A la une #Articles #Culture #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Les Fêtes de Pâques à Jérusalem avec Égérie dans l’antiquité

L’entrée dans la Grande Semaine

« Le dimanche, où l’on entre dans la semaine pascale, qu’on appelle ici la Grande Semaine, lorsqu’on a célébré, depuis le chant des coqs, ce qu’il est d’usage à l’Anastasis ou à la Croix jusqu’au matin, le dimanche matin donc, on se réunit, selon l’usage  habituel, dans l’église majeure, le Martyrium […] Après qu’on ait tout célébré selon l’usage habituel et avant qu’on fasse le renvoi, l’archidiacre élève la voix et dit : « Toute cette semaine, à partir de demain, rassemblons-nous tous à la neuvième heure au Martyrium. » Ensuite il élève la voix et dit : « Aujourd’hui, soyons tous présents à l’Éléona à la septième heure ».

Quand on a fait le renvoi dans l’église majeure, le Martyrium, on conduit l’évêque, avec des hymnes, à l’Anastasis. Une fois accompli là ce qu’on a coutume de faire le dimanche, chacun se rend chez lui et se hâte de manger, pour qu’au début de la septième heure tous soient présents dans l’église qui est à l’Éléona, sur le mont des Oliviers, là où se trouve la grotte dans laquelle enseignait le Seigneur » (30, 1-3) (voir plan dans Info catho, 12 avril).

 

Ce dimanche ne s’appelle pas encore le « jour des Palmes » (d’où nos Rameaux) et la commémoration de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem n’a lieu que dans la soirée ; c’est au Ve siècle qu’elle devient le seul objet de la liturgie de ce jour.

L’Éléona désigne l’église qui est sur le mont des Oliviers (après avoir d’abord été le nom de la montagne elle-même) ; c’était selon Égérie « une très belle église » ; un site important où avaient lieu plusieurs stations liturgiques, en particulier le soir du Jeudi-Saint. Elle contenait « la grotte dans laquelle, ce même jour, le Seigneur se tint avec ses apôtres » pour les entretiens qui suivirent la Cène. La basilique – une des quatre que Constantin avait fait édifier sur les lieux saints – comportait une vaste salle à trois nefs (30m par 15m) précédée d’un atrium de mêmes dimensions ; la « grotte des entretiens » se trouvait dans une crypte.

 

Sur le mont des Oliviers

« A la septième heure, tout le peuple monte sur la montagne des Oliviers, à l’Éléona, dans l’église. L’évêque s’assied, on dit des hymnes et des antiennes appropriées au jour et au lieu, ainsi que des lectures. Quand commence la neuvième heure, on monte avec des hymnes jusqu’à l’Imbomon, l’endroit d’où le Seigneur est monté aux cieux, et on s’assied là. Car tout le peuple, en présence de l’évêque, est toujours invité à s’asseoir ; seuls les diacres restent toujours debout. On dit là aussi des hymnes et des antiennes appropriées au lieu et au jour ; de même les lectures qu’on y intercale et les prières. » (31, 1).

Non loin de l’Éléona, l’Imbomon (dont le nom signifie sur la colline) est le sommet du mont des Oliviers et « l’endroit d’où le Seigneur est monté aux cieux ». On y tient quelques stations liturgiques : dimanche des Rameaux – comme indiqué ici –, nuit du Jeudi au Vendredi-saint, jour de Pâques et de son octave, jour de la Pentecôte. A l’époque d’Égérie, l’Imbomon ne comportait pas d’église. Ce n’est qu’à la fin du IVe siècle, peu après 392, qu’on en bâtit une financée par une autre pélerine célèbre, Poemenia. Dès lors cette rotonde de la « Sainte Ascension » fut un des sanctuaires les plus visités de Jérusalem.

Le Lectionnaire arménien montre que, quelques années après Égérie, on a remplacé les réunions successives à l’Éléona et à l’Imbomon par une seule, qui se tient à la neuvième heure à l’Éléona. Mais elle ne comportait pas de lectures ; la lecture de Matthieu 21 avait lieu le matin au Martyrium.

 

« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur »

« Quand la onzième heure commence, on lit ce passage de l’évangile où des enfants, avec des rameaux et des palmes, vinrent à la rencontre du Seigneur (Mt 21, 8 ; Jn 12, 13) en disant : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. » Aussitôt après, l’évêque se lève ainsi que tout le peuple, puis du sommet du mont des Oliviers, on fait le chemin à pied. Tout le peuple va devant l’évêque, avec des hymnes et des antiennes, en répondant toujours : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » (Ps 117, 26). Et tous les enfants du pays, jusqu’à ceux qui ne peuvent pas marcher parce qu’ils sont trop jeunes et que leurs parents portent sur leurs épaules, tous tiennent des rameaux, qui de palmier, qui d’olivier ; et ainsi on escorte l’évêque de la même manière qu’a été escorté le Seigneur. Du sommet de la montagne jusqu’à la ville, puis à travers toute la ville jusqu’à l’Anastasis, tous font le chemin à pied, même les dames, même les notables, et ils escortent l’évêque en disant le répons ; et ainsi lentement, lentement, pour que le peuple ne se fatigue pas, on arrive à l’Anastasis alors que c’est déjà le soir. Lorsqu’on y est arrivé, bien qu’il soit tard, on fait le lucernaire, on fait encore une prière à la Croix et on congédie le peuple. » (31, 2-4).

 

Françoise Thelamon, Professeur d’histoire du christianisme

 

 

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Paris : mobilisation contre la PMA pour toutes

La manifestation était prévue depuis plusieurs mois. Cette fois-ci, elle intervient à quelques jours de l’examen en séance publique au Sénat du projet de loi sur la bioéthique. Parmi les questions les plus sensibles qui seront débattues, l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. Actuellement, si l’article 1er de ce texte permettant l’extension de la PMA n’a pas été supprimé, un amendement de repli maintenant les conditions actuelles de recours à la PMA a été adopté. Le texte doit être discuté au Sénat à partir du mardi 21 janvier 2020.

La manifestation est partie à Paris de la Place de la Résistance pour se terminer devant l’Opéra. Elle semble avoir été un grand succès dans la mobilisation :

 

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #USA

États-Unis : pas d’ordination épiscopalienne de femme dans une église catholique

Depuis plusieurs jours, une polémique avait eu lieu Outre-Atlantique : le diocèse de Richmond (État de Virginie) avait mis à disposition des épiscopaliens (la dénomination qui est donnée aux anglicans aux États-Unis) une église afin qu’une ordination épiscopale ait lieu. Face aux protestations et au malaise, il n’y aura pas d’ordination pour la communauté épiscopalienne dans l’église catholique Saint -Bede située dans le diocèse de Richmond. En effet, le diocèse épiscopalien de Virginie du sud a annoncé le report de cette ordination dans un autre lieu de culte. Susan Haynes devait être ordonnée évêque pour ce diocèse épiscopalien. Dans un communiqué daté du 17 janvier 2020, Mgr Barry Knestout a fait part de sa “grande tristesse” en recevant la lettre de Susan Haynes annonçant le report dans un autre endroit. La consécration épiscopalienne aura donc lieu dans une chapelle qui n’est rattachée à aucune communauté religieuse attitrée.

Quelques temps avant, Mgr Barry Knestout s’était appuyé sur différents textes (déclaration  conciliaire Unitatis Redintegratio de 1964, directoire pour l’application des principes et normes sur l’œcuménisme de 1993) pour justifier cette hospitalité.

Source – Site Catholic News Agency

 

Annonces #En France #NLH #NLQ

Vincennes : conférence et dédicace avec le cardinal Robert Sarah

Le vendredi 24 janvier 2020, à 21h, le cardinal Robert Sarah donnera une conférence à l’église Notre-Dame de Vincennes. Elle sera suivie d’une dédicace de ses deux ouvrages publiés respectivement l’année dernière et cette année : Des profondeurs de nos coeurs et Le soir approche et déjà le jour baisse.

Adresse : 82, rue Raymond du Temple – 94 300 Vincennes

Source – Site des éditions Fayard

 

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient

Égypte : création d’un nouveau diocèse pour l’Église copte-catholique

L’Église catholique compte désormais un nouveau diocèse. Une nouvelle éparchie a été érigée dans l’Église copte-catholique. En effet, l’éparchie d’Abou Qurqas, issue d’un démembrement de l’éparchie de Minya, a été instituée le 7 janvier 2020. La ville d’Abu Qurqas est peuplée de de 400 000 habitants. Elle se situe à trente kilomètres au sud de la ville de Minya, capitale de la Moyenne-Égypte située à 245 kilomètres au sud du Caire. Les coptes – catholiques ou orthodoxes – sont particulièrement présents dans cette région, qui parfois fait l’objet d’attentats.

Avec cette création, il y a donc huit diocèses au sein de l’Église copte-catholique qui compte ainsi 250 000 fidèles. Le siège de cette nouvelle éparchie est située dans la cathédrale Saint Antoine et Saint Paul d’Abou Qurqas. Le Père Bechara Guida, OFM sera l’évêque de cette éparchie. Il est âgé de 48 ans. Il a été ordonné prêtre le 8 juin 2001. Ayant étudié au Liban, il a également été curé et directeur d’école. Nommé le 7 janvier dernier, il sera ordonné évêque le 22 février prochain.

SourceTerresainte.net

A la une #Agenda / Annonce #Brèves #En France #NLH #Rome

Précisions du cardinal Robert Sarah sur un ouvrage comprenant une contribution de Benoît XVI

Ce devait être une première : un livre cosigné par le pape émérite Benoît XVI et le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin, concernant le célibat sacerdotal auquel les deux prélats sont attachés. Mais la polémique a été telle que le cardinal Sarah a publié ce matin un communiqué sur son compte Twitter  dans lequel il dénonce la “polémique qui vise depuis plusieurs heures à me salir en insinuant que Benoît XVI n’était pas informé de la parution du livre Des profondeurs de nos cœurs”. Si Des profondeurs de nos cœurs sera publié avec une couverture rectifiée. Mais le nom du pape émérite est maintenu sur la couverture tout comme sa contribution dans le livre.

Voici le communiqué du cardinal Sarah :

Le 5 septembre dernier, après une visite au monastère Mater Ecclesiae où habite Benoît XVI, j’ai écrit au Pape émérite pour lui demander s’il était possible qu’il compose un texte sur le sacerdoce catholique, avec une attention particulière concernant le célibat. Je lui expliquais que moi-même j’avais commencé une réflexion dans la prière. J’ajoutais « J’imagine que vous penserez que des réflexions de votre part pourraient ne pas être opportunes à cause des polémiques qu’elles provoqueraient peut-être dans les journaux, mais je suis convaincu que toute l’Eglise a besoin de ce don, qui pourrait être publié à Noël ou au début de l’année 2020 ».

Le 20 septembre, le Pape émérite m’a remercié en m’écrivant que lui aussi, de son côté, avant même de recevoir ma lettre, avait débuté l’écriture d’un texte sur ce sujet, mais que ses forces ne lui permettaient plus de rédiger un texte théologique. Toutefois, ma lettre l’avait encouragé à reprendre ce long travail. Il ajoutait qu’il me le transmettrait quand la traduction en langue italienne serait achevée.

Le 12 octobre, pendant le synode des évêques sur l’Amazonie, le Pape émérite me remettait sous pli confidentiel un long texte, fruit de son travail des mois écoulés. En constatant l’ampleur de cet écrit, tant sur le fond que sur la forme, j’ai immédiatement considéré qu’il ne serait pas possible de le proposer à un journal ou à une revue, eu égard à son volume et à sa qualité. J’ai donc immédiatement proposé au Pape émérite la parution d’un livre qui serait un immense bien pour l’Eglise, intégrant son propre texte et le mien. A la suite des divers échanges en vue de l’élaboration du livre, j’ai finalement envoyé, le 19 novembre, un manuscrit complet au Pape émérite comportant, comme nous l’avions décidé d’un commun accord, la couverture, une introduction et une conclusion communes, le texte de Benoît XVI et mon propre texte. Le 25 novembre, le Pape émérite exprimait sa grande satisfaction concernant les textes rédigés en commun, et il ajoutait ceci « Pour ma part. je suis d’accord pour que le texte soit publié dans la forme que vous avez prévue ».

Le 3 décembre, je me suis rendu au monastère Mater Ecclesiae pour remercier une nouvelle fois le Pape émérite de m’accorder une si grande confiance. Je lui ai expliqué que notre livre serait imprimé pendant les vacances de Noël, qu’il paraîtrait le mercredi 15 janvier et que, par conséquent, je viendrai lui apporter l’ouvrage début janvier au retour d’un voyage dans mon pays natal.

La polémique qui vise depuis plusieurs heures à me salir en insinuant que Benoît XVI n’était pas informé de la parution du livre Des profondeurs de nos cœurs, est profondément abjecte. Je pardonne sincèrement à tous ceux qui me calomnient ou qui veulent m’opposer au Pape François. Mon attachement à Benoît XVI reste intact et mon obéissance filiale au Pape François absolue.

Le cardinal Sarah a apporté des précisions sur la précision de l’ouvrage, affirmant notamment que “l’auteur du livre sera pour les publications à venir : Card Sarah, avec la contribution de Benoît XVI.” En revanche, le texte du livre demeure le même.

Enfin, dans un ultime message sur Twitter, le cardinal Sarah précise que son communiqué “reste ma seule et unique version du déroulement des faits.” En outre,  il a “également eu une conversation avec la direction de Fayard pour mettre en place les demandes spécifiques”. Le message sur Twitter :

On notera qu’hier, le cardinal Sarah avait bien donné “les premières preuves de ma proche collaboration avec Benoît XVI pour écrire ce texte en faveur du célibat” :

 

En France #NLH #Rome

Paris : Mgr Celestino Migliore nouveau nonce apostolique

Le samedi 11 janvier dernier, un nouveau nonce apostolique a été nommé en France. Mgr Celestino Migliore remplace Mgr Luigi Ventura, qui avait démissionné en raison de ses 75 ans. Né le 1er juillet 1952, Mgr Migliore a notamment exercé en Pologne (il avait été nommé à Vasrovie en 2010) et en Russie (il avait été nommé à Moscou en 2016). Mais il a déjà accompli ses fonctions en France. En effet, Jean-Paul II l’avait désigné en 1992 comme envoyé spécial avec les fonctions d’observateur permanent auprès du Conseil de l’Europe à Strasbourg. Mgr Migliore a par ailleurs été consacré évêque le 6 janvier 2003.

SourcePeuples du Monde

Agenda / Annonce #Annonces #Conférences/Formations #NLH #NLQ

Saint-Jean-de-Monts : conférence sur les Chrétiens d’Orient


Le lundi 13 janvier 2020, une conférence sur les chrétiens d’Orient sera donnée en Vendée à Saint-Jean-des-Monts par l’abbé Renaud Bertrand, délégué de l’Oeuvre d’Orient pour le diocèse de Luçon. La conférence, intitulée « Chrétiens d’Orient, quelle espérance aujourd’hui ? Témoignages d’Irak et du Liban » aura ainsi lieu à 19h.

Adresse : 58, rue du Général de Gaulle – 85160 Saint-Jean-de-Monts

A la une #Brèves #En France #NLH #Points non négociables PNN

Sénat : approbation de la PMA pour toutes sous certaines conditions

Le projet de loi sur la bioéthique, adopté à l’Assemblée nationale, est en cours de discussion au Sénat. Le mardi 7 janvier dernier, les sénateurs membres de la commission spéciale sur la bioéthique ont rejeté un amendement de Bruno Retailleau (LR) et de Muriel Jourda (LR) qui visait à supprimer l’article 1er permettant le recours à la PMA en-dehors de toute justification médicale. L’amendement a été rejeté par 18 voix contre 14. Non seulement les sénateurs sont divisés sur ce sujet, mais une partie des membres du groupe Les Républicains du Sénat ne suivrait pas, manifestement, le refus de son président, Bruno Retailleau.

Cependant, un amendement de repli (amendement n°COM-171) de la sénatrice Muriel Jourda a été adopté en commission. Il autorise la PMA pour toutes, mais en la subordonnant à des critères d’infertilité et de risque de transmission d’une maladie d’une particulière gravité (on resterait dans les mêmes critères que ceux utilisés actuellement par le code de la santé publique). Voici un extrait de son objet (motifs de l’amendement) :

Contrairement au projet de loi qui supprime la référence à tout critère médical, il ne change pas, toutefois, le droit existant pour les couples ayant aujourd’hui accès à l’assistance médicale à la procréation, en maintenant le critère d’infertilité dont le caractère pathologique a été médicalement diagnostiqué ou la non-transmission d’une maladie d’une particulière gravité .

En effet, le futur article L. 2141-2-1 du Code de la santé publique serait ainsi rédigé :

Tout couple formé de deux femmes ou toute femme non mariée répondant aux conditions prévues au II de l’article L. 2141-2 a accès à l’assistance médicale à la procréation selon les modalités prévues au présent chapitre.

L’analyse de la position de la commission spéciale doit donc être précisée en ce sens que sa position n’est pas celle des députés de l’Assemblée nationale. Le rapport du Sénat n’a pas été encore publié ; il doit l’être incessamment sous peu.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLH #NLQ #Points non négociables PNN

Censure de la part de la mairie de Paris ? Alliance Vita obtient gain de cause de la part de la justice

La polémique a notamment eu lieu sur les réseaux sociaux. À la suite d’une campagne d’affichage d’Alliance Vita, appelant à « respecter la maternité », « la paternité » et « la vie », certains ont vu une mise en cause de certaines pratiques comme l’avortement ou la PMA pour toutes, qui romprait avec la neutralité qui devrait convenir aux lieux publics comme les gares SNCF. Anne Hidalgo, maire de Paris, avait même demandé par tweet interposé le retrait de ces affiches, se considérant « profondément choquée et indignée par cette campagne anti-IVG et anti-PMA à la Gare du Nord et dans plusieurs autres lieux de la capitale. Je demande à @ExterionMediaFR et #Mediatransports que ces affiches soient retirées immédiatement. »

À la suite de cette injonction, le GIE Mediatransport et les SNC MediaGare et MediaRail, qui gèrent la location d’espaces publicitaires dans les gares SNCF, avaient dû retirer les affiches litigieuses qui, en l’espèce, étaient les suivantes :

Mais Alliance Vita a saisi le juge des référés. Dans une décision rendue le samedi 4 janvier dernier, le tribunal judiciaire de Paris a demandé la reprise immédiate de l’affichage de la campagne de communication d’Alliance Vita sous peine d’astreinte financière en cas de non-exécution de la décision. Cette décision affirme notamment qu’« il convient de faire droit à la demande de l’association Alliance Vita (…) de reprendre l’exécution du contrat (…) en replaçant les affiches (…) sur les espaces publicitaires loués (…) ». Autrement dit, si ces organismes ne remettent pas les affiches retirées, ils devront payer une compensation financière par jour de non-exécution.

C’est donc une victoire pour Alliance Vita, même si la décision du juge des référés peut faire l’objet d’un appel dans des délais extrêmement brefs. Affaire à suivre.

A la une #Articles #Brèves #Dans le Monde #NLH #NLQ #Orient

Mgr Najeeb (Mossoul) : « la foi des chrétiens en Irak est plus forte qu’hier »

Il avait été nommé il y a plus d’un an archevêque chaldéen catholique de Mossoul : Mgr Michael Najeeb, op estime, dans une dépêche publiée sur le site de l’agence Vatican News , qu’« aujourd’hui, la foi des chrétiens en Irak est plus forte qu’hier ».

Dans cet entretien, l’archevêque de Mossoul constate que si les églises se sont remplies lors de la fête de la Nativité dans la plaine de Ninive, au nord du Kurdistan irakien, il considère cependant que le retour des chrétiens dans la ville de Mossoul reste encore « très timide ». L’entretien a cependant été publié avant les dernières tensions entre américains et iraniens, consécutives à la mort du général Soleymani survenue le 3 janvier 2020.

On pourra lire – et écouter – l’entretien en cliquant sur ce lien.