ONU – Saint-Siège : des « soi-disant droits en matière de procréation »

Assemblée mondiale sur la santé des réfugiés et des migrants

Le Saint-Siège « est profondément préoccupé par l’inclusion » dans le document de l’ONU sur la promotion de la santé des réfugiés et des migrants, « de références aux soi-disant ‘droits en matière de procréation’ », a déclaré Mgr Jurkovic.

Il a notamment précisé que « l’avortement ou les services d’avortement » ne peuvent pas être considérés « comme une dimension de la santé en matière de reproduction ou des services de santé en matière de reproduction ».

C’est ce que l’observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève a déclaré à la 72e Assemblée mondiale de la santé sur la « Promotion de la santé des réfugiés et des migrants », y compris le projet de plan d’action mondial 2019-2023, le 27 mai 2019, à Genève.

Le Saint-Siège, a aussi souligné Mgr Jurkovic, soutient la prémisse du rapport de l’Organisation mondiale de la santé selon laquelle « la nationalité ne devrait jamais servir de base pour déterminer l’accès aux soins de santé ».

Les besoins des réfugiés et des migrants « en matière de soins de santé et l’impact de tout nouveau retard sur la santé publique méritent d’être examinés de toute urgence dans le monde entier », a dit l’observateur.

En ce qui concerne les défis complexes de la migration aujourd’hui, a-t-il poursuivi, le pape François a appelé à une réponse « … moins soucieuse des calculs que de la nécessité d’une répartition équitable des responsabilités, d’une évaluation honnête et sincère des alternatives et d’une gestion prudente ».

Mgr Jurkovic a encore cité le pape qui avait dit, le 6 juillet 2018, qu’« une politique juste est une politique au service de la personne, de toutes les personnes impliquées ; une politique qui offre des solutions capables de garantir la sécurité, le respect des droits et la dignité de tous ».

Source Zenit

Cher lecteur

Infocatho est dans une situation économique préoccupante. Peut-être ai-je pris du retard pour vous le dire : j’ai besoin de votre participation, même minime pour pouvoir poursuivre.

Votre don de 5, 10, 15, 25, 50 € ou plus est nécessaire pour que je puisse poursuivre cette oeuvre au service de l'Eglise après Pâques.

Merci pour votre don

Faire un don

Daniel Hamiche, porte-parole d'Infocatho

Comments are closed.