A la une #Articles #NLQ

L’édito – L’Eglise, inaudible ou discréditée ?

Alors que le monde moderne promu par une certaine intelligentsia semble jouer le tout pour le tout, l’Eglise craque de toutes parts, engluée dans mille affaires et divisions. Est-ce un simple hasard du calendrier ? Possible. Mais, à y regarder de plus près, les réformes anthropologiques et structurelles prônée par une idéologie post-humaniste aux moyens financiers sans précédents, ne trouvent aucune autre opposition sérieuse que l’Eglise catholique hiérarchique et une part non négligeable des fidèles catholiques. Pourtant, petit à petit, le formatage ambiant a rendu le discours le plus naturel qui soit sur la vie et sur l’Homme, inaudible au point que l’Homme est devenu l’ennemi de l’Homme. La réalité de ce qu’est l’Homme s’est peu à peu muée en épouvantail pour l’Homme lui-même, terrifié par ses propres limites, obsédé par l’illusion de liberté que lui donne la destruction de lui-même. Il n’est pas jusqu’à un nombre inquiétant de catholiques à voir en l’Homme réel la bête à abattre, peu soucieux du plan et de la volonté de Dieu en la matière. Mais il se trouve que, ces derniers temps, la hiérarchie ecclésiastique a retrouvé un discours clair et le pape n’est plus le seul à prêcher dans le désert du haut de sa cathèdre, à peine relayé par quelques disciples regardés comme des bêtes fauves à fuir. L’Eglise catholique est devenue le dernier rempart contre l’autodestruction anthropologique de l’Homme. Et elle se réveille. Le pape est cinglant dans ses propos, l’archevêque de Paris entre en guerre contre la dictature des consciences et les manifestations repointent leur nez. Finalement, comme pour le mariage pour tous, faire passer ces lois humanicides ne sera pas aussi simple que prévu. Et hop, d’un coup surgit tout le pu d’une Eglise depuis longtemps gangrénée. Facile discrédit sur l’institution et par ricochet sur le discours. Mais avant d’être discrédité, le message de l’Eglise est inaudible pour cette génération. Car pour qui cherche sans peur la vérité, que le porteur du message soit corrompu, n’affecte pas la vérité du message lui-même. En réalité, bien de nos contemporains sont aussi assez contents de trouver un faux-fuyant pour ne pas discuter, voire simplement ne pas réfléchir. Preuve s’il en est, la grande majorité des commentaires sur les réseaux sociaux concernant les grands thèmes de la vie sont ponctués dès le premier échange par « les affaires ». Celles-ci sont le nouveau désert de saint Jean-Baptiste. Au milieu de cette nouvelle forme d’hostilité, annonçons la vérité. Ce qu’ils veulent c’est rendre toujours plus inaudible la vérité. Inaudible parce que devenue inacceptable dans son contenu. Inaudible parce que discréditée et enfouie sous un amas de purin, sinon orchestré, du moins sciemment réutilisé. Cela ne change rien au tas d’immondices qui putréfie dans l’Eglise, mais cela ne change rien non plus à la Vérité que l’Eglise doit malgré tout porter au monde. Le silence serait la victoire de Satan.

A la une #Articles #En France #NLH #NLQ

Prière à Notre Dame de France, Reine de la Paix

Ô Marie, Vierge immaculée, sainte Mère de Dieu, exaltée par le Seigneur comme la reine de l’Univers pour être plus totalement conformée à votre Fils, Seigneur des seigneurs, victorieux du péché et de la mort, nous venons à vous pleins de confiance et d’affection filiale.

Nous nous réjouissons de pouvoir vous saluer, avec les saints et les saintes de notre terroir, comme reine de France. Nous voulons, pour notre part, ratifier les engagements du baptême de notre pays à Reims. Nous voulons, en notre temps, renouveler la consécration à Dieu de nos personnes par l’intercession de votre Cœur immaculé.

À votre exemple et avec votre assistance, nous voulons nous engager à la suite du Christ, votre divin Fils, dans une vie authentiquement évangélique : par l’adoration et la louange à Dieu ; par notre fidélité aux commandements du Seigneur et à l’esprit des béatitudes ; par notre conversion personnelle et permanente ; par notre solidarité effective avec tous ceux qui sont privés de biens spirituels et matériels.

Nous voulons, ô reine de la Paix, nous mettre à votre écoute pour être des artisans de miséricorde et de paix, dans nos familles, nos professions, nos cités, dans la société tout entière et ainsi « construire la civilisation de l’amour ».

Notre Dame de France, Reine de la Paix, intercédez pour nous !

Prière rédigée à l’occasion de l’érection de la statue de Notre-Dame de France
à Baillet-en-France, le 15 octobre 1988.
Imprimatur de l’évêché de Pontoise, 7 octobre 1988

 

mariedenazareth.com

Articles #Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ

Anéantir le christianisme en Europe : le but de beaucoup de “réfugiés” musulmans

Lu sur l’observatoire de la christianophobie :

Paul – c’est un nom d’emprunt – est un Syrien réfugié en Allemagne avec son épouse, depuis trois ans. Il est psychologue et informaticien qui, à ce dernier titre, a travaillé pour la municipalité d’une grand ville de Syrie. Arrivé en Allemagne, sa connaissance fine de la langue anglaise lui a permis de travailler comme traducteur et interprète auprès du Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (BAMF), l’agence fédérale pour la migration et les réfugiés. C’est en anglais qu’il a répondu aux questions du journaliste Giovanni Deriu, dans un entretien qui a été publié dans le Tychis Einblickmagazine libéral-conservateur allemand, le 1er octobre dernier. En voici quelques extraits fort instructifs…

La plupart de ces réfugiés ne sont pas venus en Europe en général et en Allemagne en particulier, parce que leurs vies étaient menacées, parce qu’ils étaient supprimés, persécutés, opprimés du fait d’une discrimination raciale ou religieuse : c’est tout le contraire. Ils sont venus ici pour différentes raisons mais pas nécessairement pour rechercher la sécurité et la protection […] Ce n’est un secret pour personne que la plupart des réfugiés sont des musulmans sunnites. Ils font un calcul simple : ils sont convaincus que la situation ici va changer complètement dans deux ou trois décennies, et qu’elle les favorisera […] La première raison [de leur venue en Europe] est clairement religieuse […] Ils sont venus en Allemagne avec la certitude absolue que telle est la volonté de leur dieu, le seul dieu (Allah), le dieu musulman, car ils considèrent que la religion de dieu c’est l’islam, et que toutes les [adeptes des] autres religions sont infidèles et méritent d’être tuées. Ils sont convaincus qu’ils ont le mandat de répandre leur foi, l’islam, en Europe, et d’ouvrir en grand les portes ce qui est à peine nécessaire puisque les portes sont déjà grandes ouvertes. Et au plus haut point, selon leur échelle d’importance, ce sera la prise du Vatican pour voir flotter, sur le dôme de la basilique Saint-Pierre, le drapeau de l’islam, et l’anéantissement tout ce qui rappelle les chrétiens ou le christianisme.

Source : Tychis Einblick, 1er octobre (signalement Dreuz Info, 5 octobre)

Articles #En France #NLQ

Gers : la cathédrale de Condom vandalisée par un “forcené”

Lu sur l’observatoire de la christianophobie : 

Encore un « forcené » ! Décidément, ce genre d’individus semble courir les rues, au propre comme au figuré. Au “palmarès” de ce « forcené » l’ancienne cathédrale Saint-Pierre de Condom (Gers), qu’il a vandalisée avant-hier, vendredi 10 octobre…

Un homme très agité a semé le trouble, mercredi, en fin d’après-midi, dans le centre-ville de Condom. Le périple du forcené commence aux abords d’une boutique de maroquinerie dont il renverse les portants extérieurs. Interpellé par la commerçante, il s’en prend à celle-ci qui parvient néanmoins à le mettre en fuite et déchire son tee-shirt. Désormais torse nu, l’homme pénètre dans le magasin de sport voisin, dont il menace le personnel avant de voler un tee-shirt et de s’enfuir vers la cathédrale. Dans la nef, il brise un crucifix, fait tomber une statue et en détruit le socle avant d’être encore mis en fuite par un paroissien. C’est finalement dans un café de la place Saint-Pierre où il fait étape par la suite qu’il est arrêté vers 17 h 30 par les gendarmes qui, reconstituant sa folle balade dans le cœur historique condomois, lui reprocheront aussi une exhibition sexuelle. Le forcené a été placé en garde à vue, levée pour raison médicale mercredi soir, et reprise ce jeudi matin. Il a fait l’objet d’un placement d’office en unité psychiatrique.

Source : La Dépêche, 11 octobre (merci J. F. R. pour ce signalement)

Articles #NLQ #Points non négociables PNN

Pour ou contre l’IVG, grosse tension sur le plateau de “Balance ton Post” avec Emile Duport

Retrouvez la vidéo :

https://www.mycanal.fr/d-8-divertissement/pour-ou-contre-l-avortement-grosse-tension-sur-le-plateau-balance-ton-post-12-10-2018/p/1510865

Tribunes et entretiens

Ces personnes inappropriées dont François refuse de se défaire

La rédaction d’Infocatho laisse part au débat et laisse à l’auteur la responsabilité de ses conclusions :

L’ex-cardinal Theodore McCarrick n’est pas l’unique personne inappropriée à laquelle François a fait confiance.  On en compte au moins trois autres, au plus hauts échelons de la hiérarchie, qui sont toutes étroitement impliquées dans les changements que ce pape veut introduire dans l’Église.

En ce qui concerne McCarrick, François lui-même était au courant de sa conduite scandaleuse ainsi que de ses penchants pour les jeunes hommes et les séminaristes qu’il emmenait en excursion avant de les mettre dans son lit. Et malgré cela, il l’a gardé à ses côtés jusqu’au bout comme principal conseiller pour les nominations visant à renverser le rapport de force entre évêques américains en faveur de l’aile progressiste.  Blaise Cupich à Chicago, Joseph Tobin à Newark, Kevin Farrell au Vatican comme Président du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, tous ont été immédiatement créés cardinaux par François et tous sont des créatures de McCarrick grâce à qui ils ont bénéficié de carrières fulgurantes même si celles-ci sont aujourd’hui menacées par la disgrâce de leur protecteur que François lui-même n’a rien pu faire pour défendre il y a quelques mois après qu’une ancienne affaire d’abus sexuel sur mineur ait refait surface.

Il y a aussi le cardinal belge Godfried Danneels, qui s’est lui-même vanté d’avoir été faiseur de roi lors de l’élection de Jorge Mario Bergoglio comme pape, avec cette fameuse « mafia de Saint-Gall », selon ses propres termes, qui réunissait périodiquement dans cette localité suisse le gotha des cardinaux hostiles à Jean-Paul II et à Benoit XVI.  Au cours des deux synodes sur la famille de 2014 et de 2015, le Pape François a par deux fois placé en tête de liste de ses invités ce même Danneels parce qu’il était partisan de cette « ouverture » à la communion des divorcés-remariés, c’est-à-dire en pratique à l’admission du divorce et du remariage que François voulait obtenir à n’importe quel prix, comme il l’a fait dans l’exhortation synodale « Amoris laetitia ».  Mais Danneels est très loin d’être ce modèle de vertu que les marques ostentatoires d’appréciation du Pape Bergoglio laisseraient croire.  En 2010, la Belgique entière découvrait un enregistrement audio dans lequel il conseillait à une jeune victime sexuelle qui était par ailleurs le neveu de son protégé Roger Vangheluwe, à l’époque évêque de Bruges, de se taire et ne pas porter plainte.

Et puis il y a encore le cardinal hondurien Óscar Andrés Rodriguez Maradiaga, sur lequel pèsent de lourdes accusations de malversations financières qui avaient d’ailleurs fait l’objet d’une visite apostolique dans son diocèse. Son évêque auxiliaire et protégé, Juan José Pineda Fasquelle a été limogé le 20 juillet dernier en raison de pratiques homosexuelles répétées avec ses séminaristes.  Et pourtant le Pape François continue de lui confier la coordination du « C9 », le conseil des neuf cardinaux qui l’assistent pour gouverner l’Église universelle.

Et ce n’est pas tout. Le 15 août dernier, le Pape François a nommé au poste-clé de substitut du Secrétaire d’État l’archevêque vénézuélien Edgar Peña Parra, un ancien conseiller de nonciature au Honduras entre 2002 et 2005 étroitement lié à Maradiaga et à Pineda dont il avait d’ailleurs favorisé la nomination en tant qu’évêque auxiliaire de Tegucigalpa.

Et enfin, et non des moindres, il y a Mgr Battista Ricca qui, même s’il n’est pas cardinal, représente tout de même ce secrétariat personnel que le Pape Bergoglio a créé autour de lui, en parallèle aux services de la Curie.  Dans l’organigramme de la Secrétairerie d’État, Mgr Ricca est mentionné comme conseiller diplomatique de première classe mais à l’époque où il était sur le terrain, il s’est surtout distingué par les scandales qu’il laissait derrière lui.  Tout particulièrement en Uruguay où il cohabitait à la nonciature avec son amant qu’il avait amené avec lui depuis la Suisse où il était auparavant en poste.  François est au courant, et il a quand même promu Ricca prélat de l’IOR, la « banque » du Vatican et il l’a même maintenu à sa poste de directeur de la maison Sainte-Marthe où il réside.  Et à ceux qui lui ont demandé pourquoi, il a répondu : « Qui suis-je pour juger ? ».

En somme, François veut réformer la Curie mais en s’appuyant sur des personnes dont il devrait tout d’abord se défaire s’il voulait véritablement une Église propre et remise à neuf.

*

Cette note est parue dans « L’Espresso » n. 41 de 2018, en vente en kiosque le 14 octobre, à la page d’opinion intitulée « Settimo Cielo », confiée à Sandro Magister.

Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

Source : diakonos.be

Brèves

Abus sexuels : Isabelle de Gaulmyn (La Croix) s’en prend au pape François

Interrogée dans l’émission C à dire diffusée sur France 5 le 18 septembre, l’éditorialiste de La Croix remet en cause la volonté ou la capacité du pape François à lutter contre les abus sexuels au sein de l’Eglise. Elle affirme même, vers la 5e minute de l’entretien, que le pape, alors cardinal en Argentine, aurait lui aussi caché des choses ou “ne pas le dire”. Il n’a pas vu l’ampleur du problème.

Source : Riposte-catholique

A la une #Doctrine / Formation #NLH

Assises de la lutte contre la pornographie : retour sur les interventions

Des interventions offensives et stimulantes. L’enthousiasme du public était au rendez-vous !

1ère Table ronde : Sexualité et beauté : incompatibles ?

Au coeur du débat, la place du Beau comme arme décisive pour répondre à la laideur du monde pornographié.

Capture d’écran 2018-10-10 à 11.35.48

Père Cédric Burgun – En quoi la sexualité est-elle belle ?

Spécialiste des questions conjugales

Si la pornographie est un monde de laideur, l’Église est là pour nous rappeler la beauté de l’union de l’homme et de la femme dans le plan de Dieu, seuls êtres à s’unir par les corps en se regardant en face à face.
Le Père Burgun a rappelé l’importance de la régulation de la sexualité, à travers notamment l’apprentissage de la régulation naturelle des naissances prônée par l’enseignement des papes. Contraception et pornographie sont les deux faces d’une même monnaie, celle d’une vision des corps sans limites.

Myriam Chalom – Une éducation du regard
Conférencière

Dans une brève promenade à travers quelques grandes oeuvres de l’art occidental, Myriam Chalom nous a rappelé l’importance de l’éducation au regard : apprendre à voir la personne dans sa globalité, découvrir et admirer le visage – qui est par définition absent du film pornographique. Cette éducation au regard peut commencer très tôt, en famille, pour sans cesse affiner la perception que nous devons avoir de la dignité de la personne à travers son corps.

Maître André Bonnet – Cinéma, écrans : quand la pornographie salit le corps
Co-fondateur de l’association Promouvoir

L’intervention de Maître Bonnet fut un vibrant plaidoyer pour l’engagement. Non, il n’y a pas de familles « préservées » ; un catholique ne peut se contenter du raisonnement : « ça n’arrive qu’aux enfants des autres donc ça ne m’intéresse pas ! » Aujourd’hui, la pornographie est partout, bien au-delà des seuls « films X ». Des séries récentes, comme Game of Thrones, ou Westworld, qui ont été vues par la majorité des jeunes, comportent une vision pornographiée de la sexualité, faite de violence, de domination, de destruction de l’autre. Son conseil : éduquer au regard critique pour savoir rejeter les oeuvres cinématographiques mauvaises, dans tous les sens du terme.

 

2ème Table ronde : Éducation sexuelle : rôle des parents ou de l’école ?

Les enfants et adolescents : une cible privilégiée, qui nécessite une action et un discours adaptés. Avec les bons mots et les bons gestes, il est possible de les sortir de l’emprise du porno !

Capture d’écran 2018-10-10 à 11.39.14

Inès de Franclieu – Enfants/adolescents et la pornographie : ouvrons les yeux et parlons-en

Spécialiste en formation affective, fondatrice de l’association Com je t’aime

Inès de Franclieu, qui intervient en milieu scolaire auprès des adolescents, fait état de l’ampleur du phénomène de la pornographie : les garçons comme les filles sont quasiment tous touchés. Pour les aider à lutter, il faut leur parler de la beauté de l’amour et de l’union, offrir un modèle de la sexualité humaine gratifiant et exaltant, qui dilate le coeur et qui élève. Leur soif de bonheur est immense et n’attend que d’être comblée par des mots justes et vrais.

Stanislas Rocher – Les mécanismes de la pornographie et comment en sortir

Fondateur de Libora, site de soutien par la prière aux porno-dépendants

Un témoignage courageux et poignant que celui de ce jeune homme qui a eu sa première « expérience » du porno dès le CM2. À l’adolescence, une descente vers l’addiction favorisée par les amis, l’école, l’internat. Un milieu pourtant préservé : scoutisme, service de l’autel. Mais ce sont justement ces « garde-fous » qui lui ont permis de sortir de l’addiction, car depuis le début, il avait la conscience ferme que le porno était un mal. D’où l’importance des valeurs de Bien et de Mal qui seules permettent la vraie libération !

François-Xavier Clément – Éducation sexuelle et pornographie : que se passe-t-il dans nos écoles ?

Directeur de Saint-Jean-de-Passy

Un regard sans concessions, pour raffermir les parents dans leur rôle d’éducateurs. Un ennemi : le smartphone universel (90 % des enfants en 6e), alibi facile des parents pour donner une autonomie mal comprise aux jeunes adolescents, qui finit par se payer au prix fort quand ils tombent dans le porno. Sur les questions d’éducation sexuelle, et sur les programmes de l’Éducation nationale, François-Xavier Clément a rappelé avec force la liberté, importante, dont jouissent les directeurs, même dans le sous-contrat, mais dont ils ne se servent pas. Osons être libres !

 

3ème Table ronde : La pornographie détruira-t-elle notre société ?

Le porno induit une déconstruction morale de la société. Le courage politique doit être au rendez-vous.

Capture d’écran 2018-10-10 à 11.35.01

Jean-Michel Olivereau – Pornographie : quels enjeux pour la liberté ?

Docteur en neurosciences

L’auteur de l’excellent ouvrage Révolution sexuelle et permissivité a démonté brillamment les mécanismes qui mènent de la fréquentation de matériaux pornographiques aux atteintes sur le cerveau, enfermant l’homme dans
une spirale qui va du voyeurisme à l’autodestruction. A contrario, l’apprentissage de la pudeur, méprisée et décriée aujourd’hui, est la clef d’un désir maîtrisé.

Guillaume de Thieulloy – La pornographie au coeur de la culture de mort

Directeur d’un groupe de médias

On connaît tous la fameuse citation de Soljénitsyne sur la pornographie et les miradors et pour cause : la pornographie fait partie intégrante du projet totalitaire de la culture de mort. En détruisant le projet divin sur l’homme, la femme et la famille, elle en est même l’une des matrices. S’il est très difficile de lutter au niveau public, la résistance commence dans les communautés naturelles que sont les familles, l’école, la paroisse.

Tebaldo Vinciguerra – La pornographie, enjeu d’écologie intégrale

Spécialiste des textes pontificaux sur la pornographie

La pornographie est une forme dramatique de « pollution », en empêchant le développement humain intégral dans toute sa dignité. Elle incarne le refus de la limite (un contenu accessible partout et tout le temps), et une culture du déchet (j’utilise l’autre, puis je le jette). Pour en sortir, la force du témoignage et de l’accompagnement humain sont fondamentaux. Prévenir, guérir et reconstruire doivent être au coeur de la démarche.

Bruno Vercken – Quel rôle pour les politiques dans la lutte contre la pornographie ?

Cadre dirigeant du PCD

Les politiques aujourd’hui n’ont aucune envie de se plonger dans le sale boulot de dénoncer le fléau pornographique. Peur d’être ringard, peur d’aller à contre-courant d’une libération morale érigée en norme universelle.  Pourtant, ce combat est parfaitement cohérent si l’on souhaite la défense de la famille, la défense des plus fragiles : un appel au courage et à la systématicité des actions.

Source : Liberté politique

Brèves

Assises de la lutte contre la pornographie : les conclusions à tirer

de François Billot de Lochner sur Liberté politique :

Chers amis,

La compréhension du tsunami pornographique tient en quelques chiffres :

• actuellement, 90 % des Français consomment régulièrement des matériaux pornographiques (vidéos, films, livres, revues, panneaux publicitaires, etc) ;

• les quatre premiers sites pornographiques mondiaux revendiquent 380 milliards de vidéos visionnées par leurs abonnés chaque année.

La mise en oeuvre, par Liberté politique, d’une structure dédiée à ce fléau nous a semblé de première urgence. D’où la création de l’association Pornostop, et son site dédié : Stopauporno.fr

Nous avons donc organisé, le 6 octobre dernier, des Assises nationales, ayant pour objectif :
• de sensibiliser le plus grand nombre de personnes sur ce drame ;

• de faire intervenir des experts réputés pour analyser la pornographie sous des angles divers.

Nous pouvons estimer qu’environ 1 million de personnes ont été touchées par notre politique de communication sur ces assises : un beau succès !

Les interventions des experts ont été d’une très grande qualité, et ont permis aux nombreux participants de mieux appréhender les causes et les conséquences de la pornographie, tant
ignorées aujourd’hui. Vous trouverez cette semaine à la une de Décryptage un résumé de leurs interventions.

Notre nouvelle entité, Pornostop, entend démultiplier les actions menées depuis de nombreuses années par Liberté politique. Il s’agit, en quelque sorte, de « mettre le turbo ».

L’association agira donc tous azimuts, en formant, en informant, en agissant contre les producteurs de matériaux pornographiques, en rédigeant des livres et brochures sur la sexualité et la pornographie, en accompagnant les parents, etc.

Vous nous connaissez assez pour savoir que le combat sera mené avec la dernière énergie.

Je me permets d’attirer votre attention sur un dernier point. Nous avions eu, en début d’année, des promesses de dons à Pornostop qui ne seront pas suivies d’effet. Sans la générosité habituelle de nos donateurs, nous ne pourrons mener le plan d’action ambitieux que nous avons prévu.

D’avance, je vous remercie infiniment de ce que vous pourrez faire.

JE FAIS UN DON 

François Billot de Lochner

Président de Liberté politique, de France Audace et de Pornostop

 

Les points forts du discours de clôture de François Billot de Lochner :

Contre le porno, 3 écueils à éviter :

– refuser de parler du Bien et du Mal

– désacraliser le corps par la vulgarité du discours

– limiter le porno à sa seule présence sur internet

Doctrine / Formation

Au secours, nous périssons !

Ce cri est celui des disciples, montés dans la barque avec le Seigneur Jésus, et qui se retrouvent pris dans la tempête, au point que l’embarcation était couverte par les eaux. De fait, ils sont en danger, la situation est périlleuse. Et que fait le Seigneur Jésus pendant ce temps ? Il dort !

Les disciples sont dans cette situation parce qu’ils ont suivi le Seigneur Jésus. Dans l’évangile de saint Mathieu (cf. chapitre 8), ils ont été témoins les miracles de guérison et de libération qu’il a accompli. Ils étaient là quand le Seigneur a rappelé les exigences de la vocation apostolique, répondant à une personne qui lui avait déclaré « Maître, je te suivrai où que tu ailles ! ». Les disciples ont suivi, ils ont choisi de suivre le Seigneur Jésus.
Pour plusieus d’entre-eux, sans doute, ils étaient dans leur domaine, plusieurs étaient pécheurs de profession, ils avaient l’habitude de voguer et d’affronter les aléas de la navigation. Sans doute, étant dans leur domaine de compétence, ils ont pris de l’assurance, jusqu’à perdre pied !

« Lui, cependant, dormais », précise l’évangile ! Dormait-il vraiment ? Il dormait parce que les disciples avaient pris la tête des opérations, parce qu’ils l’avaient laissé de côté, parce qu’ils ne lui demandaient rien. Avant de dormir dans la barque, c’est le cœur des disciples qui s’était assoupi, qui s’était endormi à la grâce, sourd à la parole de Dieu. Dans l’évangile de saint Marc, les disciples réveillent le Seigneur avec des reproches « tu ne te soucie pas de ce que nous périssons ! ». Il est si facile de trouver des coupables, de ne pas se remettre en cause, de ne pas changer et se convertir.
En une parole, le Seigneur appaise la tempête et le calme se fait. Avec ce nouvel événement, avec ce nouveau miracle, les disciples se posent à nouveau des questions : « qui est-il donc ? ». Ils croyaient avoir compris, ils étaient sûrs d’eux, ils pensaient savoir qui était Jésus, cependant, ils n’étaient pas allé jusqu’au bout, ils n’avaient pas pris toute la mesure de la réalité de celui qui est là, ils n’avaient pas été conséquent avec leurs convictions. En pratique, si leur cœur déjà, avait commencé à croire, leur vie, leur façon d’agir n’avait pas encore changés.

C’est au tour du Seigneur Jésus de leur faire des reproches : « Pourquoi avez-vous peur ainsi ? N’avez-vous pas encore de foi ? ». C’est bien ce que leur reproche le Seigneur, de n’avoir pas laissé leur foi guider, conduire et illuminé leur vie.

Il y a bien des situations où nous pouvons avoir l’impression que le Seigneur Jésus s’est endormi, qui rien ne va plus, alors que nous pensions avoir la maîtrise de la situation, sûrs de nos compétences, de nos capacités, de notre pouvoir ; il y a bien des situations où nous avons l’impression que la tempête nous met en danger, nous fragilise et nous laisse désemparés. C’est le moment de reveiller le Seigneur Jésus dans nos cœurs et dans nos vies, de laisser la place à sa parole et à l’oeuvre de sa grâce, c’est le moment de prendre les moyens de le suivre vraiment, en paroles et en actes.