ONU – Garantir le “droit à la mort” ?

Trouvez-vous normal que quelques personnes puissent imposer au monde entier la légalisation de l’avortement et du suicide assisté ?

C’est pourtant bien ce qui risque de se passer si rien n’est fait pour contrer l’activisme de quelques membres du Comité des droits de l’homme, à Genève.

Ce Comité de 18 experts a en effet entrepris de rédiger une nouvelle interprétation officielle et universelle du « droit à la vie ». À cette occasion, certains de ses membres veulent y introduire un « droit à la mort » en obligeant les États à légaliser l’avortement à la demande et l’euthanasie (voir le texte ici, au §9).

Ceux-ci voudraient en outre supprimer toute référence à la vie humaine avant la naissance, la privant de toute protection !

Si une telle interprétation devait prévaloir, le respect de la vie humaine ne serait plus garanti qu’aux êtres nés et en bonne santé, abandonnant la vie des plus fragiles au pouvoir des plus forts et ouvrant la voie à l’eugénisme et au transhumanisme.

Le droit à la vie redeviendrait un « droit de vie et de mort ».

Aidez l’ECLJ à défendre le respect de toute vie humaine en signant cette pétition au soutien du mémoire qu’il remettra au Comité le 6 octobre prochain.

Partager cette alerte.

 

Lundi 18 septembre, l’ECLJ est intervenu devant les représentants de plus de 160 États représentés au Conseil des droits de l’homme (une autre instance des Nations unies) pour les alerter.

Comments are closed.