Ni progressiste, ni réactionnaire, juste catholique

Le journal La vie a déclenché il y a quelques mois une guerre fratricide entre catholiques. Relançant l’affrontement, pourtant essoufflé, entre catholiques de gauche ou de droite, sous le nouveau vocabulaire identitaire/progressiste, il s’est vu emboîter le pas par le blogueur Koz entraînant en chaîne des réactions, des droits de réponses et autres boulets plus ou moins rouges.

Bravo ! Quel était le but d’une telle boule puante ? Elle a en tout cas mis au jour un vrai problème de foi et d’adhésion au Christ.

Dans les colonnes d’Aleteia, on tente de désamorcer la bombe, en sortant les lambeaux du manteau du Christ du champ de bataille politique, tandis que le Père Simon Noël que nous reproduisions sur notre site, rappelle le sens de cette terminologie, conservateur, progressiste, définie avec à propos par Jean Guitton.

“Suite à des commentaires reçus à propos de mon dernier article, je voudrais préciser qu’en parlant de conservateurs et de progressistes, je n’ai fait qu’utiliser une terminologie courante dans la presse actuelle. La crise actuelle de l’Eglise est d’une nature beaucoup plus grave que les crises du passé. Il s’agit d’un affrontement entre la foi catholique et l’apostasie pure et simple. A ce sujet voici ce que Paul VI confiait à son ami Jean Guitton : “Il y a un très grand trouble en ce moment dans le monde et dans l’Église, et ce qui est en question, c’est la foi. Il arrive maintenant que je me redise la phrase obscure de Jésus dans l’Évangile de saint Luc : ‘Quand le Fils de l’Homme reviendra, trouvera-t-il encore de la foi sur la terre ?’ Il arrive que paraissent des livres où la foi est diminuée sur des points importants, que l’épiscopat se taise, qu’on ne trouve pas ces livres étranges. Et c’est cela qui, à mes yeux, est étrange. Il m’arrive de relire l’Évangile de la fin des temps et de constater qu’il y a en ce moment certains signes de cette fin. Est-ce que nous sommes proches de la fin ? c’est ce que nous ne saurons jamais. Il faut toujours nous tenir prêts à la fin, mais tout peut durer très longtemps. Ce qui me frappe quand je considère le monde catholique, c’est qu’à l’intérieur du catholicisme une pensée de type non-catholique semble parfois avoir le dessus, et il se peut que cette pensée non catholique à l’intérieur du catholicisme devienne demain la plus forte. Mais elle ne représentera jamais la pensée de l’Église. Il faut que subsiste un petit troupeau, même si c’est un troupeau tout petit”. Il se tait, puis il dit : “Ce qui manque au catholicisme en ce moment, c’est la cohérence”, et il répète plusieurs fois ce mot « cohérence ». Il semble dire : “C’est au Pape qu’il appartient de redresser, de réunir, de rendre cohérent ce qui est incohérent”. Il se tait. » (Jean Guitton, Paul VI secret, pp. 168-169.)”

Cyril Brun

Docteur en histoire et enseignant à l'Université de Bretagne Occidentale , Cyril Brun est rédacteur en chef d'infocatho. Chef d'orchestre de formation, critique musical, historien et essayiste chrétien, il a publié plusieurs ouvrages dont "Pour une spiritualité sociale chrétienne" (Tempora, 2007) et "Le Printemps français : le grand réveil de notre civilisation" (Ed. A. de Saint-Prix, 2013). La Vérité vous rendra libre (Ed Edilivre, 2015) Il est contributeur et ancien directeur de la rédaction de Cyrano.net. Il est également membre du comité éthique pro persona sur la finance et consultant en anthropologie.

Website: http://www.cyril-brun.fr/

Comments are closed.