathobel

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Website:

Comments are closed.