Nigéria : “l’antichristianisme bénéficie dans le pays de soutiens dans l’appareil d’Etat”

Les chrétiens nigérians, pourtant majoritaires dans leur pays, sont menacés de disparition selon de nombreux observateurs. Nous avons signalé depuis longtemps et encore tout récemment (Christianophobie hebdo n° 176) que les éleveurs musulmans peuls constituaient un groupe encore plus mortifère pour les chrétiens que l’abominable Boko Haram. Un article du quotidien nigérian Independent vient de documenter cette situation et de rappeler que l’antichristianisme dans le pays bénéficie de soutiens objectifs ou subjectifs de très haut niveau dans l’appareil d’État. Une réalité qui donne un éclairage nouveau

A ussi néfaste que soit Boko Haram, il existe un groupe encore plus meurtrier : celui des éleveurs peuls qui sont à l’origine de la perte de 4 000 vies depuis le début de 2018. Pour la seule semaine dernière [9 au 15 juillet], plus de 100 personnes ont été tuées dans l’État de Plateau, un État de la région du Middle Belt du pays, très majoritairement peuplée de chrétiens. Dans la région sud de l’État de Kaduna […] jusqu’aux États de Plateau et de Benue et parfois des États de Kogi et d’Enugu […], une campagne de nettoyage ethnique dure depuis des mois. Le jour de l’An 2018, les éleveurs ont envahi les collectivités locales de Guma et de Logo (Benue) tuant 76 personnes. Ces assassinats ne se sont pas calmés. Bien au contraire, ils ont empiré. L’attaque du nouvel An fut suivie de plusieurs autres qui ont coûté des centaines de vies y compris, bien sûr, celles de deux prêtres catholiques et dixsept fidèles dans une église de la collectivité locale de Gwer en mars 2018. […] Ces attaques ont poussé le gouverneur de l’État à décréter la fin de l’autorisation du pâturage libre ce qui revient à interdire une pratique remontant au XIXe siècle, qui autorisait les Peuls à déplacer leurs troupeaux partout : il semble qu’ils s’y déplacent désormais avec des AK47, alors que la détention de telles armes est interdite dans le pays. Les Peuls, dont des membres tiennent les rênes du pouvoir, semblent tout à fait au-dessus des lois. Depuis que le carnage a commencé, aucun n’a été arrêté ou poursuivi. Mais un groupe de quatre jeunes chrétiens qui, dans une attaque de représailles, furent soupçonnés d’avoir tué récemment un éleveur dans l’État d’Adamawa, ont été diligemment arrêtés, jugés et condamnés à mort… […] Pratiquement, toutes les attaques menées par les éleveurs l’ont été contre des communautés chrétiennes. En même temps, Mansur Dan Ali, ministre [fédéral] de la Défense, est un Peul comme le sont Ibrahim Idris, inspecteur général de la Police [du Nigéria] et même le Président Buhari. Ils ont tous tenté de trouver des justifications à ces assassinats. […] La semaine dernière, le National Christian Elders Forum (NCEF), défendu par le général Danjuma et Solomon Asemota [président du NCEF], a averti que la génération actuelle des chrétiens risquait d’être la dernière au Nigéria. Ils ont explicitement déclaré que le Président Buhari « appliquait ouvertement un programme antichrétien avec pour conséquence le meurtre d’innombrables chrétiens dans tout le pays et la destruction de communautés chrétiennes vulnérables » [cf. Christianophobie hebdo, n° 174]. Leur point de vue est partagé par de nombreux chrétiens au Nigéria, qui sont en danger dans leur propre pays à cause de leur foi.
 Independent, 19 juillet – © CH pour la traduction.

 

Source Christianophobie Hebdo

Abonnez-vous et recevez les quatre premiers numéros gratuits

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Website:

Comments are closed.