Nombreuses conversions de réfugiés musulmans en Allemagne

Les camps allemands de réfugiés sont décidément des endroits contrastés. Depuis plusieurs mois les dénonciations de nombreuses persécutions de chrétiens par des musulmans ressortent presque quotidiennement. Et dans le même temps, il semble que de non moins nombreux musulmans se convertissent, dans ces mêmes camps, au christianisme.

C’est en tout cas ce que relève le Midi Libre  :

De nombreux réfugiés musulmans se convertissent au christianisme en Allemagne, où près de 900.000 demandeurs d’asile sont arrivés en 2015 : les églises témoignent d’un phénomène notable sans être massif, mais ne livrent pas de statistiques. “Dans notre diocèse, il y a plusieurs groupes de réfugiés qui se préparent au baptême et il y a de plus en plus de demandes”, indique Felix Goldinger, prêtre catholique à Spire dans le Palatinat (sud-ouest). Beaucoup viennent d’Iran et d’Afghanistan, certains de Syrie ou encore d’Érythrée. “Je m’occupe actuellement d’un groupe de 20 personnes mais je ne sais pas combien iront jusqu’au baptême”, précise-t-il.

Les églises assurent ne pas sous-estimer les conversions motivées par un désir d’intégration, ni celles formulées pour muscler un dossier de demande d’asile, l’apostasie ou le blasphème étant des crimes passibles de prison, de mort ou de sévices dans certains pays musulmans comme l’Iran, la Mauritanie, l’Arabie Saoudite ou l’Afghanistan. Pour les groupes jihadistes comme l’État islamique, la conversion est aussi un péché passible d’exécution. “Il y a des réfugiés qui pensent que s’ils se convertissent, il leur sera plus facile de rester ici. Or ça n’est pas systématique”, indique Felix Goldinger. “Ont-ils changé de religion pour pouvoir rester en Allemagne ? C’est une question importante pour les autorités”, abonde Matthias Linke.

 

En dehors de leur nouvelle communauté, les convertis essayent de rester discrets et s’expriment sous couvert de l’anonymat. “Ils peuvent être confrontés à des situations difficiles dans les foyers de réfugiés, où il y a une majorité de musulmans”, indique Thomas Klammt, en charge des questions migratoires à l’Union des églises évangélistes libres d’Allemagne (BEFG). “Ils peuvent aussi avoir peur pour leurs familles restées dans leur pays d’origine”. Matin est toujours en contact avec la sienne, notamment sa mère, qui a “accepté” sa conversion. “Elle m’appelle chaque dimanche pour me demander si j’ai bien été à la messe”, dit-il en riant.

Notre photo, Saïd Oujibou, musulman devenu pasteur

Comments are closed.