NON, Marlène Schiappa, nous ne voulons pas de votre PMA !

Par leur loi, les dirigeants français actuels vont ouvrir la Procréation médicalement assistée (PMA) aux couples d’homosexuelles et aux femmes célibataires.

Et ils envisagent déjà d’enchaîner sur la légalisation de la Gestation pour autrui (GPA)…

Avec SPERO, dénoncez et alertez sur cette dérive inhumaine :
signez la pétition ! 

Si vous n’arrêtez pas ce sinistre processus maintenant, cette pente glissante nous mènera logiquementjusqu’à l’ouverture d’un marché légal d’organes, une véritable traite d’esclaves, où les plus pauvres seront poussés à se vendre eux-mêmes, en pièces détachées.

Vous pensez peut-être que c’est exagéré, caricatural  ?

Continuez de lire et jugez-en par vous-même.

Car voici les étapes de la dérive actuelle qui mène logiquement à une traite légale d’esclaves en France.

La PMA est un acte médical pour contourner l’infertilité, c’est-à-dire l’incapacité de concevoir des enfants, malgré les rapports sexuels fréquents d’un homme et d’une femme en âge de procréer. On provoque artificiellement la conception de plusieurs bébés dans une éprouvette pour en implanter certains dans le ventre de leur maman.

Par une manipulation subtile du sens, des idéologues ont étendu ce mot « infertilité » pour aussi désigner la « stérilité » des couples d’homosexuelles et des femmes célibataires, qui ne peuvent naturellement pas concevoir d’enfant.

Ainsi, ils ont renommé l’infertilité, qui ne peut réellement concerner que des parents naturels. Ils ont fait passer le pléonasme « infertilité pathologique » dans le débat, pour créer de toute pièce une pseudo « infertilité » pour les couples homosexuels et les femmes célibataires.

Et si on traite l’infertilité des uns, pourquoi pas celle des autres ?

Sous prétexte d’égalité et de lutte contre les discriminations, ils veulent donc instaurer un « droit à l’enfant » et donc « avoir droit » à la PMA.

Pour l’encourager, elle sera même remboursée par vos impôts, promet Marlène Schiappa, via la Sécurité sociale ! Même si cette infertilité virtuelle n’a rien de pathologique et que cette PMA sera une intervention de confort…

Évidemment, ce ne pourra pas être l’enfant naturel des couples de femmes ou des célibataires : il faudra au moins un père inconnu, donneur de sperme.

Ou une mère donneuse, puisqu’on ne pourra pas non plus refuser un enfant à des couples d’hommes, pour le même principe d’égalité juridique.

Ce qui impose de réinventer le mot « parent », pour faire passer la Gestation pour autrui (GPA) dans la loi.

Dans son rapport bioéthique, Jean-Louis Touraine, député du parti de Macron et franc-maçon au Grand-Orient, propose déjà de reconnaître le « parent » d’intention des enfants nés par GPA à l’étranger.

Le coin sera ainsi enfoncé pour légaliser la GPA en France : « C’est une question qui viendra en son temps dans les législatures futures  », dit-il tranquillement.

Dans tous les cas, les bébés-éprouvettes sont soigneusement discriminés avant d’être implantés dans le ventre de leur mère. Les autres sont tués ou gardés au congélateur pour plus tard.

Selon quels critères ces êtres humains sont-ils ainsi triés et sélectionnés ?

Quand on a accepté de s’écarter du réel par les mots, faisant passer la stérilité naturelle pour une infertilité, rien n’empêche de glisser de simple critères « médicaux » à d’autres critères : couleur, taille, poids, etc.

Et surtout, face à ce nouveau « droit à l’enfant », comment encourager les donneurs de sperme et les donneuses d’ovocytes pour pallier la pénurie qui viendra inévitablement ?

En les payant.

D’autres pays l’ont déjà fait. Pourquoi pas la France ?

Quand on est engagé sur cette pente, la logique est implacable.

Ainsi s’ouvrira tranquillement un premier marché aux enfants, enfant qu’on pourra presque choisir sur mesure, comme on choisit sur plan une maison à bâtir.

Mais il n’y aura aucune raison de s’arrêter ici, sur cette pente de l’horreur.

Puisqu’on aura accepté que certains vendent leur sperme ou leurs ovocytes…

Puisqu’on aura accepté que des femmes « louent » leur utérus à des multinationales de la procréation, véritables fermes d’élevage humain…

… pourquoi ne pourrait-on pas aussi vendre son sang ?

… Et des morceaux de foie ?

… Et un rein ?

Ainsi le marché aux enfants s’étendra logiquement en un vaste marché aux esclaves, où les riches pourront puiser les organes des plus pauvres…

Mais cette pente glissante sur laquelle nous sommes déjà engagés n’est pas une fatalité.

Car toute cette mécanique infernale repose sur un simple mensonge.

Un mensonge discret sur lequel toute cette course folle repose.

Ils font croire que votre corps serait comme une machine, qui vous appartiendrait.

Que l’être vivant ne serait qu’un amas de cellules qu’on peut customiser comme une voiture…

Et qu’on n’arrêterait pas « l’innovation ».

Sauf que votre corps n’appartient à personne.

Pas même à vous.

Quand une fille est violée, ce n’est pas son vagin qui est violé.

Ce n’est pas seulement son corps.

C’est elle tout entière.

Vous ne possédez pas votre visage.

  • Vous ÊTES votre visage.
  • Vous êtes votre main.
  • Vous êtes votre sexe.
  • Vous êtes votre cerveau.
  • Vous êtes votre sang.
  • Vous êtes votre coeur…

C’est évident.

Et la biologie le confirme : vous êtes unique dès votre conception. Si on transplante votre coeur, c’est votre vie, signée par votre ADN, qui sauve celle d’un autre et le maintient en vie.

Comme vous ne possédez pas votre corps, et comme vous êtes aussi ses parties, si vous décidez de louer ou de vendre un de vos organes, c’est VOUS-MÊME que vous vendez.

Vous entrez de fait dans une soumission d’esclave.

Et c’est pour refuser cela, pour alerter tous les êtres humains, à commencer par tous les Français, que SPERO lance cette grande pétition : pour dénoncer ce mensonge et refuser cette nouvelle traite d’humains qui se profile logiquement.

SIGNEZ LA PÉTITION !

En signant la pétition,

  • vous dénoncez le mensonge à l’origine de cette course folle : NON le corps humain n’est pas une marchandise qui peut se posséder ou se vendre !
  • Vous refusez que la PMA puisse être proposée par confort et même encouragée par un remboursement de la Sécurité sociale.
  • Vous refusez toute forme de GPA, qui est déjà une forme d’esclavage.
  • Vous refusez toute traite d’humains sous couvert pseudo-médical.

Marlène Schiappa l’a annoncé : la décision sur « l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules » doit avoir lieu « avant l’été ». . Et la GPA arrivera très vite dans les débats : déjà plusieurs couples passent les frontières pour cela.

Pourtant, nous gardons l’Espérance.

C’est la traduction même du latin « SPERO » : “j’espère”.

Oui, nous croyons fermement qu’un changement est possible

Les lois des hommes se font et se défont. Il n’y a pas de fatalité. Les lois iniques doivent être remises en cause.

Si une loi conduit à l’esclavage, est-elle un progrès ?

Bien sûr que non !

Vous le savez, la vérité rend libre.

C’est pourquoi nous prenons la responsabilité de la diffuser sans crainte.

C’est pourquoi nous vous invitons aussi à la propager en signant la pétition et en la diffusant à toutes vos connaissances, par tous les moyens actuels de communication :

  • les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, TikTok, YouTube…),
  • les messageries (WhatsApp, Messenger, Telegram…),
  • l’email,
  • les forums…

Mais aussi dans toutes les réunions de la “vie réelle”, les groupes que vous fréquentez, et même, pourquoi pas, dans les cafés et les bistrots !

Proposez d’utiliser votre téléphone en présentant cette page.

Dites-leur ce qui se trame.

Vous serez tenu au courant de nos avancées, car nous savons que nous pouvons faire bouger les choses.

L’équipe SPERO

Infocatho ne vit QUE DE VOS DONS !

Nous avons besoin chaque mois de trouver x personnes qui fassent un don de 50 €

Pourriez vous, en cette période de carême, être une de ces personnes ?

Votre don de 50 € sera exclusivement utilisé à la rédaction et à la diffusion d’articles positifs sur l’Eglise catholique.

Les clercs et les laïcs ont besoin de partager le bien qui se fait, car le bruit ne fait pas de bien et le bien ne fait pas de bruit.

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.