A la une #Articles #Culture #Doctrine / Formation #NLH #NLQ

Les Fêtes de Pâques à Jérusalem avec Égérie dans l’antiquité

L’entrée dans la Grande Semaine

« Le dimanche, où l’on entre dans la semaine pascale, qu’on appelle ici la Grande Semaine, lorsqu’on a célébré, depuis le chant des coqs, ce qu’il est d’usage à l’Anastasis ou à la Croix jusqu’au matin, le dimanche matin donc, on se réunit, selon l’usage  habituel, dans l’église majeure, le Martyrium […] Après qu’on ait tout célébré selon l’usage habituel et avant qu’on fasse le renvoi, l’archidiacre élève la voix et dit : « Toute cette semaine, à partir de demain, rassemblons-nous tous à la neuvième heure au Martyrium. » Ensuite il élève la voix et dit : « Aujourd’hui, soyons tous présents à l’Éléona à la septième heure ».

Quand on a fait le renvoi dans l’église majeure, le Martyrium, on conduit l’évêque, avec des hymnes, à l’Anastasis. Une fois accompli là ce qu’on a coutume de faire le dimanche, chacun se rend chez lui et se hâte de manger, pour qu’au début de la septième heure tous soient présents dans l’église qui est à l’Éléona, sur le mont des Oliviers, là où se trouve la grotte dans laquelle enseignait le Seigneur » (30, 1-3) (voir plan dans Info catho, 12 avril).

 

Ce dimanche ne s’appelle pas encore le « jour des Palmes » (d’où nos Rameaux) et la commémoration de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem n’a lieu que dans la soirée ; c’est au Ve siècle qu’elle devient le seul objet de la liturgie de ce jour.

L’Éléona désigne l’église qui est sur le mont des Oliviers (après avoir d’abord été le nom de la montagne elle-même) ; c’était selon Égérie « une très belle église » ; un site important où avaient lieu plusieurs stations liturgiques, en particulier le soir du Jeudi-Saint. Elle contenait « la grotte dans laquelle, ce même jour, le Seigneur se tint avec ses apôtres » pour les entretiens qui suivirent la Cène. La basilique – une des quatre que Constantin avait fait édifier sur les lieux saints – comportait une vaste salle à trois nefs (30m par 15m) précédée d’un atrium de mêmes dimensions ; la « grotte des entretiens » se trouvait dans une crypte.

 

Sur le mont des Oliviers

« A la septième heure, tout le peuple monte sur la montagne des Oliviers, à l’Éléona, dans l’église. L’évêque s’assied, on dit des hymnes et des antiennes appropriées au jour et au lieu, ainsi que des lectures. Quand commence la neuvième heure, on monte avec des hymnes jusqu’à l’Imbomon, l’endroit d’où le Seigneur est monté aux cieux, et on s’assied là. Car tout le peuple, en présence de l’évêque, est toujours invité à s’asseoir ; seuls les diacres restent toujours debout. On dit là aussi des hymnes et des antiennes appropriées au lieu et au jour ; de même les lectures qu’on y intercale et les prières. » (31, 1).

Non loin de l’Éléona, l’Imbomon (dont le nom signifie sur la colline) est le sommet du mont des Oliviers et « l’endroit d’où le Seigneur est monté aux cieux ». On y tient quelques stations liturgiques : dimanche des Rameaux – comme indiqué ici –, nuit du Jeudi au Vendredi-saint, jour de Pâques et de son octave, jour de la Pentecôte. A l’époque d’Égérie, l’Imbomon ne comportait pas d’église. Ce n’est qu’à la fin du IVe siècle, peu après 392, qu’on en bâtit une financée par une autre pélerine célèbre, Poemenia. Dès lors cette rotonde de la « Sainte Ascension » fut un des sanctuaires les plus visités de Jérusalem.

Le Lectionnaire arménien montre que, quelques années après Égérie, on a remplacé les réunions successives à l’Éléona et à l’Imbomon par une seule, qui se tient à la neuvième heure à l’Éléona. Mais elle ne comportait pas de lectures ; la lecture de Matthieu 21 avait lieu le matin au Martyrium.

 

« Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur »

« Quand la onzième heure commence, on lit ce passage de l’évangile où des enfants, avec des rameaux et des palmes, vinrent à la rencontre du Seigneur (Mt 21, 8 ; Jn 12, 13) en disant : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. » Aussitôt après, l’évêque se lève ainsi que tout le peuple, puis du sommet du mont des Oliviers, on fait le chemin à pied. Tout le peuple va devant l’évêque, avec des hymnes et des antiennes, en répondant toujours : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » (Ps 117, 26). Et tous les enfants du pays, jusqu’à ceux qui ne peuvent pas marcher parce qu’ils sont trop jeunes et que leurs parents portent sur leurs épaules, tous tiennent des rameaux, qui de palmier, qui d’olivier ; et ainsi on escorte l’évêque de la même manière qu’a été escorté le Seigneur. Du sommet de la montagne jusqu’à la ville, puis à travers toute la ville jusqu’à l’Anastasis, tous font le chemin à pied, même les dames, même les notables, et ils escortent l’évêque en disant le répons ; et ainsi lentement, lentement, pour que le peuple ne se fatigue pas, on arrive à l’Anastasis alors que c’est déjà le soir. Lorsqu’on y est arrivé, bien qu’il soit tard, on fait le lucernaire, on fait encore une prière à la Croix et on congédie le peuple. » (31, 2-4).

 

Françoise Thelamon, Professeur d’histoire du christianisme

 

 

Articles #Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ #Rome

Italie : création d’un exarchat apostolique pour les gréco-catholiques ukrainiens

La nouvelle a été peu commentée, mais le 11 juillet dernier, un exarchat apostolique pour les gréco-catholiques ukrainiens a été institué en Italie. Le pape François a donc institué pour les catholiques originaires d’Ukraine qui suivent le rit byzantin une structure spécifique. S’il existait des structures pour les italo-albanais en Italie, il n’y avait pas encore de structure diocésaine destinée aux ukrainiens catholiques. Selon le bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège, cet exarchat comprend 70 000 fidèles répartis dans 145 communautés desservies par 62 prêtres.

L’église Santi Sergio e Bacco, située à Rome, en est le siège. Dans l’attente de la nomination d’un exarque, le cardinal Angelo De Donatis en est l’administrateur apostolique.

 

A la une #Articles #Dans le Monde #NLQ #Rome

Australie : l’appel du cardinal Pell rejeté

Pas de rebondissement dans la procédure relative au cardinal Pell, accusé d’abus sur mineur dans les années 1990. En effet, deux juges sur trois de la Cour suprême de Victoria se sont prononcés pour le rejet de l’appel formé par le cardinal Pell.

Selon les magistrats, la défense n’a pas donné d’arguments recevables. Les juges estiment que le témoignage du plaignant n’est pas fantaisiste.

Le cardinal Pell envisage de faire un recours, mais ce sera auprès de la Haute Cour.

Pour rappel, le cardinal Pell avait été condamné en mars 2019 à six ans de prison.

A la une #Articles #Brèves #En France #NLQ

Redémarrage du chantier de Notre-Dame de Paris

Ce lundi 19 août, le chantier de Notre-Dame de Paris a redémarré. En effet, il avait été interrompu le 25 juillet dernier à la suite des risques de contamination au plomb. C’est le ministre de la Culture qui a annoncé la reprise du chantier de consolidation.

Source Le Parisien 

A la une #Articles #Brèves #NLQ

Interruption pour cause de vacances du site InfoCatho

En raison des vacances, InfoCatho suspend ses activités pour une période d’une semaine. Nous souhaitons à tous nos lecteurs des vacances aussi bien priantes que reposantes ! InfoCatho reprendra à partir du lundi 19 août prochain.

A la une #Articles #NLQ #Rome

Pape François : “le souverainisme est une attitude d’isolement”

Ce sont des nouveaux propos qui font polémique. Dans un entretien publié le vendredi 9 août à La Stampa, le pape François a mis en cause le « souverainisme » et « populisme » :

Le souverainisme est une attitude d’isolement. Je suis préoccupé parce qu’on entend des discours qui ressemblent à ceux d’Hitler en 1934. ‘Nous d’abord. Nous…nous’ : ce sont des pensées qui font peur

S’il ne nomme personne, beaucoup pensent à Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur et chef de la Ligue, qui vient de faire éclater sa coalition ministérielle. Le pape s’est également exprimé sur l’Europe :

Un pays doit être souverain, mais pas fermé. La souveraineté doit être défendue, mais les rapports avec d’autres pays, avec la Communauté européenne, doivent également être défendus. Le souverainisme est une exagération qui finit toujours mal : elle mène à la guerre

Il a aussi fustigé les suffixes en “isme” : « Les populismes nous mènent aux souverainismes : ce suffixe en ‘isme’ ne fait jamais du bien ».

Les propos ont vivement fait réagir certaines personnalités politiques. Ainsi, Marine Le Pen s’est rapidement exprimée :

Quant à Florian Philippot, il estime que « ce Pape ne perd jamais une occasion de dire des bêtises… Navrant. »

Gilbert Collard, député RN du Gard, a aussi vivement réagi : « Le souverain pontife pontifie sur le ‘souverainisme’ et le ‘populisme’ qui le préoccupent : moi, pauvre pêcheur, c’est l’islamisme criminel et les Chrétiens d’Orient qui me préoccupent ! »

Les propos du pape ont également suscité l’ironie de certains commentateurs et essayistes :

 

 

A la une #Articles #En France #NLQ

Mgr Jean-Marc Aveline nommé archevêque de Marseille

Il succédera à Mgr Georges Pontier. Mgr Jean-Marc Aveline a été nommé archevêque de Marseille le jeudi 8 août 2019 par le pape François. Cette nomination est inhabituelle : en effet, il a exercé toutes ses fonctions dans le diocèse de Marseille, dont il est par ailleurs l’évêque auxiliaire. C’est notamment un spécialiste du dialogue interreligieux. Il a ainsi fondé l’Institut de sciences et théologie des religions (ISTR) de Marseille. Mais il a également été à Rome, entre 2008 et 2013, consulteur du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Depuis 2017, il préside le Conseil pour les relations interreligieuses et les nouveaux courants religieux au sein de la Conférence des évêques de France (CEF).

Mgr Aveline, qui avoue être “surpris” par sa nomination, se déclare quelque peu décontenancé :

“Je vois bien que la tâche est lourde et puis je vois bien qu’elle n’est pas proportionnelle aux capacités que je me connais. Il faut petit à petit que la joie l’emporte sur l’effroi en étant dépouillé et surtout en mettant une confiance dans le Seigneur.” 

A la une #Articles #Dans le Monde #NLQ #USA

États-Unis : peu de catholiques croient en la présence réelle

D’après une étude du Pew Research Center, aux États-Unis il n’y aurait plus qu’un tiers de catholiques à croire que le pain et le vin consacrés à la messe sont réellement le corps et le sang du Christ. La foi en la présence réelle est donc faible chez les catholiques américains. En effet, 69 % des catholiques américains croient que le pain et le vin utilisés à la messe “sont les symboles du corps et du sang de Jésus-Christ”. Ils ne seraient que 31 % à croire que “pendant la messe catholique, le pain et le vin deviennent réellement le corps et le sang de Jésus”.

Cette étude a vivement réagir l’évêque auxiliaire de Los AngelesMgr Robert Barron, qui a appelé tous les catholiques – évêques, prêtres, fidèles – à réagir :

 

 

A la une #Articles #NLQ #Rome

Le pape Benoît XVI reçoit l’ancien recteur de l’Institut Jean-Paul II

La semaine dernière, le pape émérite Benoît XVI a reçu Monseigneur Livio Melina, démis de ses fonctions de recteur de l’Institut pontifical Jean-Paul II en 2016. Depuis ce départ, les tensions n’ont pas cessé de croître.

En effet, voilà plusieurs mois que cet établissement fait l’objet d’une polémique en raison d’un changement substantiel de son équipe dirigeante. Le tout sur fond de suppression de certaines matières théologiques enseignées. Certains estiment qu’il y a eu une purge et mettent en cause un « recentrage » par rapport à l’enseignement du pape Jean-Paul II sur les questions familiales.

Le pape émérite a reçu Monseigneur Livio Melina le 1er août dernier, selon une source proche de l’agence américaine CNA. La rencontre s’est faite à l’initiative du prédécesseur de François, qui semble préoccupé de la situation d’un institut à l’égard duquel il était très lié en tant que pape.

Source Catholic News Agency

Articles #NLQ #Rome

Lettre du pape François aux prêtres : « merci pour votre fidélité aux engagements pris »

Dans le cadre du 160ème anniversaire du décès de Saint Jean-Marie Vianney, le saint curé d’Ars, le pape a écrit une lettre aux prêtres. Le souverain pontife souligne le climat actuel – notamment marqué par les récents scandales -, qui peut être propice au découragement. Le pape, en adressant un « merci » à tous les prêtres du monde, a voulu leur rendre hommage.

Extrait de cette lettre aux prêtres :

Chers frères, merci pour votre fidélité aux engagements pris… Merci pour la joie avec laquelle vous avez su donner vos vies… Merci pour le témoignage de persévérance et d’‘‘endurance’ dans l’engagement pastoral… Merci de célébrer chaque jour l’Eucharistie et de faire paître avec miséricorde dans le sacrement de la réconciliation, sans rigorisme, ni laxisme… Merci d’oindre et d’annoncer à tous, avec enthousiasme, ‘‘à temps et à contretemps’’ l’Évangile de Jésus Christ.

La lettre peut être lue sur ce lien.

Source Agence Zenit

Articles #Dans le Monde #Europe non francophone #NLQ #Rome

Medjugorie : ouverture du 30ème festival des jeunes par le cardinal Angelo De Donatis

Le cardinal Angelo De Donatis, vicaire du pape pour le diocèse de Rome, a ouvert le 30ème “Festival des jeunes”, au sanctuaire de Medjugorie situé en Bosnie Herzégovine. Rome n’a pas reconnu les apparitions de Medjugorie, mais elle a autorisé les pèlerinages

« Suivre Jésus n’a pas d’âge, ne demande pas d’être courageux ni parvenus… il n’y a pas de curriculum à présenter. » Le cardinal de Donatis a exhorté à « apprendre à vivre dès tout jeune en se plaçant dans l’horizon de la vérité qui ne passe pas ». « Le vrai sage est celui qui vit de vieilles choses qui donne des joies toujours nouvelles, et de choses nouvelles qui ont la saveur de l’ancien… Le chrétien authentique n’est ni un traditionaliste ni un progressiste… il est une nouvelle création ».

Source Agence Zénith