Dans le Monde #NLQ

« Beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles » : récit de l’apparition du 19 août à Fatima

Au mois d’août 1917, la Sainte Vierge apparut le dimanche 19 aux petits bergers. Le rendez-vous mensuel avait été décalé car les voyants avaient été séquestrés par l’administrateur du canton, le treize de ce mois.

Quatre jours s’étaient donc écoulés depuis le retour des enfants de la prison dans laquelle ils avaient été enfermés par l’administrateur. Ils calculaient tristement qu’il leur faudrait attendre encore presque un mois avant de revoir Notre-Dame. En ce dimanche 19 août, après la messe paroissiale, ils partirent pour la Cova da Iria, accompagnés de quelques personnes, pour y réciter le chapelet. L’après-midi, les pèlerins rentrèrent chez eux, tandis que Lucie, François ainsi que son frère Jean âgé de onze ans, prirent le chemin des Valinhos, pour mener paître leurs troupeaux. C’était le lieu le plus proche et le plus herbu, à mi-hauteur entre Aljustrel et le sommet du Cabeço.

 

Comme à la Cova da lria, seuls les trois enfants privilégiés virent la Céleste Dame. Eux seuls, dans les desseins de la Providence, devaient être les dépositaires du message venu du Ciel. Après un premier éclair avait succédé un second, et ce fut à ce moment même que Jacinthe arriva avec son frère Jean, soulevant derrière eux un nuage de poussière. Peu après, la lumineuse Apparition se montrait au-dessus d’un chêne-vert, un peu plus élevé que celui de la Cova da Iria. Quelle joie ineffable de La revoir, après avoir tant craint qu’Elle ne revienne plus  ! Quelle bonté maternelle de revenir exprès, pour remplacer le rendez-vous manqué six jours auparavant  !

Avec une confiance toute filiale, Lucie demanda  :

«  Que veut de moi Votre Grâce  ?

– Je veux que vous continuiez d’aller à la Cova da Iria le 13, que vous continuiez à réciter le chapelet tous les jours. Le dernier mois, Je ferai le miracle afin que tous croient. Si l’on ne vous avait pas emmenés à la Ville, le miracle aurait été plus connu. Saint Joseph viendra avec l’Enfant-Jésus, pour donner la paix au monde. Notre-Seigneur viendra bénir le peuple. Viendra aussi Notre-Dame du Rosaire et Notre-Dame des Douleurs.   »

Lucie se souvint alors de la question dont l’avait chargée Maria Carreira  :

«  Que voulez-vous que l’on fasse de l’argent que les gens laissent à la Cova da Iria  ?

– Que l’on fasse deux brancards de procession. Tu porteras l’un avec Jacinthe et deux autres petites filles habillées de blanc  ; l’autre, que François le porte avec trois garçons, comme lui vêtus d’une aube blanche. Ce sera pour la fête de Notre-Dame du Rosaire. Ce qui restera sera pour aider à la construction d’une chapelle que l’on fera faire.

– Je voudrais vous demander la guérison de quelques malades.

– Oui, j’en guérirai certains dans l’année.   »

Et, prenant un air plus triste  :

«  Priez, priez beaucoup et faites des sacrifices pour les pécheurs, car beaucoup d’âmes vont en enfer parce qu’elles n’ont personne qui se sacrifie et prie pour elles.  »

Et comme d’habitude, Elle commença à s’élever en direction du levant.

Extraits de Francisco et Jacinta, si petits et si grands  !, Sœur Françoise de la Sainte Colombe, p. 205-212.

Dans le Monde #NLQ

Fatima complète Paray-le-Monial

Pour beaucoup, la deuxième apparition de Fatima est une des plus belles, car le message donné par Notre-Dame ce jour-là est vraiment d’une beauté et d’une richesse exceptionnelle et on ne se lasse pas de le méditer : “Jésus (…) veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône. (…) Je ne t’abandonnerai jamais. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

C’est également au cours de cette apparition que Notre-Dame apparût en montrant son Cœur entouré d’épines. Lucie dit dans son quatrième mémoire que « c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui demandait réparation. ». Tout ceci constituait ce que Lucie appelait le petit secret qui ne fut révélé qu’à partir de 1927.

 

En 1917, Dieu Lui-même, par la voix de sa Mère, promit que quiconque embrassera la dévotion à son Cœur Immaculé sera sauvé. Enfin en 1929, Dieu demanda de passer par le Cœur Immaculé de Marie pour obtenir la paix dans le monde et la conversion de la Russie. Toutes ces interventions du pape ou de Notre-Dame montrent que Dieu veut faire passer toutes ses grâces par les mains de sa Mère.

Et il est extraordinaire de voir qu’en 1921, alors que le message de Fatima n’était pas encore connu, Benoît XV établit une fête de Marie Médiatrice de toutes grâces à la date du 31 mai, dernier jour du mois de Marie. Cette décision du pape est parfaitement conforme à l’esprit du message de Fatima. Or le pape n’avait aucunement la possibilité de s’appuyer dessus puisque ce point du message ne commença à être révélé qu’à partir de décembre 1927. Cette concomitance entre les apparitions de Fatima et l’instauration de la fête de Marie Médiatrice par Benoît XV est un signe que le Ciel voulait l’établissement de cette fête.

Léon XIII dans l’encyclique Octobri Mense du 22 septembre 1891 déclare : « Il est permis d’affirmer, que rien, d’après la volonté de Dieu ne nous est donné sans passer par Marie, de telle sorte que, comme personne ne peut s’approcher du Père tout-puissant sinon par son Fils, ainsi personne, pour ainsi dire, ne peut s’approcher du Christ que par sa Mère » Et Pie XI dans la conclusion de l’encyclique Miserentissimus dit : « Par sa mystérieuse union avec le Christ et par une grâce particulière reçue de Lui, [la Vierge Marie] fut aussi réparatrice et est pieusement appelée de ce nom. (…) [le Christ], seul Médiateur entre Dieu et les hommes, a voulu cependant s’associer sa Mère comme avocate des pécheurs et comme dispensatrice et médiatrice de ses grâces. » Il n’y a donc qu’un seul médiateur entre nous et Dieu : c’est Notre-Seigneur Jésus-Christ qui par les mérites de sa passion et de sa croix, nous vaut, si nous nous en repentons, l’effacement de tous nos péchés et nous permet ainsi d’espérer le Ciel. Mais, comme le dit le père Joseph de Sainte Marie : «  L’unicité de la médiation du Christ (1 Tim 2 : 5) n’exclut pas d’autres médiations, dépendantes et subordonnées, mais les fonde et les appelle ». Et Dieu, par amour pour celle dont il a fait sa Mère, a voulu l’associer à cette médiation. Jusqu’à sa crucifixion, le Christ était l’unique dispensateur de tous ses dons. Mais après sa crucifixion, il Lui a plu de confier à sa Mère un pouvoir merveilleux, celui de dispenser à ses enfants de la terre toutes les grâces nécessaires pour se convertir et persévérer dans le bien. Ainsi, le Christ efface nos fautes et nous rend à l’amour divin et sa Mère nous donne les grâces pour persévérer dans cet état. De la sorte, les deux cœurs de la Mère et du Fils sont unis dans un même but : la rédemption du genre humain. Tous les deux interviennent à leur façon pour nous conduire au Ciel, l’un en réparant, l’autre en distribuant les grâces et en fortifiant. Dans leur amour pour les hommes, les deux cœurs de Jésus et de Marie sont tout aussi unis qu’ils ne l’étaient lorsque l’Enfant-Jésus se développait dans le sein de la Sainte Vierge. Voilà pourquoi la dévotion au Sacré-Cœur et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ne peuvent être dissociées. Fatima complète Paray-le-Monial..

Ainsi, c’est par Marie, et par elle seule, que nous pouvons être sauvés des périls qui nous menacent : face à l’enfer éternel, face à l’enfer temporel des guerres, des famines et des persécutions provoquées par les erreurs de la Russie, Dieu nous présente le Cœur Immaculé de Marie comme l’ultime recours et le moyen de salut par excellence. Marie est médiatrice de toutes les grâces de Dieu.

Source

En France #NLQ

Méditer les vertus de l’enfance du Christ avec l’Enfant Jésus de Beaune, Petit Roi de Grâce,

L’Enfant Jésus de Beaune, le Petit Roi de Grâce est l’un des quatre principaux  « Enfant Jésus » miraculeux. Il en existe trois autres : le Santo Bambino de Rome, l’Enfant Jésus de Prague et le Bon Jésus de Braga, au Portugal.

C’est une statuette en bois, haute de 58 cms, peinte et articulée, habillée de vêtements somptueux venus des quatre coins du monde. Elle fut offerte à sœur Marguerite du Saint-Sacrement à Noël 1643, par le Baron de Renty, Normand Gaston, en remerciements de leur amitié spirituelle. La statue du « Petit Roi de Grâce » ayant été vraisemblablement sculptée par lui, signe de sa dévotion à l’enfance spirituelle.

 

 Qui est Marguerite du Saint-Sacrement ?

Marguerite Parigot, née le 7 février 1619 à Beaune, 5ème enfant d’une famille honorable de la ville, de parents profondément chrétiens, est baptisée le jour de sa naissance.

A 5 ans, elle présente déjà une grande piété et est attirée comme un aimant par le Saint-Sacrement, cela lui vaudra son nom de religieuse. Elle fait très jeune à Dieu l’offrande d’elle-même et entretient en secret la ferme intention d’être Carmélite.

A 11 ans et demi, le soir des obsèques de sa mère, le 23 septembre 1630, elle entre au Carmel.

Afficher l'image d'origine Interrogée par la maîtresse des novices sur ses connaissances religieuses, l’enfant s’étend deux heures en commentaires enflammés sur Dieu et surtout sur le Saint-Sacrement ; les mères sont conquises. Dès le lendemain, elle est admise à faire sa première communion et entend Jésus l’appeler « ma petite épouse, épouse du Saint Enfant Jésus en sa crèche ».

Elle découvre la dévotion à l’Enfant Jésus, prospère au Carmel depuis Sainte-Thérèse d’Avila et prônée par l’école française.

Elle est ardente à la vie de la Communauté, se faisant remarquer par son amour pour les pauvres, elle apprend à vénérer tout spécialement Jésus-Enfant et s’identifie à l’esprit d’enfance.

Elle fait sa profession solennelle le 24 juin 1635 ; Jésus lui apparaît sous la forme d’un enfant, lui remettant anneau, couronne et robe avec cette promesse : “Je ne refuserai rien à tes prières“. L’année 1636 est effroyable pour la France : guerres, invasions, sièges. Jésus confie à Marguerite : “C’est par les mérites du Mystère de mon Enfance que tu surmonteras toutes les difficultés.” Dans un ravissement, Il lui enseigne la manière de L’honorer depuis le moment de son incarnation jusqu’à sa douzième année.

Sa mission particulière, révéler les vertus de l’enfance de Jésus :  pureté  – simplicité – obéissance – humilité – innocence

 

A la fin de toutes ses lettres, Marguerite rappelle :  « le Petit Roi de Grâce a plus soin de votre âme et de vos besoins que vous n’en saurez avoir vous-mêmes. Tenez-vous en paix, tâchant de remettre tout entre les bras du Saint Enfant Jésus. Je Le supplie de vous donner la force pour tout ce qu’Il désire de vous  ».

Marguerite rend compte de tout à la maîtresse des novices, Mère Marie de la Trinité, qui a soin de faire noter toutes ses confidences.

Beaune et le roi de France

1637 : Après 12 ans de mariage, le roi Louis XIII et Anne d’Autriche n’ont toujours pas d’enfant. Marguerite du Saint Sacrement, au fond de son monastère de Beaune, prie aussi pour la France. Le 15 décembre, tandis que toute la France prie pour la naissance d’un héritier au trône de Louis XIII, Marguerite est avertie de la grossesse de la reine, avant Anne d’Autriche elle-même ! Devenu roi de France, Louis XIV viendra au carmel de Beaune en 1658 remercier les sœurs pour leurs prières. Mais c’est un autre roi qui va faire son entrée au monastère.

En effet, la renommée de Marguerite est parvenue aux oreilles d’un gentilhomme normand, le baron Gaston de Renty. Il se rend au carmel en 1643 sans voir Marguerite qui vit de plus en plus retirée. Il lui envoie, en novembre, la statue qui deviendra le cher Petit Roi de Grâce.

 

La jeune Carmélite va être appelée à rappeler au monde que le véritable roi, ce n’est pas le Roi-Soleil, c’est le Christ ! Elle dont la taille ne dépassera jamais celle d’une fillette de douze ans est choisie, en ce temps de guerres et de misères, pour répandre le rayonnement de l’esprit d’Enfance ; car, de la crèche à la Croix, Petit Roi de Grâce et Roi couronné d’épines, Jésus veut régner sur nos cœurs.

En mars 1648, Marguerite est malade. Tout son corps est un abîme de souffrances, mais son âme est un abîme de paix et de joie. Elle s’éteint le 26 mai 1648, à l’âge de 29 ans et est déclarée Vénérable en 1873.

La dévotion au Petit Roi de Grâce se propagea très rapidement et son rayonnement se manifesta spécialement pour les accouchements difficiles, la guérison des enfants, les vocations,…

 

La statue de l’Enfant-Jésus

Afficher l'image d'origine Lors de  la Révolution, les religieuses expulsées, mirent la statue du Petit Jésus à l’abri chez des courageuses âmes dans une armoire en bois.

Il y fut vénéré en secret jusqu’au 28 décembre 1873, où, à l’instigation du curé de Saint-Nicolas, une fête solennelle en présence de l’évêque de Dijon, marqua la reprise du culte public du Petit roi de Grâce.

Il faut aussi souligner l’importance de l’école française de spiritualité, fondée par le Cardinal de Bérulle sur le dogme de l’Incarnation, « le Fils de Dieu se faisant homme ».

Cette école apporte un souffle nouveau. Il faut d’abord partir de l’homme jésus, qui a une existence historique et qui a laissé des traces et, à partir de Lui, remonter à Dieu. Une vie de Foi centrée sur le Verbe incarné, Christ naissant, Christ mourant sur la croix, Christ ressuscitant, Christ le même hier, aujourd’hui et demain. De nombreux témoignages prouvent que l’Enfant Jésus continue sa mission de miséricorde et de protection.

 

La prière de la petite couronne

Depuis le 27 septembre 2001, les Carmélites étant devenues trop âgées, le Carmel de Beaune est confié à  la Communauté des Béatitudes, qui continue la dévotion à l’Enfant Jésus, en priant la « petite couronne ». Celle-ci est un chapelet à 15 grains :

·         sur les 3 premiers, on dit 3 Notre Père, en l’honneur de la Sainte Famille : Jésus, Marie et Joseph

·         sur les 12 autres, 12 Ave Maria en l’honneur des 12 premières années de la vie de Jésus, en y ajoutant le verset « et le verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous ».

La méditation de la petite couronne se fait autour des 12 mystères de l’Enfance de Jésus, le 24 au soir ou le 25 de chaque mois et la neuvaine à l’Enfant Jésus, du 25 janvier au 2 février.

Pour en savoir plus

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Journée en l’honneur de Notre-Dame des Neiges à Sens

Samedi 9 septembre 2017

Temps fort au début de la nouvelle année pour vivre un temps d’amitié, et un enseignement qui vous permettra de mieux nous connaître, et pour prier pour que vienne le triomphe du Cœur Immaculé de Marie.

Enseignements de père Bernard, supérieur de la FMND, sur les thèmes :

  • “Notre-Dame des Neiges et la préparation de la civilisation de l’amour”
  • “Les appels de Notre-Dame à la prière pour la paix”

Renseignements complémentaires et inscriptions en ligne

NLQ #Sorties/Animations

La Rébellion cachée à Guérande le 25 août

La Paroisse Notre Dame La Blanche et l’association Caridad vous invitent à visionner La Rébellion cachée, le docufilm sur les guerres de Vendée, en présence du réalisateur Daniel Rabourdin.
Où ? à la salle paroissiale Sainte Anne, 7 place Charles Müller (intra muros) à Guérande !

« La Rébellion cachée est le film sur les guerres de Vendée que les catholiques attendaient depuis longtemps », Guillaume Bergerot, enseignant en histoire dans le supérieur, Angers.

*** ENTREE LIBRE ***


Mettant en scène la campagne vendéenne relativement prospère, trois années après la Révolution, La Rébellion cachée combine documentaire visionnaire et grandes scènes de batailles, de résistance et d’amour, sous un ciel assombri par le Règne de la Terreur.

Ce docufilm examine minutieusement le cours des évènements et plus encore les courants de pensée à l’origine de ce qui fut probablement le premier génocide de l’époque moderne.

En ces temps d’intolérance croissante face à la foi et la famille, le docudrame invite avec force à faire mémoire de cette page de notre histoire. Il veut pousser la République française à examiner son passé.

Réalisateur : Daniel Rabourdin
Directeur de la photographie : Jim Morlino
Acteurs : Damien Ricour, Clémentine Stépanoff, Martin Delavenne, Christophe Laflaquière
Historiens : Reynald Secher, Stéphane Courtois et bien d’autres encore !

VENEZ NOMBREUX !

Pour organiser une projection dans votre paroisse, contactez rebellion.rabourdin@gmail.com

NLQ #Orient

Les Vierges de Lourdes réinstallées dans la plaine de Ninive

Du 20 au 25 juillet, une délégation de l´OEuvre d´Orient s´est rendue en Irak, à Erbil et dans la plaine de Ninive, afin d´offrir aux communautés chrétiennes locales des statues bénies à la grotte de Lourdes. Touché par la destruction des églises lors de son voyage en janvier 2017, Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l´OEuvre d´Orient, s´était engagé à ce geste.

Le 17 mars, quinze reproductions de la Vierge de Lourdes ont ainsi fait la route de Lourdes à Erbil. Symbole du retour des familles chrétiennes dans la Plaine de Ninive, ces statues ont été réinstallées dans les églises saccagées par Daech, où les croix ont été détruites et les statues décapitées. Les familles commencent en effet à revenir dans leurs villages. Ces statues de Marie sont ainsi un signe d´Espérance pour toute la communauté chrétienne d´Irak.

Un reportage de KTO en partenariat avec l´OEuvre d´Orient : 

Asie #NLQ

Inde – Une église vandalisée dans le Pendjab

Entre le 6 et le 8 août, l’église catholique Saint-Joseph du village de Rasulpur (Ladhowal), a été vandalisée. Rasulpur se situe à 15 km de Ludhiana dans le Pendjab indien, ville où s’est déroulé l’assassinat d’un pasteur protestant (en juillet dernier).

Des inconnus ont brisé les vitres de cette église. Le curé a déposé plainte auprès de la police qui dispose d’enregistrements de vidéo surveillance susceptibles d’aider à l’identification des vandales.

Source : UCAN India, 13 août, et Observatoire de la Christianophobie pour la traduction

NLQ #Récollections/Retraites

Fête des familles à Alençon les 28 et 29 octobre

« La famille : sacrement de la Trinité, cristal de l’humanité »

La fête des familles, c’est un week-end pour se ressourcer en famille auprès des saints Louis et Zélie Martin.
Cette année pour le 2ème anniversaire de la canonisation des époux Martin, Père Daniel-Ange nous honore de sa présence en nous proposant plusieurs enseignements sur le thème de la famille. La fête sera présidée par Mgr Jacques Habert, évêque de Séez.

Programme

Samedi 28 octobre

11h : Messe d’ouverture présidée par le Père Daniel-Ange (Basilique)
12h30 : Pique-nique apporté par vos soins (Saint-François)
14h : Temps libre
15h : Enseignement du Père Daniel-Ange (Basilique)
16h15 : Goûter (Halle aux Toiles)
16h45 : Carrefours au choix
18h : Temps libre
18h45 : Dîner (Saint-François)
20h30 : Veillée de prière (Basilique)

Dimanche 29 octobre

7h30-8h30 : Petit-déjeuner (Saint-François)
8h45 : Prière du matin (Saint-François)
9h : Enseignement du Père Daniel-Ange (Saint-François)
11h : Messe présidée par Mgr Jacques Habert (Basilique)
12h45 : Déjeuner (Saint-François)
14h30 : Rallye pédestre en famille sur les pas de Louis et Zélie (départ de Saint-François)
A partir de 15h30 : Bénédiction des familles avec les reliques (Basilique)

Animations enfants & jeunes

Une animation (catéchèses, activités manuelles, sportives…) est organisée par le Sanctuaire d’Alençon pour les tout-petits, pour les enfants et pour les jeunes, dans la mesure des places disponibles.
Ces animations auront lieu à l’ensemble scolaire Saint-François (100 rue Labillardière) samedi de 14h à 18h30 et dimanche de 8h30 à 10h15.

Les carrefours

Plusieurs carrefours sont proposés samedi 28 octobre de 16h45 à 18h sur les thèmes :

  • Les Sacrements, sources du bonheur des familles
  • Vivre le pardon en famille
  • Tous appelés à la Sainteté : le témoignage de la famille Martin
  • Louis et Zélie Martin, témoins de la charité et de la justice sociale pour notre temps d’aujourd’hui

 

Informations complémentaires et inscriptions en ligne

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

900 ans de la fondation de l’abbaye de Morimond

L’Association des Amis de Morimond, organise deux grandes manifestations pour commémorer le 900e anniversaire de l’abbaye de Morimond, dont une messe anniversaire le dimanche 20 août à 10h30, présidée par l’évêque du diocèse, Mgr Joseph de Metz-Noblat.

Les 19 et 20 août 2017, sur le site, elle réunit les abbayes de filiations de Morimond en organisant une messe anniversaire avec l’évêque de Langres, un marché de produits monastiques et artisanaux, la présentation de divers ateliers (vitrail, écriture, etc.. )

Du 31 août au 2 septembre 2017, elle organise à Langres, Morimond et Chaumont, un colloque international.

Ce colloque prendra la suite de deux colloques qui se sont tenus en 1992 et en 2003 à Chaumont et à Langres. Depuis lors, la question de la date de fondation a été bien éclairée par les travaux de Michel Parisse qui substitue à la date de fondation traditionnelle de 1115, celle de 1117/1118, retenue pour ces manifestations.

Le retour aux sources écrites médiévales et modernes et l’apport essentiel de l’archéologie ont renouvelé les approches. Par ailleurs, le champ géographique de la recherche s’est étendu à d’autres abbayes de la filiation de Morimond et justifie pleinement l’organisation d’un nouveau congrès.

Pour découvrir le programme détaillé, cliquez ici.

 

Messes/Prières/Pèlerinages #NLQ

Semaine salésienne à Annecy du 20 au 27 août

Cette année célèbre le 450 ème anniversaire de la naissance de François de Sales.

La Semaine Salésienne débute ce dimanche 20 août à la basilique de la Visitation à Annecy, avec une messe d’ouverture célébrée par Mgr Boivineau, évêque d’Annecy.

Conférences sur la vie et l’oeuvre de François de Sales, du lundi au samedi, le matin à 11h15 après la messe et reprises le soir à 18h, chaque jour par un intervenant différent.

Clôture dimanche 27 août lors de la messe à la basilique, en présence de Mgr Gobilliard.

Programme détaillé en ligne